Chargement Événements

« Tous les Événements

  • Cet événement est passé

« Au coin de la table » avec QUIET ISLAND : le quatuor genevois pop-folk qui monte, qui monte!

13 décembre | 22:38

« Au coin de la table » avec QUIET ISLAND : le quatuor genevois pop-folk qui monte, qui monte!

Harmonie : c’est le mot qui habite ces quatre jeunes musiciens, auteurs-compositeurs-interprètes, hautement prometteurs. Des voix célestes accompagnent guitares, piano et batterie, auréolées de flûte traversière et de violoncelle. Une mélodie aérienne doucement balancée, à écouter assis sur l’herbe et qui vous transporte : voyage musical aux sons sixties garanti…

Rencontre avec trois d’entre eux lors de la fête de la musique : Louise Meynard (étudiante à la Haute Ecole de santé), Julien Dinkel (diplômé de la Haute Ecole d’art) et Laurent Zito (informaticien) tout comme Julien Henchoz.

– Vous-vous êtes faits connaître sous le nom  » The Postmen  » ( avec la sortie notamment d’un album en 2012    » Desert of Joy  » suivie de plusieurs concerts). Pourquoi avoir éprouvé le besoin de changer de nom ?

Julien D : C’est le fruit d’un long processus. On se sentait coincé sous cette appellation faisant référence à une chanson des Beatles qu’on avait reprise à nos débuts « please Mister Postman « . Et puis est venue l’envie d’élargir nos horizons afin de proposer une musique qui reflète mieux notre univers musical actuel et qui tend vers plus de liberté, quelque chose de moins prévisible.

Louise : On a aussi l’impression de faire vraiment autre chose qu’il y a 4-5 ans. On a évolué et les places dans le groupe également. Par exemple Laurent occupe moins le rôle de compositeur et de « lead singer », il le partage avec les autres.Tout devient interchangeable!  Le besoin également d’être toujours en mouvement, de se lancer des nouveaux défis : j’ai commencé la basse il y a 8 mois seulement ! L’harmonium est également entré dans le groupe. Le but c’est de rester ouvert à toutes les possibilités et le nom de « Quiet Island » semble correspondre à notre désir d’état intérieur : un îlot calme et tranquille, un peu loin du monde, qu’on aimerait partager et faire ressentir aux autres.

– L’influence des années 60-70 reste pourtant quand même bien présente ! A part les Beatles, on pense à Crosby, Still, Nash and Young, Simon & Garfunkel…

Louise : oui, tout à fait ! Ma maman écoutait beaucoup Joan Baez par exemple, donc on a tous beaucoup baigné dans la musique de nos parents mais de manière différente. On a voulu transmettre cet héritage en faisant pas mal de reprises puis, peu à peu, en écrivant des chansons de notre cru.

Julien D: en fait les reprises sont très formatrices, c’est comme un alphabet, on apprend les lettres telles quelles et après on en fait ce qu’on veut ! Et si il nous arrive d’en jouer, elles sont adaptées à notre façon, sans faire de « copier-coller ».

– Comment travaillez-vous et pourquoi écrivez-vous en anglais ?

Laurent : Deux d’entre nous ont une formation musicale classique au Conservatoire (Louise et Julien Dinkel), moi, je fais tout par oreille et nous composons sans partition ce qui permet plus de créativité. Sur la base d’une démo qui comporte des accords de base, le groupe se met au travail ensemble et laisse libre cours aux notes qui viennent. Les voix sont tellement importantes dans notre musique que nous les exerçons énormément, partout, même au son d’un camion qui recule ! Ou à 4 heures du matin, avec un sceau d’eau sur la tête…

Quant à l’anglais, il nous vient naturellement, c’est probablement grâce à nos fameuses influences anglo-saxonnes ! C’est plus facile d’écrire en anglais car il y n’y a pas la barrière de la langue, ceci te permet de dire des trucs que tu ne dirais pas forcément dans ta langue maternelle… Les choses personnelles et intimes passent mieux en anglais, tu te détaches des mots, ils n’ont pas la même valeur et je ne me vois pas, personnellement, écrire en français pour l’instant.

Pour enregistrer notre dernier disque (« Quiet Island », album éponyme), nous avons eu la chance de pouvoir nous isoler pendant quelques semaines dans un studio en Bretagne et vivre à fond notre musique! Nous tenions à ce que le CD sorte également en vinyle car tout est enregistré en analogique, comme au bon vieux temps…

– Comment voyez-vous l’avenir ?

Tous : Tant qu’il y a du plaisir, on continuera à trouver du temps pour la musique. Il faut être prudent et ne pas arrêter nos études et professions ! L’idéal : prendre trois mois de congé et partir en tournée…

A découvrir : « Quiet Island » dans les bacs depuis mai 2015 ; www.quietisland.ch

Prochains concerts :

27 juin, Vernier/Rock@Le Chat Noir, Carouge

1er juillet, aux Docks à Lausanne

5 septembre, Le Bateau Lavoir, Genève    

Photo « Quiet Island » : Louise Meynard (voix,violoncelle,basse); Julien Dinkel (voix,batterie, guitare,harmonium) ; Julien Henchoz (voix,guitares,piano) ; Laurent Zito (voix,guitare,flûte traversière)                            

Détails

Date :
13 décembre 2019
Heure :
22:38
Étiquettes Événément :
, , , , ,

Mot de passe oublié

Inscription