Accueil | Quartiers | Campagne | Une mystérieuse poubelle perchée dans un arbre

Partager l'article

Campagne | Galeries photo

Une mystérieuse poubelle perchée dans un arbre

Une mystérieuse poubelle perchée dans un arbre

Pour faire suite à mon reportage photo dans les bois de Jussy du 3 mars 2014, j’ai mené l’enquête sur un étrange phénomène…

Lors de ce reportage, je suis tombé presque nez à nez avec une poubelle. Rien de très surprenant à part que la fameuse bestiole était perchée sur le tronc d’un arbre, à plus de 5 mètres de hauteur !

D’une belle couleur verte, l’objet ayant éveillé ma curiosité était coiffé d’un panneau solaire et d’une sorte de grosse vis sans fin.

Sentiment étrange d’autant plus que je me sentais épié de tous les côtés. J’ai alors découvert que la parcelle était truffée d’étranges boîtiers accrochés aux arbres tout autour de la zone dominée par ma fameuse poubelle.

Boîtiers rectangulaires solidement harnachés au tronc par un câble en acier et un cadenas avec le message suivant: « Merci de ne pas toucher à l’appareil. Il est codé et donc inutilisable en cas de vol ! » Ce dispositif a tout l’air d’un appareil photo high-tech et probablement connecté à un réseau mystérieux au vu de sa grande antenne proéminente.

Observer la faune

Après enquête auprès de la mairie de Jussy, le mystère a finalement été levé. Si vous levez un peu le nez durant vos promenades dans nos magnifiques forêts genevoises, vous aurez peut-être la chance d’observer ces étranges bestioles hautes perchées…

Ma poubelle mystérieuse est en réalité un agrainoir automatique. Mais c’est bien sûr ! Ces dispositifs sont installés par les gardes faunes du canton afin de pouvoir suivre la faune genevoise. L’appareil est équipé d’une minuterie et déverse quotidiennement à heure fixe de la nourriture pour les animaux.

Les fameux boitiers contiennent un appareil photo qui se déclenche automatiquement dès qu’il détecte des mouvements dans la zone couverte. Les images sont alors envoyées instantanément au garde faune du canton. (ndlr: J’ai bien peur que notre inspecteur cantonal ait reçu des images non désirées de votre dévoué photographe reporter en train de tourner en rond dans la zone de surveillance…).

Ce système de surveillance permet de collecter de précieuses informations, notamment sur les activités et les déplacements des mammifères et a pour but de régulariser la population d’animaux sauvages dans nos forêts.

Le mystère est levé !

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Olivier Micheli
Ayant reçu son premier appareil photo instamatic à la veille de ses 11 ans lors d’un voyage avec son grand-père au Maroc, Olivier Micheli a très vite compris que la photographie allait devenir une addiction. Malgré sa passion pour les voyages et par la découverte de nouvelles contrées, Olivier garde toujours un oeil averti (voir les deux !) pour trouver des sujets originaux et surtout photogéniques dans son canton d’origine. Ayant rejoint l’équipe de Signé Genève en janvier 2014, Olivier est actuellement actif dans le vaste monde de l’Internet, monde dans lequel il a su lier ses deux passions: photographie et nouvelles technologies.

1 commentaire

  1. On doit nos « magnifiques forêts genevoises » à l’engagement pionnier du Conseiller d’Etat Aymon de Senarclens, qui a pris, presque seul, l’initiative entre 1945-1957 des remembrements parcellaires et des aménagements nécessaires au développement de ces forêts. A l’époque personne ne se souciait de l’environnement. Aujourd’hui, qui se souvient de cet engagement?

    Répondre

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription