Accueil | Quartiers | Centre | 3. Etre à l’écoute des patients hospitalisés

Partager l'article

Centre | Société

3. Etre à l’écoute des patients hospitalisés

3. Etre à l’écoute des patients hospitalisés

Même si je suis retraité, je garde des contacts avec d’anciens collègues de l’hôpital Beau-Séjour, des bénévoles, des stagiaires-étudiants des écoles sociales, et également d’anciens patients, très affectés par la disparition de l’Atelier d’Animation. Ce centre de loisirs intégré à l’institution représentait pour eux – outre l’aspect culturel et récréatif – un espace de discussion et d’écoute très apprécié, indispensable aux personnes atteintes dans leur santé physique ou mentale. Les patients qui font régulièrement des allers-retours entre leur domicile et Beau-Séjour à cause de la chronicité de leurs pathologies, sont d’autant plus angoissés de revenir à l’hôpital. Celui-ci ne leur offrant en effet plus cette possibilité d’exutoire à leur souffrance psychique, dans le cadre rassurant et ressourçant de l’Atelier d’Animation, qui représentait presque leur deuxième « chaumière »…

Lorsqu’on a comme moi une profession qui privilégie les relations humaines, avec des contacts souvent empreints d’une grande intensité relationnelle (il ne s’agissait en effet pas simplement d’un « gagne-pain »), même si le « guichet » est aujourd’hui fermé, certains liens créés depuis des années, subsistent encore. On n’efface pas du jour au lendemain des décennies de partage et d’écoute de la détresse des personnes hospitalisées, ni d’un engagement constant qui se souciait avant tout de l’âme des pensionnaires et non pas du patient/client qui rapporte de l’argent…

Lors de mon passage à l’antenne du 12:45 sur la RTS en mars dernier pour la promotion de mon livre, la journaliste avait interviewé au préalable un médecin de Beau-Séjour, pour savoir pourquoi mon poste n’avait pas été repourvu après mon départ. Ce dernier a répondu: « la situation n’est plus la même qu’il y a 20-30 ans, aujourd’hui les hospitalisations sont plus courtes… » Et alors, qu’est ce que cela change ? La durée moyenne de séjour la plus courte dans certains services est de 20,9 jours: toutefois, il suffit seulement de quelques jours d’hospitalisation pour déprimer, avoir le moral « dans les chaussettes ».

Tant qu’il y aura des personnes hospitalisées – et malheureusement cela n’est pas près de s’arrêter – elles auront besoin que l’on se consacre aussi à leur moral. Certains patients vivent en effet des traumatismes, du stress du diagnostic, des traitements éprouvants. Les animateurs, les bénévoles, les stagiaires sociaux étaient là pour eux, disponibles et à l’écoute, ce que le personnel infirmier, pris dans le tourbillon des multiples tâches journalières, n’a plus le temps d’assurer aujourd’hui.

Le diagnostic d’une maladie grave, débilitante, dont on ne connaît pas l’issue, fait surgir de la colère, de l’angoisse, de la crainte, une grande confusion intérieure, du refus. Il est arrivé fréquemment que des patients profondément atteints dans leur santé viennent déverser leurs frustrations vers nous, laissent éclater leur chagrin.

Si l’objectif principal de l’hôpital est de soigner les patients, celui de l’animation est de proposer parfois une alternative aux médicaments et aux antidépresseurs, leur recréer conjointement un cadre de vie normal. La magnifique salle aménagée dans le rez-de-chaussée du Pavillon Louis XVI, avec son parquet d’époque, ses moulures au plafond et son accès direct au jardin, s’y prêtait tout à fait : il rappelait l’ambiance familière de la maison, que les patients avaient dû quitter temporairement.

Un accueil convivial, une oreille attentive, un sourire et même de l’humour, autour d’un café et d’une tranche de tarte aux fruits « maison », ont souvent aidé à traverser les épreuves, ou du moins, à apaiser des blessures.

Et tout cela fait partie du passé aujourd’hui…

Extraits de témoignages d’anciens patients:

« Si la malchance devait vous conduire à Beau-Séjour, ne manquez pas de faire un petit ‘coucou’ aux animateurs, qui vous remettront en place le moral et l’âme si nécessaire… » Monique L.

« A l’intérieur de moi je me sens enfermée, mais venir à l’animation me fait sentir à l’extérieur. Vous amenez la vie. L’animation n’est pas un traitement mais une ouverture pour les patients (…). Quand je viens chez vous, je n’ai pas l’impression d’être à l’hôpital ». Rebecca M.

Ci dessous des images du Pavillon Louis XVI, qui accueillait l’Atelier de loisirs dans son rez-de-chaussée, sa terrasse et ses plantations de fleurs saisonnières, jusque sur les rebords de fenêtres.

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Jean-Pierre TAUXE
Décorateur de premier métier ; une expérience d'une année dans les coulisses du Cirque Knie pour écrire un premier livre ; formation d'éducateur sport et loisirs pour personnes en situation de handicap ou en difficulté d’adaptation, puis de maître socio-professionnel à l'EESP de Lausanne.

Il reprend plus tard la responsabilité de l'Atelier d'Animation à l’Hôpital Beau-Séjour. En août 2013, il partait en préretraite après 23 ans de "bons et loyaux services". L’Atelier qu'il animait, cher aux patients hospitalisés qui bénéficiaient ainsi d'instants de loisirs et de moments de répit bénéfiques à leur moral, a été maintenu à 50% durant une année après son départ. Menacé de fermeture à cause de "projets institutionnels" et mesures d'économies aux HUG, ce centre a pourtant disparu en juillet 2014, avec le départ du second animateur à temps partiel. Les premiers articles de cette rubrique (numérotés) abordent le sujet.

Jean-Pierre Tauxe a alors publié un autre ouvrage, qui retrace ses deux décennies à la tête de l'espace de loisirs de Beau-Séjour : rétrospective d'événements exceptionnels, organisations socioculturelles originales, récits et anecdotes et également nombre de témoignages de patients.

Ce livre peut être commandé en laissant les cordonnées sur le site http://jean-pierretauxe.wixsite.com/atelierdanimation, rubrique en bas de page "Plus d'Info".

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription