Accueil | Thématique | Actu | « Au coin de la table » avec jB et Thierry: deux percussionnistes genevois chez Béjart !

Partager l'article

Actu | Centre | Culture

« Au coin de la table » avec jB et Thierry: deux percussionnistes genevois chez Béjart !

Entrer dans l’univers du Béjart Ballet Lausanne, c’est aussi plonger dans le monde musical singulier de Citypercussion qui avait tant séduit Maurice Béjart il y a plus de vingt ans…
Cette petite compagnie peut se targuer, en effet, d’avoir composé de nombreuses partitions pour le chorégraphe, « le tour du monde en 80 minutes » entre autres – sa dernière création en 2007 – ainsi que celles de son successeur, Gil Roman.
Ce dernier a la délicate mission de perpétuer la mémoire du maître en reprenant ses ballets tout en créant les siens.
2017 commémore les trente ans du BBL et les dix ans de la mort de son fondateur. A cette occasion, Gil Roman a créé un hommage-ballet « t’M et variations… », ovationné en décembre dernier au Théâtre de Beaulieu (en tournée dès cet été), dont il a confié tout naturellement la partie musicale à ses deux amis. Des complices au long cours et également professeurs de rythme à l’Ecole-Atelier Rudra Béjart Lausanne.
Entretien à Genève avec « la compagnie de tous les métiers du spectacle ».

Thierry Hochstätter et jB Meier se sont rencontrés au Conservatoire de Genève, il y a presque quarante ans. Musiciens doués, inspirés, parfaitement complémentaires, emplis d’énergie créative et, pour lesquels, une vie ne suffit pas: « Le travail avec Gil Roman et le directeur de Rudra, Michel Gascard, est tellement intense qu’on a en effet plus trop le temps de se consacrer à d’autres compositions » reconnait jB, mais nous avons souvent travaillé à Genève avec la compagnie 100% Acrilique, Am Stram Gram ou le pianiste Moncef Genoud ».

Au sein de l’Ecole-Atelier Rudra Béjart, qui forme de jeunes danseurs pendant deux ans à tous les styles de danse ainsi qu’à l’art martial du Kendo et au jeu théâtral, ces deux passionnés initient les élèves « au tambour dansé » : « Notre travail consiste à préparer les danseurs à jouer des percussions, à les faire évoluer dans l’espace, à inventer la gestuelle avec eux, pour que le tout soit esthétiquement et rythmiquement cohérent » explique Thierry.
Une des spécialités de Citypercussion est de fabriquer des instruments qui n’existent pas, ce qui permet toutes les fantaisies afin de trouver des ambiances sonores spécifiques à chaque création : « Pour « T’m et variations… », en guise de clin d’œil à Béjart, nous avons ressorti des instruments que nous avions conçus lors des précédents ballets et créé de nouveaux » poursuit Thierry, tout en désignant un hallucinant scribophone et une étonnante poutre à une note.
Comment débute leur travail ? « Gil Roman nous fait part de son idée de départ et à partir de là, on cherche le son et on imagine quel instrumentarium – constitué de diverses percussions bien sûr mais aussi de synthés ou d’ordinateurs – pourrait correspondre au mieux à son univers. Souvent, après avoir écouté nos suggestions, Gil intervient en apportant quelques modifications puis nous enregistrons les morceaux. Mais pour cette dernière pièce, nous avons poussé encore plus loin notre collaboration puisqu’on a composé les partitions en direct avec Gil et les danseurs pendant deux mois ! » s’enthousiasme le duo. Avec, par conséquent, le privilège de revoir ces deux compères sur scène.
« On a l’immense chance d’être totalement libres pour créer, grâce à une sorte de carte blanche de luxe offerte par Béjart, et maintenant par Gil, qui nous ont toujours dit « Vous faites ce que vous voulez, comme vous voulez, avec ce que vous voulez » ajoute jB. Délicats, respectueux, ils ne nous ont jamais dit que nos compositions étaient mauvaises ! Simplement qu’ils n’en avaient pas l’utilité… »

Et alors, quid de toutes ces pépites musicales ? « Pour célébrer les vingt ans de Citypercussion, nous avons réalisé un CD « les Z’1 Vendu », une compilation de 32 morceaux choisis, composés également pour d’autres chorégraphes ou metteurs en scène qui n’ont jamais été utilisés et qui sont donc à disposition ! ». Avis lancé aux créateurs par ces deux artistes, qui ont décidément plus d’une corde à leur…poutre!

Pour en savoir plus : www.citypercussion.com
A voir sur scène : Ecole-Atelier Rudra Béjart, 1er festival international jeunes ballets, 11-13 mai BFM.
« t’M et variations… », à l’affiche au Théâtre du Jorat à Mézières du 6 au 8 octobre prochain, avec « Béjart fête Maurice ».

 

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Nathaly De Morawitz-Schorpp
Grâce à Signé Genève, Nathaly a le privilège de partager ses multiples passions: chemin de fer ou histoire genevoise, rencontres avec les gens de son quartier ou échanges avec des artistes, aussi divers soient-ils. Guide culturelle et du chantier du CEVA, elle aime particulièrement faire découvrir les multiples facettes de Genève sous un angle original et insolite (www.geneve-en-balade.ch). Quand elle n'est pas à Carouge, sa ville de coeur dont elle connaît tous les recoins, Nathaly participe à l'organisation de voyages culturels et gourmands en Italie au sein de l'association INSOLitalia.





Normal
0

21

false
false
false

FR-CH
JA
X-NONE





/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:"Tableau Normal";
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent:"";
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family:Cambria;}

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription