Accueil | Thématique | Actu | Jacotte Tricote, l’entreprise intergénérationnelle à fibre sociale

Partager l'article

Actu | Centre

Jacotte Tricote, l’entreprise intergénérationnelle à fibre sociale

©JacotteTrictote ©JacotteTrictote Florence & Sara entourées des super mamies ©JacotteTrictote Sara & Florence ©JacotteTrictote
<
>
Florence & Sara entourées des super mamies

Vous souvenez-vous de votre vieux pull en laine qui gratte, décoré de motifs improbables et surtout tricoté par mamie ? Eh bien enlevez tout de suite cette image de votre tête (enfin, sauf pour la mamie) car l’heure est venue au tricot de prendre sa revanche ! Ou en tout cas, c’est le pari fou de Jacotte Tricote, une entreprise qui repose avant tout sur le savoir-faire de « super mamies » mais également sur la créativité et le dynamisme de Sara, webdesigner, et de son associée Florence, modéliste.

Le tricot, de grand-mère en petite-fille

« Ma mère et ma grand mère ont toujours tricoté pour moi. Je portais souvent mon petit pull, ma petite écharpe et j’ai vu que ça plaisait beaucoup, surtout à mes copines. Elles me demandaient si ma mère ou ma grand-mère pouvaient leur faire un modèle similaire et c’est là que l’idée m’est venue ! » me raconte Sara, le sourire aux lèvres. Et elle a vu juste ! Cela fait quelques temps maintenant que nos sociétés voient naître une curieuse vague vintage, une volonté de retour aux sources. Ce « back to basics » fleurit dans divers domaines tels que les cosmétiques, la cuisine, la mode ou la déco : les fameux remèdes/recettes/astuces de grand-mère en sont d’ailleurs les illustres exemples. Partant de ce constat, Sara s’est également rendue compte que pas mal de mamies trompaient l’ennui en tricotant, bien que certaines n’aient de petits-enfants à qui offrir leur création et qu’en même temps, plein de jeunes étaient à la recherche de ces pièces d’antan, uniques. « Il y avait quelque chose à faire pour lier ces deux générations ! ».

« Tricoté par mamie », une véritable marque de fabrique

Pour les premiers pas de Jacotte Tricote, Sara a opté pour du sur-mesure. Mais face au succès fulgurant des pièces tricotées par ses super mamies, la gestion des commandes s’est vite avérée problématique. C’est alors que l’idée de créer une collection s’imposa reposant ainsi sur un voir deux modèles par pièces, dont la couleur est l’unique variable : écharpes, bonnets et bandeaux sont donc les trois principaux articles de la collection adulte, répertoriés sur la boutique en ligne. Si elle a tout de même quelques bases, Sara a dû potasser sur les différentes techniques de tricot dits les « points » ou encore, sur les possibilités de telle ou telle laine pour la fabrication. Elle peut cependant compter sur le savoir-faire et les conseils de son équipe de mamies lors de réunions : « On a vraiment développé le concept ensemble, c’était pas bon ben vous me faites ça, ça et ça. C’était plus j’aimerais faire ça, quelle laine vous me conseillez, quelles aiguilles ; on adapte ensemble en faisant des essais ».

Recherche mamies pour tricoter

Mais comment trouver des mamies tricoteuses ? C’est LA question que l’on se pose ! Facebook ? Très peu pour elles. Eh bien la réponse risque de vous étonner, mais c’est en passant par un journal de petites annonces genevois que Sara a trouvé ses deux premières mamies. Puis, tout s’est enchaîné : « on se rend très vite compte que c’est un véritable réseau, les tricoteuses ! », me dit la cheffe d’entreprise avec malice. Il y en a même, en véritables influenceuses tricot made in Genève, qui la contacte sur le réseau social Instagram. Sara tient à préciser que ses précieuses mamies n’ont été sélectionnées sur aucun autre critère que celui de la maîtrise du tricot. De copines en connaissances, le noyau dur des mamies s’est enfin créé et depuis, un lien très fort unit ces femmes. Au-delà du matériel, c’est une véritable cohésion sociale qui s’est façonnée chez Jacotte Tricote !

Le « slow fashion » pour des produits éthiques et durables

Autant pour la ligne adulte, développée par Sara que pour la ligne enfant, développée par Florence, le temps de production est bien évidemment basé sur la mamie qui réalise la pièce. Pas question de faire plus vite pour faire plus, c’est ça aussi le principe du « slow fashion » : proposer une alternative de consommation par la mise en avant de matières premières et de techniques de production artisanales, respectueuses des producteurs et de l’environnement. Pour la laine, il faut trouver la bonne matière, ce qui n’est pas tâche aisée. Il faut que cette dernière allie esthétique, texture et adaptabilité selon la saison. Ajouter à cela qu’une laine plaisante à l’oeil ne va pas forcément être adéquate pour la réalisation des pièces ; des essais sont donc nécessaires. Et c’est là encore que les mamies tricoteuses interviennent : « Parfois on va avoir une laine magnifique et puis tricoté, ça rend pas du tout comme on le voulait ! Et puis ça prend du temps, on reçoit la pelote, on la donne à une mamie qui réalise un premier test et si le test va, on garde. C’est vraiment un métier à part entière ! ».

Etre femme entrepreneur ?

« Pour moi, c’est surtout être entrepreneur tout court parce que je suis dans un milieu de femmes ; le tricot c’est très féminin. Sur l’adulte, je n’ai qu’une collection femme pour l’instant. J’évolue dans un monde très féminin ». Etre entrepreneur en herbe implique l’apprentissage de plusieurs métiers : comptable, graphiste ou encore community manager. C’est le genre de projet qui requiert une passion sans limites, « je me couche avec le projet, je me lève avec le projet », une évidence pour Sara. Plus que la passion, une véritable synergie s’est créée autour de Jacotte Tricote et de ses paires. Né d’un projet d’étude il y maintenant 5 ans, soit 3 ans avant de lancer son projet, Sara a attendu le moment opportun avant de se lancer, que toutes les conditions soient réunies. Comme happée par le dynamisme de la cité de Calvin, l’entrepreneuse s’est alors lancée dans cette aventure qui est comme elle le dit si bien, « beaucoup plus qu’un job ! ».

Ps : Jacotte Tricote est toujours à la recherche de super mamies tricoteuses !

www.facebook.com/jacottetricote/
www.instagram.com/jacottetricote/?hl=frref

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Sivanah Lachavanne
Franco-suisse de 24 ans ou ferneysienne-genevoise mais surtout fière de pouvoir combiner ces deux entités au niveau culturel, politique et économique.
Etudiante en Master Science du Langage et Histoire moderne
La micro-actualité n'est pas le sous-domaine de l'actualité, au contraire !
Ouvrons nos yeux et nos esprits à la ville, pour une information accessible.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription