Accueil | Thématique | Actu | Le marché du dimanche à Plainpalais: ou l’art du « bien vivre ensemble »

Partager l'article

Actu | Centre | Loisirs | Société

Le marché du dimanche à Plainpalais: ou l’art du « bien vivre ensemble »

Le marché du dimanche à Plainpalais: ou l’art du « bien vivre ensemble »

Vous êtes en manque de dépaysement et rêvez de partir à l’autre bout du monde ? La découverte locale, les rencontres exotiques et cosmopolites sont des mots qui résonnent dans votre cœur ? Alors, une seule direction : Plainpalais ! Vous y trouverez une foule bigarrée serpentant entre les stands aux maintes flaveurs qui invitent au voyage : Pérou, Uruguay, Thaïlande, Liban,Turquie, Slovaquie et même la Suisse…et tout ça, à deux pas de chez vous!

Variations autour du marché genevois

«On a commencé avec le Marché des 4 saisons sur les quais, raconte Léonhard Bretzel, artisan-boulanger créatif et inventif, présent à Plainpalais depuis une vingtaine d’années. Mais la bise a eu raison de nous et des visiteurs car il fallait être vraiment genevois dans l’âme pour la supporter ! »
Plus ou moins à la même époque (fin des années 90) se pointe celui du dimanche : peu de stands, peu de clients, peu d’achats : les gens n’avaient pas l’habitude et allaient plutôt en France voisine. « Lors de la relance en 2009, on se méfiait un peu du mélange nippes et nourriture mais finalement tout le monde a trouvé son compte et cela a probablement contribué à faire décoller le marché que nous connaissons actuellement poursuit Léonhard. L’ambiance est plus décontractée et la mixité apporte beaucoup à la vie locale. Les gens viennent ici pour se rencontrer et partager un moment convivial et familial autour d’un repas. La consommation est plutôt axée autour de la notion de plaisir. Il apparait un peu plus désordonné et cosmopolite que les autres dans la cité et, malgré la proximité de la France, les gens sont maintenant au rendez-vous.On y trouve des Genevois le matin et plus d’étrangers l’après-midi mais tout ce monde se mélange joyeusement vers midi ! Je suis content que ce marché ait lieu, même si je préférerais ne pas forcément travailler le dimanche » sourit Léonhard qui ne s’octroie, dès lors, qu’un seul jour de congé par semaine…

C’est, curieusement, le marché dominical quelque peu moribond en 2009 et relancé depuis par l’Association des Marchés genevois avec le soutien de Pierre Maudet, qui a redynamisé les traditionnels jours des mardis et vendredis à Plainpalais. « Avec un bémol pour celui du mardi reconnaît Willy Cretegny, président de l’association. Ailleurs dans la ville, ceux des Grottes et de Carouge, avec leur ouverture en soirée, connaissent heureusement beaucoup de succès ! Concernant le dimanche, je trouve que les marchands et en particulier les producteurs qui travaillent déjà toute la semaine ont le droit d’avoir un jour de congé auprès de leur famille. Celui du dimanche est un marché de précarité, à l’instar des commerces ouverts le soir. Ils leur permettent de boucler la fin du mois, ce qui n’est pas normal » regrette notre infatigable militant vigneron.

Contact convivial et multiculturel

Happé par la manche en ce dimanche ensoleillé de mars, Pierre Maudet confie entre deux stands: « je ressens un réel besoin de la part de la population de l’existence de ce marché. Sa fréquentation a nettement augmenté même si nous n’avons pu encore réaliser avec Rémy Pagani le revêtement du sol idéal : trop de câbles encombrent l’espace ! De plus, il serait confortable pour tous que ce marché soit élargi afin de permettre une meilleure circulation ! Vive le marché du dimanche ! » conclut-il en s’éloignant avec ses enfants.
Quant aux visiteurs lambda, ils apprécient :
« Cela anime incontestablement la vie genevoise. Partout dans le monde on sait que les marchés sont un lieu de vie et de rencontres. La consommation, bien qu’elle y participe, n’y est pas forcément le but : il y a l’apéro, les discussions avec les commerçants, c’est plus relax et cela met du baume au cœur des esseulés.
« Avant, le dimanche, c’était mort à Genève…Le seul lieu animé, c’était la gare avec ses deux trois magasins insignifiants relève cet ainé. Maintenant, même si la gare offre plus de commerces, je préfère venir ici car j’ai la possibilité d’acheter quelques légumes frais et, surtout, de parler avec les gens d’ici et d’ailleurs. »
Il faudra veiller que ce besoin de contact humain, indispensable et convivial sur ce marché dominical, ne soit remplacé par une ouverture plus étendue et anonyme des grandes surfaces…

 

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Nathaly De Morawitz-Schorpp
Grâce à Signé Genève, Nathaly a le privilège de partager ses multiples passions: chemin de fer ou histoire genevoise, rencontres avec les gens de son quartier ou échanges avec des artistes, aussi divers soient-ils. Guide culturelle et du chantier du CEVA, elle aime particulièrement faire découvrir les multiples facettes de Genève sous un angle original et insolite (www.geneve-en-balade.ch). Quand elle n'est pas à Carouge, sa ville de coeur dont elle connaît tous les recoins, Nathaly participe à l'organisation de voyages culturels et gourmands en Italie au sein de l'association INSOLitalia.





Normal
0

21

false
false
false

FR-CH
JA
X-NONE





/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:"Tableau Normal";
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent:"";
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family:Cambria;}

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription