Accueil | Thématique | Actu | Oh punaise !

Partager l'article

Actu | Centre

Oh punaise !

La punaise marbrée, ou punaise diabolique, se réfugie à l'intérieur pour hiberner
<
>
La punaise marbrée, ou punaise diabolique, se réfugie à l'intérieur pour hiberner

Je ne vais pas vous parler aujourd’hui de l’expression populaire qui marque la surprise, l’étonnement ou l’indignation, mais bien de l’hétéroptère qui a envahi nos jardins, terrasses, balcons et même encadrures de fenêtres durant la dernière canicule. Ces punaises ont même sévi jusqu’à l’automne, cette saison s’étant prolongée en un interminable été indien.

Si j’évoque cette singularité seulement maintenant, c’est que l’insecte a largement eu le temps de s’introduire dans nos appartements lors des chaudes journées de l’été passé : en effet, les fenêtres et les portes restaient souvent généreusement ouvertes en soirée et la nuit, afin de ventiler les pièces. Plusieurs d’entre nous avons eu alors la surprise de découvrir nombre de ces parasites encore ces jours-ci, terrés dans des tentures ou dissimulés dans les plis des rideaux, ou même sur le feuillage des plantes vertes du salon. Sa présence se trahit par l’impressionnant bourdonnement qu’il produit en volant puis au « ploc » qu’il émet en rencontrant une paroi, mur ou vitre.

Originaire du sud de l’Asie, la punaise marbrée, appelée aussi punaise diabolique (ou Halyomorpha Halys pour son nom scientifique), s’est donc invitée chez les habitants pour y passer l’hiver au chaud, y compris en zone urbaine. Grise et marron, elle présente des motifs clairs sur les bords de ses ailes. Elle est aussi beaucoup plus grosse que sa cousine indigène la punaise verte, tout en dégageant la même odeur nauséabonde.

Si à Carouge, mes voisins comme moi-même, avons observé ce phénomène inhabituel l’an passé, l’invasion des punaises asiatiques a cependant concerné toute la Suisse et certainement aussi la France voisine. Elles seraient arrivées via les importations de marchandises à l’aéroport, également dans les bagages des voyageurs ou les Ports Francs. Leur apparition en Suisse daterait pourtant de 2007 : à Genève, elle n’a été observée que dix ans plus tard, cependant elle a surtout proliféré en 2018 à cause des températures extrêmes. Les gens ramènent aussi la punaise marbrée involontairement chez eux lorsqu’ils rentrent d’un voyage en avion, en train, en bateau ou en voiture.

Ces insectes ne sont pas dangereux pour l’homme. Même lorsqu’elles élisent domicile par dizaines (voire parfois par centaines) à l’intérieur des maisons, ces punaises ne représenteraient aucun danger de piqûre, ni d’allergie. Toutefois lorsqu’on les écrase par mégarde, l’odeur qui s’en dégage est absolument répugnante. Consommer un fruit, comme une baie qu’on ne peut pas laver (la framboise par exemple), sur laquelle l’un de ces insectes s’est baladé préalablement est une expérience fort déplaisante. Beurk !

En revanche, l’impact pour les cultures est majeur : lorsque ces bestioles s’installent sur les arbres fruitiers, dans les vergers de pommiers, poiriers, ou pêchers notamment, à cause de leur appareil buccal de type piqueur-suceur qu’elles utilisent pour se nourrir, les ravages sont très rapidement perceptibles. La vigne, le maïs, le soja et le tournesol, de même que certains légumes peuvent aussi être très affectés : en fait, près de 150 espèces de plantes et d’arbres hôtes seraient menacés par cette vermine dans notre pays.

Si ces insectes prolifèrent en Europe, c’est parce qu’ils n’ont pas ici leurs prédateurs et leurs parasites naturels : nous sommes les seuls ennemis de cette bête. Il ne faut donc pas les relâcher dans l’environnement, mais plutôt les éliminer pour réguler leurs populations. On s’en débarrasse à coup de « pschitt » ou manuellement, car si on la laisse vivante, la bestiole est capable de générer une progéniture impressionnante : une femelle donne environ 200 œufs par ponte, deux fois par an ! Il vaut mieux saisir la punaise entre deux feuilles de papier toilette et la jeter dans les WC, ainsi on s’épargne l’odeur pestilentielle qui résulte de l’écrabouillage…

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Jean-Pierre TAUXE
Décorateur de premier métier ; une expérience d'une année dans les coulisses du Cirque Knie pour écrire un premier livre ; formation d'éducateur sport et loisirs pour personnes en situation de handicap ou en difficulté d’adaptation, puis de maître socio-professionnel à l'EESP de Lausanne.

Il reprend plus tard la responsabilité de l'Atelier d'Animation à l’Hôpital Beau-Séjour. En août 2013, il partait en préretraite après 23 ans de "bons et loyaux services". L’Atelier qu'il animait, cher aux patients hospitalisés qui bénéficiaient ainsi d'instants de loisirs et de moments de répit bénéfiques à leur moral, a été maintenu à 50% durant une année après son départ. Menacé de fermeture à cause de "projets institutionnels" et mesures d'économies aux HUG, ce centre a pourtant disparu en juillet 2014, avec le départ du second animateur à temps partiel. Les premiers articles de cette rubrique (numérotés) abordent le sujet.

Jean-Pierre Tauxe a alors publié un autre ouvrage, qui retrace ses deux décennies à la tête de l'espace de loisirs de Beau-Séjour : rétrospective d'événements exceptionnels, organisations socioculturelles originales, récits et anecdotes et également nombre de témoignages de patients.

Ce livre peut être commandé en laissant les cordonnées sur le site http://jean-pierretauxe.wixsite.com/atelierdanimation, rubrique en bas de page "Plus d'Info".

5 commentaires

  1. Bonjour Jean-Pierre,
    Je lis aujourd’hui pour la première fois des mots écrits de ta main et je m’en régale! Riche en recherches, plein d’humour et on y retrouve des mots bien de chez nous:-)
    Un petit coucou depuis l’ile, de la ville de « port libre » où nous avons fait connaissance il y a quelques semaines, avec mon mari « bricoleur »
    Amitiés et au plaisir de lire cette jolie rubrique!
    Isabelle

    Répondre
  2. … en complément de votre réflexion, j’ai crainte que ces insectes puissent survivre au passage rapide dans l’eau, puis se reproduisent dans les égouts…
    Personnellement je les capture en les enfermant dans un verre, utilisant une feuille comme couvercle. Il est alors possible d’ébouillanter l’insecte en versant de l’eau chaude dans le verre, avant de jeter l’insecte aux toilettes.

    Répondre
    • Photo du profil de Jean-Pierre TAUXE

      J’ai oublié de préciser que lorsque la punaise est entre deux feuilles de papier WC, je l’écrase quand même… Mais merci tout de même pour votre conseil !

      Répondre
  3. Merci, cher Jean-Pierre, nous aussi en avons encore dans notre maison… J’en ai mis une encore hier dans les toilettes !
    Une question…Y a-t’il quelque chose qui va permettre de protéger nos arbres fruitier ou nos baies ???
    Merci si tu trouves un remède miracle !!
    Bises,
    ACath

    Répondre
  4. Bonjour Jean-Pierre,
    Merci pour ton cours « d’insectologie » sur ces sacrées punaises.
    Je suis surprise qu’elles fassent autant de dégâts par là où elles passent.
    Je t’envoie plein de belles pensées enneigées.
    Bise, Laurène

    Répondre

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription