Accueil | Quartiers | Centre | Quand le printemps tapissait de fleurs la terrasse du Pavillon Louis XVI

Partager l'article

Centre | Société

Quand le printemps tapissait de fleurs la terrasse du Pavillon Louis XVI

Sur la terrasse de l'Atelier d'Animation Crocus et narcisses "tête-à-tête" Une profusion de bulbes de printemps Bacs à fleurs sur les rebords de fenêtre Jonquilles, crocus et hellébores Tulipes naines et pensées Tulipes autour de la piste de pétanque Tulipes dans la rosée du matin Couronnes impériales (Fritillaria imperialis) Roses de Noël Iris germaniques Lys d'été Tournesol Hibiscus tricolore Dahlias en bac Tomates cerises L'album-photos sur les fleurs de Beau-Séjour Les jonquilles blanches de "Jeanne" Les premières perce-neiges L'Atelier d'Animation au printemps
<
>
Couronnes impériales (Fritillaria imperialis)

Ce n’est pas toujours de gaieté de cœur que l’on va rendre visite à un parent ou une connaissance à l’hôpital, encore moins quand on doit séjourner dans ce lieu. Cependant, à l’époque, l’Atelier d’Animation réalisait des décorations saisonnières qui permettaient justement de rendre l’établissement moins austère ; il avait cependant pour mission première d’embellir le quotidien et le moral des patients, grâce à son programme d’activités socioculturelles riche et varié.

Dans les objectifs fixés par l’ancien service d’animation intégré à l’hôpital, il allait de soi que toute action ou initiative originale était prétexte à « dévier l’attention de la douleur » : en effet, les animateurs saisissaient toutes les opportunités pour aménager des espaces agréables et offrir des sensations plaisantes aux patients hospitalisés à Beau-Séjour. Les nombreuses expositions de tableaux, photos ou peintures qui ornementaient les lieux (parfois réalisés par des patients), créaient une atmosphère divertissante, parsemaient de notes colorées le hall de l’hôpital, la réception et la cafétéria publique.

A cet effet, le début du printemps représentait une période particulièrement propice pour générer de l’enthousiasme chez les personnes hospitalisées fréquentant l’Atelier d’Animation : un petit tour sur sa terrasse devant le Pavillon Louis XVI suscitait déjà un certain enchantement, notamment grâce à la profusion de fleurs qui avaient éclos sous les fenêtres. Les plantations de bulbes, réalisées chaque année en automne, s’épanouissaient dès les premières journées ensoleillées du mois de mars. Elles formaient un véritable tableau vivant et coloré, associées aux autres vivaces en terre depuis fort longtemps : souvent plantées au fil des ans, elles remémoraient les réalisations d’anciens patients ayant bénéficié des loisirs du centre de détente.

Les arrangements floraux saisonniers, dans les caissettes qui garnissaient les rebords de fenêtres, évoquaient effectivement les après-midis « jardinage » prisées de certains pensionnaires lors des ateliers (ré)créatifs. Les catalogues de bulbeuses et les ouvrages illustrés sur les fleurs de saison à disposition à l’Atelier, donnaient des idées aux usagers pour effectuer des compositions éblouissantes et parfumées : tulipes, jonquilles, jacinthes, narcisses, crocus et muscaris, insérés aux pensées multicolores qui s’épanouissaient sans frissonner durant toute la période hivernale.

Parmi les habitués de l’animation, la plupart appréciaient de pouvoir contempler ces premières couleurs saisonnières offertes par la nature : cela les ramenait aux réalités de la vie qui continue hors de l’hôpital, tout en donnant un rythme et des points de repère au temps d’hospitalisation. Nombre de dames, parfois âgées, venaient chaque matin boire leur café et lire la Tribune à l’Atelier : elles en profitaient pour « guetter » l’apparition des premières perce-neiges, primevères, puis celle des crocus tricolores, alors que les roses de Noël (hellébores) déployaient leurs corolles depuis fin décembre déjà.

L’une d’entre elles avait d’ailleurs offert aux travailleurs sociaux un ensemble de jonquilles blanches rares, qu’ils avaient dû aller déterrer dans sa propre rocaille. En effet, ces fleurs – plantées autrefois par son père – avaient accompagné presque toute son existence. Ne pouvant malheureusement plus retourner habiter dans sa villa pour des raisons de santé, elle désirait que ces magnifiques bulbeuses puissent continuer à être admirées ailleurs, à chaque nouveau printemps : le jardin du Pavillon lui semblait parfaitement approprié pour les accueillir. Encore merci Jeanne pour cette délicate attention et les souvenirs qu’elle évoque !

La variété des fleurs, entretenues avec beaucoup de soin, était surprenante : il s’agissait presque d’un mini jardin botanique qui s’offrait aux visiteurs, tant pour les personnes hospitalisées, leurs visites ou les employés de Beau-Séjour. Cette plantation a d’ailleurs fait l’objet d’une autre exposition de photographies dans la cafétéria publique et les couloirs de l’hôpital, ayant pour thème « Les fleurs de Beau-Séjour ». Un album-photos souvenir avait également été réalisé pour prolonger cette expo (voir dans les images ci-jointes).

Il est vrai qu’après la floraison de printemps, alors que les tulipes tardives et les couronnes impériales perdaient leurs derniers pétales, les iris prenaient le relais, suivis des premières roses. Des pois de senteur grimpaient le long de la gouttière, et quelquefois même, des plants de tomates-cerises se dressaient dans le mini jardin-potager, agrémentant ainsi de leurs fruits certains apéritifs.

L’été cédait ensuite la place aux lys, tournesols, lupins, puis un magnifique hibiscus tricolore laissait apparaître en buisson ses fleurs en trompette aux tons chatoyants : bleus, roses et blancs. Un rosier-tige (autre cadeau d’une pensionnaire reconnaissante) fleurissait une seconde fois au début de l’automne, avec à son pied quelques petits groupes de colchiques, alors qu’une sélection de bégonias et autres dahlias plantés en bacs, étalaient leurs vifs coloris jusqu’aux premiers gels…

Site web : http://jean-pierretauxe.wix.com/atelierdanimation

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Jean-Pierre TAUXE
Décorateur de premier métier; une expérience d'une année dans les coulisses du Cirque Knie pour écrire un premier livre; formation d'éducateur sport et loisirs pour personnes handicapées ou en difficulté d’adaptation, puis de maître socio-professionnel à l'EESP de Lausanne.

Il reprend plus tard la responsabilité de l'Atelier d'Animation à l’Hôpital Beau-Séjour. En août 2013, il partait en préretraite après 23 ans de "bons et loyaux services". L’Atelier qu'il animait, cher aux patients hospitalisés qui bénéficiaient ainsi d'instants de loisirs et de moments de répit bénéfiques à leur moral, a été maintenu à 50% durant une année après son départ. Menacé de fermeture à cause de projets institutionnels et mesures d'économies aux HUG, ce centre a pourtant disparu en juillet 2014, avec le départ du second animateur à temps partiel.

Jean-Pierre Tauxe a alors publié un autre ouvrage, qui retrace ces deux décennies à la tête de l'espace de loisirs de Beau-Séjour : rétrospective d'événements exceptionnels, organisations socioculturelles originales, récits et anecdotes et également nombre de témoignages de patients.

Ce livre peut être commandé en laissant les cordonnées sur le site web de l'Amicale de l'Atelier d'Animation, rubrique en bas de page "Plus d'Info". Titre : "l'Atelier d'Animation ou comment offrir un 'supplément d'âme' aux patients séjournant à l'hôpital". 180 pages, 58 illustrations en couleur, format 14,9 x 21,1, broché, 24.- Frs + 4.- Frs de frais d'envoi pour 1 exemplaire.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription