Accueil | Thématique | Actu | Réchauffer les corps et adoucir les coeurs cet hiver avec Chaï Bike

Partager l'article

Actu | Centre

Réchauffer les corps et adoucir les coeurs cet hiver avec Chaï Bike

Shyamalie et Isabelle, fondatrices de Chaï Bike ©ChaïBike ©ChaïBike ©ChaïBike Thé Chaï ©ChaïBike ©ChaïBike Shyamalie et le Chaï Bike ©ChaïBike ©ChaïBike Thé Chaï et gâteaux aux noisettes  ©ChaïBike ©ChaïBike Divers gâteaux faits maison ©ChaïBike Gâteau aux amandes ©ChaïBike
<
>
Shyamalie et Isabelle, fondatrices de Chaï Bike ©ChaïBike

Je suis accueillie par Shyamalie, l’une des responsables, et son mari Eric, dans la mince arcade du Chaï Bike, à la Rue de l’École-de-Médecine. Instinctivement et non sans un certain enthousiasme, Shyamalie me tend son breuvage fait maison aux mille vertues. Il faut dire qu’un peu de chaleur ne fait pas de mal en ce jour particulièrement froid et gris. C’est donc en toute intimité que nous nous installons pour discuter de ce pop-up store atypique. Des tea-room, on en voit déjà partout, mais des concepts comme celui du Chaï Bike, rarement. La créatrice de ce thé aux douces saveurs d’Asie du Sud, s’empresse de me raconter l’histoire de son concept, avec une gentillesse et une ouverture hors-pair. Thé Chaï à la main, je n’ai même pas besoin de lui poser de questions tant le fil de la discussion s’enchaîne. Des rires éclatent, des sourires bienveillants s’affichent. « Cela fait longtemps que l’idée a émergé dans nos coeurs et ça fait une année que le vélo, construit par mon mari est opérationnel, me souffle Shyamalie. L’idée de base c’était d’aller dans le rue, de partir à la rencontre des gens comme un Food Truck, sauf que le vélo est bien plus écologique ». Cependant, après avoir participé cet été à de nombreux festivals de Street Food, sa demande d’investir le domaine public se voit refusée, ce qui la contraint à trouver une autre alternative au Chäi Bike. Grâce à un ami, un pop-up store (magasin éphémère) a pu être installé afin de faire connaître davantage son concept mais surtout de « rester vivant ».

Tout a commencé autour d’un Chaï…

L’histoire du thé Chaï telle que la raconte Shyamalie est avant tout celle du partage, le partage d’une tradition familiale. Depuis son arrivée sur les terres helvétiques il y a presque trente ans, elle ne manque jamais une occasion d’offrir à son entourage, en toute simplicité, ce délice venu d’ailleurs ainsi que ses pâtisseries maisons. Gagnant le coeur de ce dernier, c’est cet élan qui la pousse à s’interroger sur le lancement de ses produits. « Un jour, je buvais un Chaï avec une très bonne amie lausannoise de longue date, Isabelle, c’est elle qui m’a finalement convaincue de me lancer. Comme elle est très concernée par le bien-être et qu’elle a de bonnes connaissances des thérapies naturelles de par son diplôme en aromathérapie, je lui ai proposé qu’on se lance ensemble dans cette aventure ! Moi, je maîtrise le thé Chaï et j’ai un fort intérêt pour la médecine Ayurvédique mais je ne suis pas professionnelle, alors qu’elle, si » me raconte-t-elle. C’est ainsi qu’est né Chaï Bike, par l’alliance des cultures et d’une passion commune pour l’environnement et le bien-être qui anime chaque jour les deux femmes.

Voyage des sens et soins du corps

Mais alors, qu’est-ce qui fait la particularité du Chaï, « thé » en hindi ? Bien que Shyamalie garde le secret de sa propre préparation, elle me dévoile les ingrédients de base dont le thé noir qui s’infuse avec plusieurs épices fraîches et aromatiques, aux vertues thérapeutiques : la cardamome, utilisée pour traiter divers maux de dents, gencives, gorge et est source de vitamines, le clou de girofle, aux propriétés antiseptiques et anesthésiques, la cannelle, riche en antioxydants et le gingembre, connu pour son efficacité contre les douleurs liées aux rhume et rhumatismes. A cela est ajouté du lait. L’originalité de cette recette chez Chaï Bike ? L’alternative lait de soja ou lait d’amande pour les intolérances ainsi que la provenance directe du Sri Lanka de toutes les épices et d’une machine, servant à les moudre sur place, dans le local genevois. « Ce que l’on peut acheter déjà moulu ce n’est pas tout pareil, le parfum n’est pas aussi pur si tant est qu’il y en ai ! On moud de petites quantités que l’on fait directement infuser avec du thé noir. Au Sri Lanka, chaque fois qu’on a un petit soucis de santé comme le rhume ou la grippe, on ne se tourne pas vers les professionnels, on ne prend pas d’antidouleurs, on puise ce qu’il nous faut dans les épices et les plantes », précise Shyamalie. Des petites douceurs complètent l’offre gustative, des cakes -sans gluten et sans lactose- un aux amandes et l’autre au chocolat ainsi que des biscuits aux noisettes. Le salé fera aussi son apparition d’ici quelques temps, sous forme de samoussas aux légumes ou à la viande. Le tout, bio et fait maison bien évidemment.

Les saveurs sri lankaises pour tous vos événements !

Chaï Bike propose aussi ses services de petite restauration pour divers événements allant des workshops et événements marketing en entreprise, aux anniversaires et afternoons tea. Fort de sa flexibilité et de sa volonté de répondre au mieux à la demande des potentiels clients, le store va plus loin avec des formules sur-mesure. Une carte fidélité est également disponible sur place pour récompenser les férus du thé Chaï. Malgré son installation récente, le concept ne cesse d’attirer les curieux et les retours « sont très encourageants. Nous avons même eu des demandes d’organisation d’ateliers autour de la préparation du Chaï ! », s’enthousiasme Shyamalie. Bien que le but primaire est d’arpenter les rues de la Ville à vélo munies de leurs produits, les responsables n’excluent pas l’idée de s’installer dans une arcade. Les conditions ? Trouver un endroit confortable et à forte influence, qui leur permettrait d’exposer le vélo à l’intérieur et de l’utiliser uniquement pour des événements privés. De la persévérance, des entrepreneurs généreuses et un concept homemade original, le monde du thé à Genève n’a qu’à bien se tenir car Chaï Bike n’a pas dit son dernier mot !

Chäi Bike s’engage à reverser une partie de ses bénéfices en faveur des personnes en difficulté au Sri Lanka.

Instagram : https://www.instagram.com/chaibike_geneve/

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Sivanah Lachavanne
Franco-suisse de 24 ans ou ferneysienne-genevoise mais surtout fière de pouvoir combiner ces deux entités au niveau culturel, politique et économique.
Etudiante en Master Science du Langage et Histoire moderne
La micro-actualité n'est pas le sous-domaine de l'actualité, au contraire !
Ouvrons nos yeux et nos esprits à la ville, pour une information accessible.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription