Accueil | Thématique | Actu | Pas de tente, pas de Zooloo Festival!

Partager l'article

Actu | Culture | Lac | Loisirs | Société

Pas de tente, pas de Zooloo Festival!

Pas de tente, pas de Zooloo Festival!

Devenu rendez-vous incontournable de la rentrée versoisienne, le Zooloo Festival aurait fêté ses sept ans en septembre de cette année. Mais les plus observateurs l’ont peut-être déjà remarqué : les premiers préparatifs, comme la sélection des groupes, qui sont d’habitude visibles sur Facebook à cette période, sont inexistants. Car, mauvaise nouvelle, l’année 2013 sera une année sans Zooloo !

Enfin du mouvement à Versoix !

Si l’on connaît bien les Caves de Bon-Séjour, on ne peut toutefois pas comparer les concerts qui s’y déroulent avec le Zooloo. Une fois par an, on peut sortir à Versoix ! D’ordinaire, les jeunes Versoisiens passent peu de soirées dans leur ville ; on prend le train pour Genève et on ne revient qu’à la fin de la nuit, en s’endormant dans le Noctambus bondé qui nous ramène à la maison. En effet, à part les Caves et l’Artist’s Pub, notre commune n’offre pas beaucoup, pour ne pas dire pas du tout, de vie nocturne. Mais une fois dans l’année, la tendance s’inverse. Les trains direction Versoix sont remplis de jeunes et de moins jeunes venant des quatre coins du canton. Les festivaliers se demandent à quelle gare descendre (« Quoi, il y a deux gares à Versoix ? ») et se dirigent vers le bord du lac, à Port Choiseul, où une scène et des buvettes les attendent.

Ce festival est organisé par le Parlement de Jeunes de Versoix (PJV) depuis 2006. Les concerts s’enchaînent sur l’unique scène de la Grève Nautique, passant de groupes d’amateurs à plus connus, comme Take Me Home, des habitués du Zooloo Festival. L’ambiance y est détendue, et on peut aisément s’écarter de la foule pour boire une bière sous les tentes, ou encore sur la plage. Entrée gratuite, bonne musique et, pour une fois, c’est à côté de chez nous ! De quoi se consoler de la déprime de la rentrée scolaire.

Pas de Zooloo sans tente

Mais cette année, Port Choiseul restera silencieux. Et les jeunes pourront continuer à pester contre le manque d’activité dans cette ville. Le problème ? Depuis toujours, la Kermesse de Versoix se déroule en même temps que le festival, c’est-à-dire aux alentours du 15 septembre. Se pose donc un problème de matériel. Depuis que la Kermesse a repris sa place habituelle après la fin des travaux de la paroisse catholique, un abri y est nécessaire. Cet événement a donc la priorité sur l’utilisation de la grande tente de la commune, également convoitée pour le Zooloo.

Les deux années précédentes, le PJV avait trouvé une alternative. Ils avaient en effet emprunté une tente à d’autres communes, comme Collex ou Chambésy. Les organisateurs se chargeaient de faire les démarches, et Versoix finalisait l’accord en donnant son aval et réglant les derniers détails techniques avec les communes voisines. Mais cette fois, les autorités communales leur annoncent dans un échange de mails que « ce n’est pas du ressort de la ville de se substituer aux sociétés locales afin de chercher des solutions de remplacement ». En d’autres mots, on ne peut plus emprunter le matériel des autres communes. Cela en démotive quelques-uns, comme Vincent Heiniger, qui a monté le festival l’année passée : « Je ne vois pas de soutien donc je n’ai pas l’envie. Nous ça nous plaît, on essaye de faire plaisir aux autres, mais on a besoin d’aide aussi. Ce n’est pas à nous d’amener toutes les solutions. On ne demande pas beaucoup, on demande une tente et des bancs ! »

Le PJV tente alors de proposer d’autres dates : le 24 ou le 31 août ? Deux semaines avant ou après ? Mais rien à faire, la tente versoisienne n’est jamais disponible. En louer une serait trop lourd pour le petit budget du Zooloo, qui n’apporte que peu de bénéfices. Cela finit donc de décourager les organisateurs, qui doivent également faire face à des problèmes de timing : « Les autres années, on venait de finir nos études alors on avait beaucoup plus de temps pour gérer tout ce qui était administratif, la recherche de sponsors… Cette année, on était partis pour l’organiser. Mais à ce moment-là, on s’est dit : « C’est trop galère, stop ! » », explique Lucien Pamingle, qui s’occupe du Zooloo depuis plusieurs années.

A quand la relève ?

C’est la fin du Zooloo alors ? Rassurez-vous, ce n’est pas le cas ! Avec la dissolution du Parlement en vue, on envisage de créer une association uniquement destinée au festival. Il ne reste plus qu’à régler le problème de la disponibilité de la fameuse tente, c’est-à-dire adapter la date du festival pour éviter la simultanéité avec la Kermesse, et réserver le « Saint Graal » avant les autres.

Les organisateurs du Zooloo aimeraient également passer la main car ils manquent de temps. De plus, plusieurs membres du PJV ont récemment quitté Versoix, bien qu’ils espèrent que cela ne les empêchera pas de s’occuper le festival. « C’est dommage pour cette année. Je suis assez motivé pour l’année prochaine, mais il faut qu’il y ait des jeunes qui soient avec nous, pour reprendre le flambeau », explique Lucien. L’actuel staff du festival est donc prêt à assurer une transition, en partageant ce qu’il a appris avec les suivants. D’autant plus que le Zooloo a déjà une base solide, avec des sponsors prêts à le suivre sur le long terme. Des intéressés ?

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Anouk Pernet
Avec une carrière de journaliste dans ses projets futurs, la benjamine des reporters de quartier fait ses premiers pas de reporter chez elle, à Versoix. La mission de cette étudiante en sociologie : tisser des liens avec ses voisins, relayer l’information de sa commune en ciblant particulièrement les plus jeunes «qui ne se connaissent pas forcément, au contraire des générations précédentes. »

6 commentaires

  1. Je n’habite pas Versoix mais Carouge. Il est vrai qu’il n’y a pas beaucoup d’occasion de traverser le canton pour passer une soirée à Versoix. Le Zooloo est un festival sympa, dans la nature, où tout le monde a du plaisir à venir, même s’il pleut des cordes. J’y ai découvert des jeunes (et des moins jeunes) talents qui ont la pêche, qui ont envie que ça bouge dans ce coin. Il faut les encourager, les aider. Le Zooloo est une très belle initiative, il serait dommage qu’il disparaisse pour une histoire de tente alors que la motivation est là. Après on dit que les jeunes sont des br… qu’ils ne savent pas quoi faire pour s’occuper, la faute à qui ? Vous les élus, descendez sur terre, occupez-vous du concret, sur le terrain ! Allez voir ces jeunes, tout ce qu’ils demandent c’est faire plaisir à vos concitoyens, ceux qui vous ont élus !

    Répondre
  2. Ca a l’air de bouger, M. le Conseiller Municipal J.Kummer est déterminé, alors YES pour la tente et le reste.

    Répondre
  3. C’est tout simplement scandaleux!!!
    En tant qu’élu d’un parti minoritaire au Conseil Municipal de Versoix (et non présent au Conseil Administratif, où se trouve le vrai pouvoir), je n’ai même pas été tenu au courant de ce changement d’attitude de la Commune.
    Comment les priorités sont elles accordées pour la tente municipale? Pourquoi passez-vous derrière la kermesse? Et les autres dates?
    Comptez sur moi pour faire remonter votre colère jusqu’aux responsables de cette cacade.
    J’ai 3 enfants et aimerais aussi qu’ils trouvent des activités sur Versoix plutôt que de toujours descendre en ville.

    Répondre
    • Photo du profil de Anouk Pernet

      Merci pour cette réaction, c’est agréable de constater que cette déception n’est pas uniquement partagée par les jeunes.
      Je tiens juste à préciser que j’ai écrit cet article sur la seule base de témoignages des organisateurs. J’ai néanmoins rendez-vous à la Mairie d’ici peu. Peut-être qu’une version d’un autre point de vue permettra d’éclairer les choses…

      Répondre
  4. Apparemment, un manque de soutien flagrant pour cette jeunesse entreprenante, dommage.

    Répondre
  5. Tout simplement pathétique! Nous avons là un groupe de personnes, motivées à créer un truc pour les jeunes dans notre (presque) cité-dortoir – où il est vrai qu’il ne se passe pas grand-chose, pour ne pas dire rien, hormis la très commerciale fête du chocolat et la traditionnelle course de caisses-à-savons également en manque de bénévoles – et tout ce que trouve à faire notre administration pour les conforter dans leur but, c’est de ne leur offrir aucune assistance! Un grand bravo à nos élus! Il vaut donc mieux foutre le feu aux bagnoles comme en Suède, là il y a de l’animation dans les rues… Je suis bénévole depuis de nombreuses années dans une autre association à but socioculturel située dans une des plus importante commune de notre canton, je connais donc le genre de sentiments qui doit être présent dans les têtes et les cœurs de ces jeunes adultes. Je n’ai qu’un mot à leur dire: Faites du Bruit! Manifestez-vous! N’abandonnez-pas, vous êtes notre futur, faites-le savoir et reconnaître auprès de nos élus! ( Entre-nous, les promos c’est bientôt et il y aura tout le gratin…. A vous de voir…)
    Et surtout, surtout, à l’avenir n’oubliez pas de vous souvenir de cette fâcheuses mésaventure, afin de ne pas la reproduire plus tard, aux dépens d’autres bénévoles! Courage!

    Répondre

Répondre à Anouk Pernet Annuler

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription