Accueil | Thématique | Actu | A l’atelier Magma, Joël Rey sculpte le verre en fusion

Partager l'article

Actu | Non classé | Périphérie

A l’atelier Magma, Joël Rey sculpte le verre en fusion

A l’atelier Magma, Joël Rey sculpte le verre en fusion

Rien dans la façade tranquille du 27 chemin des Maisonnettes ne trahit la fournaise que cachent ses profondeurs. C’est pourtant à cette adresse que se trouve l’atelier Magma, où Joël Rey sculpte du verre rendu liquide par une flamme chauffée à 1400 degrés. Rencontre avec le maître des lieux, un passionné qui souffle le verre depuis plus de 20 ans.

Tout commence en 1989 lorsqu’après avoir obtenu sa maturité au collège de Saussure, Joël Rey se met en quête d’une formation. Après avoir essayé plusieurs écoles, il finit par s’intéresser aux verreries et plus particulièrement à leurs fours. « J’ai toujours aimé jouer avec le feu et je suis quelqu’un de manuel », confie-t-il. En 1990, il réalise donc une semaine de stage comme souffleur d’appareils en verre à Bâle. « Quand je suis revenu, j’étais émerveillé. Deux mois plus tard je commençais un apprentissage là-bas », se souvient Joël Rey. C’est le début d’une longue carrière de souffleur de verre artistique.

Des œuvres inspirées par le quotidien
Pour ses sculptures, Joël Rey modèle des tubes de verre d’un mètre et demi. Plutôt onéreuse, cette matière première ne permet pas au souffleur de la retravailler. Il faut concevoir en amont la pièce pour être sûr d’atteindre la bonne forme dès le premier essai. Joël Rey réalise donc des esquisses sur papier. « J’ai toujours un petit carnet sur moi où je fais des croquis qu’ensuite j’agrandis, explique-t-il, j’aime bien me balader dans la nature et je cherche l’inspiration dans la vie de tous les jours, dans le tram, dans mon travail… »

Des sculptures suggestives
« Au début, je faisais des pièces très figuratives : des mains, des pieds, des têtes… », raconte Joël Rey. Avec les années, il progresse techniquement et peut évoluer esthétiquement. « Maintenant je suis passé à des choses vraiment abstraites. On reconnaît toujours le personnage, le corps, la tête… Mais ce n’est plus du tout figuratif, c’est devenu suggestif », décrit-il.
Malgré cette tendance à l’abstrait, Joël Rey a gardé un sujet figuratif : les mains. « C’est un thème que j’apprécie énormément, explique le souffleur, chaque année j’en fais une ou deux. » Joël Rey sort alors de ses cartons une main d’une cinquantaine de centimètres, dont le majeur et l’annulaire forment un V. « C’est la main d’Egon Schiele, un peintre que j’aime énormément, explique-t-il, je l’ai représentée en train de faire ce signe, car je n’y arrive pas moi-même. »

Un apprentissage exigeant
Pour ceux qui désireraient apprendre le métier, mieux vaut partir à l’étranger, en France ou, mieux encore, en Allemagne. « J’ai failli faire une école en Allemagne, mais à l’époque il y avait des quotas, se souvient Joël Rey, dix-huit places pour les ressortissants de l’Union Européenne, une pour l’outre-mer et une pour les non-européens. Pour cette dernière, on était 40 à 50 candidats. »
Il est toutefois possible de découvrir le travail d’un souffleur de verre sans prétendre en faire son métier. Joël Rey propose des cours d’initiation ouverts à tous. « Ils sont destinés aux gens attirés par le verre et qui se demandent comment ça marche, décrit-il, après quelques cours, les élèves ont une autre approche du verre. Ils se rendent compte que c’est un peu liquide, mielleux, que ça fond et que ça part dans tous les sens… » Une occasion pour les curieux de découvrir un artisanat méconnu. Pour les moins téméraires, il est toujours possible de découvrir le travail de Joël Rey lors de sa prochaine exposition qui se déroulera du 8 au 31 octobre à la galerie Keller de Zurich.

Informations : www.verre.ch

 

Partager l'article

J'écris un article

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription