Accueil / Slider actualités

Slider actualités

Michel Servet, l’homme qui unit Genève à Annemasse, pour les siècles des siècles…

En des jours meilleurs, lorsque l’humeur baladeuse reprendra ses droits, pourquoi ne pas monter à bord du Léman Express qui vous conduira en dix minutes de Champel à Annemasse sur les traces de cet homme dont les convictions avant-gardistes ont scellé à tout jamais – au prix de sa vie – le destin de ces deux villes, bien avant l’arrivée du chemin de fer en 1880. On peut en effet se demander comment la statue de Michel Servet – qui n’avait strictement aucune origine savoyarde et encore moins genevoise – condamné à être brûlé vif pour hérésie sur la colline de Champel au 16ème siècle, s’est retrouvée d’abord à Annemasse, puis à Genève seulement en 2011, auprès du monument expiatoire érigé en 1903 ? Afin de découvrir ce passionnant mais délicat chapitre de notre histoi...

Jelly Jelly : Elle met en valeur les groupes locaux

Très impliquée sur les scènes genevoises, cette australo-genevoise interviewe tous les groupes locaux… ou presque ! Si en journée, Jelly Jelly est employée de banque, durant son temps libre elle se consacre à la musique. Non pas comme musicienne mais comme chroniqueuse musicale. Elle reçoit surtout ces groupes talentueux mais sans visibilité dans les médias. L’idée n’a pas mis longtemps à germer pour créer son propre média. Ainsi est né On stage Music-Live. Toujours enthousiaste de faire partager sa passion, elle répond à mes questions. Comment est-ce que l’aventure de chroniqueuse a commencé ? C’était en 2014 pour Néo Music Live. Leur chroniqueur habituel leur avait fait faux bond et ils avaient besoin de quelqu’un de bilingue pour le Sierre Blues Festival. Il fallait à la fois couvrir le...

Une fin tout en couleur pour les immeubles Familia à Lancy

Si vous prenez régulièrement la route de Saint-Julien, vous les avez probablement remarquées l’été dernier. De grandes fresques étaient apparues sur les façades des barres d’immeubles Familia à la hauteur du Bachet de Pesay. Ces oeuvres étaient comme une salve d’honneur pour ces bâtiments voués à la démolition. Le projet mis sur pied par Michael Vauthey avait consisté à réunir le temps d’un weekend une soixantaine de graffeurs bénévoles et à leur mettre à disposition les près de 2000 mètres carrés de « pages blanches » que représentaient les façades. Un rêve pour les artistes de l’aérosol … et pour leurs admirateurs. La fête a été belle et durant les mois qui ont suivi, les barres d’immeubles sont devenues un but de promenade, une sorte d’exposition en plein air...

Pierre, l’homme qui chante avec les oiseaux

Pierre, l’homme qui chante avec les oiseaux La Cité Vieusseux a toujours hébergé des personnalités connues, des cyclistes, des footballeurs, des magistrats par exemple. Ne voulant oublier personne, je n’en mentionnerai aucun. Des originaux aussi ont marqué l’histoire de ce quartier populaire, très nombreux mais qui resteront eux aussi anonymes. Pourtant, aujourd’hui, je voudrais parler de l’un d’entre eux qui mériterait d’être connu. Un autodidacte, un homme tombé dans la potion magique de la musique un peu comme par miracle pour se trouver une raison d’être. Pierre Aeschlimann, puisque c’est de lui dont il est question, est tombé dans la « guitaremania » à l’âge de douze ans. Il s’agissait d’une ...

« Mission Roosevelt » à la Jonction

Durant la Fête du théâtre, le quartier de la Jonction a été plusieurs fois envahi par une horde de fauteuils roulants, sous la haute direction d’une femme autoritaire, Madame Roosevelt, tout de rouge vêtue et au regard caché par des lunettes noires cerclées de rouge, secondée par son acolyte, Monsieur Roosevelt. Cette action est à la fois un jeu théâtral et une sensibilisation au handicap moteur, nommée « Mission Roosevelt » en hommage au démocrate Franklin Roosevelt, élu quatre fois président des Etats-Unis malgré une grave paralysie, modèle de courage et d’optimisme. Elle a été lancée par la troupe américano-franco-italienne « Tony Clifton Circus » en 2012 et jouée par Diane Bonnot et Iacopo Fulgi et leurs assistants techniques en Italie, en France, au Liban, en Egypte et même en Corée. ...

Regards croisés sur la fête du théâtre

Le grand raout du théâtre genevois aura lieu du vendredi 9 au dimanche 11 octobre malgré la crise sanitaire Trois jours de folie attendent les Genevois en octobre. Du vendredi 9 au dimanche 11 aura lieu la Fête du théâtre. Un événement reconduit pour la huitième année, déjà. Signe d’un succès toujours grandissant auprès d’un public Genevois, très au fait de la chose théâtrale grand amateur de scène et de sorties culturelles. Répondant aux diverses fêtes de la musique ou du cinéma, l’événement a vu le jour en 2012, initié par deux figures dans le domaine: Margarita Gingins et Imanol Atorrasagasti. “Étonnamment, il n’y avait pas de fête du théâtre à Genève, dit la première, codirectrice. En 2012, on s’est dit que c’était le moment. À l’origine, nous avons misé sur l’importance de la découver...

La paroisse de Saint Pie X vient au secours de la chorale de mon quartier

Privés de concerts et de répétitions depuis le mois de mars, les chanteurs de nos chorales se languissent de retrouver leur activité. En fonction de sa nature, un chanteur longtemps confiné devient soliste ou muet… Avec l’arrivée du Covid 19, le printemps a changé notre vie, avec du bon et du moins bon. Pour le meilleur, il nous a permis d’entendre comme rarement, ou comme jadis, la voix des oiseaux, il a fait taire pour un temps les vrombissements des moteurs et cloué les avions au sol, ce qui fut apprécié des uns et maudit des autres. Pour le pire, il a rempli les hôpitaux, vidé quelques EMS, fermé nombre d’entreprises et cloué le bec des choristes ! Plus de répétitions, plus de concerts, plus de fête de la musique. Chanter sous un masque est moins stimulant que danser ...

Une mine d’or pour les fous d’horlogerie

L’horlogerie est un monde de passionnés. Avec les collectionneurs de montres anciennes, sertisseurs, polisseurs ou horlogers spécialisés, on sent toujours le cœur parler. «Dans l’horlogerie, il y a deux aspects: l’assemblage de pièces pour fabriquer une montre ou bien on part de la page blanche et on réalise tout.» À entendre Sébastien Monney, on sent rapidement que ce formateur et horloger est tombé dedans il y a bien longtemps: «Un jour alors que j’étais élève à l’école d’horlogerie du Petit-Lancy, un horloger indépendant qui faisait des remplacements m’a fait voir sa montre. Il m’a dit qu’il l’avait fabriquée lui-même de A à Z. Alors, je me suis dit que moi aussi, un jour, je réaliserais ma montre, comme ce Monsieur.» On ignore si à ce jour c’est chose faite, mais aujourd’hui, Sébastien...

Post tenebras, le lux multicolore

Visite guidée de Genève pendant et après le confinement Genève repart. Dans son rythme et avec ses rebondissements, la vie reprend dans la cité de Calvin. Alors que les institutions sont toujours plus nombreuses à rouvrir leurs portes, les lieux emblématiques retrouvent leurs engouements habituels. Pour marquer cette période particulière et ineffaçable de notre mémoire, la photographe genevoise Karine Bauzin a publié aux Éditions GOOD HEIDI Production un album-souvenir. Au total, 100 clichés en noir et blanc illustrent l’époque pesante et angoissante du semi-confinement. À leur à côté, 100 autres photographies présentent les mêmes lieux genevois depuis le même angle, mais cette fois-ci après la libération. La vie a repris en couleurs ! Durant ce printemps 2020, les capitales du monde ont a...

Deux jolis projets culinaires

J’ai récemment découvert deux projets culinaires, 2 petites entreprises qui prennent place à Genève, dirigés par Jaime Barria/Jaumesse et ses collaborateurs, jeunes entrepreneurs, Nik’s Fudo et Food N’Friends. Au sujet de Nick’s Fudo, d’où vient cette appellation et qu’est-ce que vous proposez ? Du bouddhisme qui signifie immobile, comme nous aimons le dire nos clients n’ont pas besoin de se déplacer, nous leur apportons ouverture d’esprit, le partage des cultures à travers des plats faits maison. Nous encourageons, responsabilisons et accompagnons les entrepreneurs migrants à domicile qui désirent partager leur culture et leur passion pour la nourriture. 2)Quelles conditions légales les cuisinières doivent elles respecter pour pouvoir exercer leur...

Le Léopard et autres cités « ouvrières »

Une très belle calligraphie orne un immeuble muré, en attendant sa démolition, de la rue des Maraîchers à la Jonction : « « Sam’ suffit » aurait pu être le nom de ces logements »… Dans les années 50 et 60, on a beaucoup bâti à Genève des cités ouvrières, soit des logements bon marché, mais très bien conçus. J’ai passé mon enfance dans une « Cité Familia », qui existe toujours avenue de la Concorde. Un ensemble de 8 maisons comprenant chacune 6 appartements de deux étages encerclant un grand terrain de jeux pour les enfants. Tous le monde se connaissait et chaque famille se sentait responsables de tous les enfants. Ces logements nous suffisaient, nous avions l’eau courante chaude ou froide, une salle de bains-WC, des petits balcons ornés de plantes, les chambres papa-maman et les chambres d...

Retraite en vue pour Monsieur Buhler

À Carouge, entre la place de l’Octroi et la rue Saint-Joseph, on trouve une petite enseigne au nom de Buhler, motos scooters. L’atelier de mécanique et de réparation est tenu par une figure carougeoise, un dénommé Serge Buhler qui manie la clé à molette et le marteau avec la même aisance que le tournevis ou la pince coupante. Voilà dix-sept ans que le mécanicien fait office au 9, rue du Pont-Neuf. Bien longtemps aussi que scooters, vélomoteurs ou vélos n’ont plus aucun secret pour lui. Du pneu crevé au carburateur bouché, des plaquettes de frein usées au pot d’échappement troué qu’il faut souder, Serge Buhler sait tout faire et son art de la réparation s’applaudit de bien plus loin que la Cité sarde. Mais voilà, l’heure de la retraite a sonné pour le mécano: «Après cinquante ans de métier,...

Mot de passe oublié

Inscription