Accueil / histoire

histoire

Belle fête d’adieu pour l’école du village de Saconnex d’Arve

Samedi 30 mai, ils étaient plus de 300 parents et élèves à s’être réunis pour faire une belle fête d’adieu à leur petite école de Saconnex d’Arve. En ce mois de juin, ce ne sont pas moins de trois écoles primaires de la commune de Plan-les-Ouates qui vivent leurs derniers jours : l’école des Serves dans le quartier de la Chapelle, celle du village d’Arare et celle de Saconnex d’Arve. Ces écoles laisseront en effet la place à la rentrée 2015 au nouvel établissement scolaire intercommunal Le Sapay. Située dans le nouveau quartier de La Chapelle-Les Sciers, l’établissement comprendra 24 classes lorsqu’il aura atteint le maximum de sa capacité d’accueil. Passation de flambeau A Saconnex d’Arve où l’école est plus que centenaire,...

Des cowboys aux vikings, Thiery Girod met l’histoire en scène dans ses BD

Dessinateur de bandes dessinées, Thierry Girod collabore avec Patrick Marty et sa maison d’édition Atelier d’encrage pour divers projets. Connu pour ses BD western, il a bien voulu répondre à quelques questions et nous parler de son nouveau projet de BD sur les vikings: Thierry Girod, parlez-nous de vous. – Haut savoyard, je suis passé par les Beaux-Arts d’Annecy et de Lyon. Ensuite, j’ai travaillé comme illustrateur avant de me lancer dans la bande dessinée. J’ai réalisé plusieurs tomes de la série western Durango – créée à l’origine par Yves Swolfs – et les six albums de Wanted, qui racontent les aventures d’un chasseur de primes. L’action se déroule entre les Etats-Unis et le Mexique sur fond de guerre de Sécession et de ...

Visite muséale genevoise

Visite dominicale au Musée d’art et d’histoire. Bonne journée, A+ Frank

Rencontres archéologiques à Plan-les-Ouates

Remontez le temps à bord des Rencontres archéologiques, à La julienne, Maison des arts et de la culture de Plan-les-Ouates (Rte de Saint-Julien 116). Entrée libre, sauf pour les animations et ateliers pour enfants. Vendredi 10 octobre 19H – PROJECTION : « LE VIN DES TERRES LYONNAISES » Film de David Geoffroy (Fr), 2013, 52 min. En 43 avant notre ère, la fondation d’une colonie romaine à Lyon voit l’arrivée des premiers colons venus d’Italie. Son territoire se couvre de domaines agricoles et dernes. Ancien soldat originaire d’Italie, Staius Regilius, propriétaire d’un de ces somptueux palais ruraux, nous raconte la vie dans l’une de ces villas. 20H15 – CONFERENCE : « LA VILLA GALLO-ROMAINE DE PERLY ET LA ROMANISATION DE LA CAMPAGNE GENEVOISE » Intervention de Denis G...

A Veyrier, ce cimetière atypique

A quelques pas de la douane, le long d’un chemin qui s’enfonce jusqu’aux rives de l’Arve, se cache le cimetière israélite de Veyrier. Inauguré en 1920, il est le seul cimetière juif utilisé aujourd’hui par la communauté israélite dans le canton de Genève où l’on dénombre près de 3500 tombes. Situé exactement sur le tracé de la frontière, il témoigne surtout d’une histoire peu commune que nous raconte Jean Plançon, gardien des lieux, guide et historien autodidacte, auteur de deux ouvrages sur l’histoire des Juifs de Carouge et de Genève. « Unique au monde » Plutôt fréquenté par les joggeurs et les promeneurs qui apprécient ce coin tranquille près des vignes, le chemin de l’Arvaz est néanmoins connu pour abriter les tombes de plusieurs personnalités du monde politique, littéraire ou économiq...

Canaille, la plaque de la rue Vautier, à Carouge

Une plaque indiquant le nom d’une rue a été insidieusement renommée à Carouge. La rue Vautier est devenue la rue Ben Vautier Surprise à l’angle de l’avenue Cardinal-Mermillod et de la rue de la Filature, à Carouge. La plaque de la rue Vautier, qui regarde pour ainsi dire le café Le Marchand de Sable, a été renommée. Le prénom Ben a été insidieusement ajouté avant le nom de la rue. Ce qui donne, pour être clair: rue Ben Vautier. La facture de l’ajout du prénom sur la plaque indique qu’il ne s’agit pas là d’une action officielle. Alors, travail d’artiste ou œuvre malveillante? En tout cas, l’esprit canaille si cher à Carouge règne toujours dans la Cité sarde. Car coquin, il faut l’être un peu pour détourner le nom d’une famille de notables carougeois par celui d’un artiste plasticien et perf...

Une brève introduction à la philosophie du yoga

L’Association EKA propose ce week-end au travers de deux conférences et d’une projection de documentaire une brève introduction au yoga, à sa dimension philosophique, son origine et son histoire. Au travers de conférences données par le Dr Matthew Clark, chercheur associé à la School of Oriental and African Studies (Université de Londres) et d’une projection d’un film documentaire, elle vous propose un aperçu de cette discipline sous un angle différent pour découvrir sa richesse et sa diversité. Les conférences et le film seront en anglais. Tous les événements sont sur donation et auront lieu à l’Espace EKA, 1 Rue de la Coupe Gordon-Bennett, 1219 Le Lignon. Vendredi 6 juin 18:30 – 20:30 Histoire, contexte et concepts du yoga par le Dr. Matthew Clark (en anglais) Dan...

Lac

Quand Corsier s’appelait Corzier: histoire d’un village

J’ai découvert, il  y a quelques semaines, un livre, écrit par Bernard Cuénod, intitulé : Corsier, Destin helvétique d’une commune savoyarde. Rédigé en 2007, par l’ancien maire de Corsier, ce livre au titre énigmatique m’a attiré.  Comment prononcer le nom Corsier ? Pour les passionnés d’histoire comme moi, ou pour les Corsiérois attachés à leur village, ce livre est une vraie mine d’informations. On y apprend par exemple l’origine de la prononciation du mot Corsier.  Il se prononce actuellement comme s’il était écrit avec un Z, or, il devrait se prononcer comme Corse. Les Corsiérois seraient-ils fâchés avec l’orthographe ? Pas du tout, Bernard Cuénod nous rassure, Corsier s’écrivait à l’origine Corzier, avec un Z. Les habitants sont donc restés fidèles au nom originel de leur commune, qui...

Soirée musique et contes

Livre de contes et légendes accompagné d’un CD, «Si Genève m’était contée» est né d’une rencontre entre 3 artistes chers au coeur de la commune de Bernex : Patrick Bielser, compositeur, directeur de notre école de musique et de la Brante, Gil Frattini, artiste peintre, membre du comité de la galerie «Aux portes de la Champagne» et Magali Bossi, auteur, professeur à l’école de musique de Bernex. Véritable bal(l)ade littéraire et musicale, ce livre accompagné d’un CD de musique populaire genevoise s’adresse à tous les amateurs de contes et de promenades. Pour rendre hommage à cet ouvrage, la commune de Bernex est heureuse de convier le public, le temps d’une soirée, à une promenade dans la Genève secrète, discrète, celle où entre chien et loup, la musique et les mots se rencontrent… A ...

Portes ouvertes du CICR

Venez-nous rencontrer ! Rencontrer nos délégués, participer à des ateliers interactifs, mieux comprendre les défis humanitaires, ça vous dit ? Alors venez nous rencontrer dimanche 1er septembre de 10h à 17h. Vous pourrez aussi explorer nos archives, en savoir plus sur les opérations du CICR ou encore visiter le Musée de la Croix-Rouge. Entrée gratuite. Restauration et buvette sur place. Pour plus d’informations : http://www.icrc.org/portesouvertes Visite libre: www.facebook.com/events/550642768317323/

Armanf Frascarolo huile sur toile à toxNco.com

Artiste plasticien né à Genève en 1926, Armand Frascarolo a d’abord exercé le métier de joaillier-styliste avant de se tourner vers la peinture, parallèlement à une activité pédagogique (il a enseigné les activités créatrices pendant 20 ans à Genève au Cycle d’orientation). Sa première exposition remonte à 1977. Elle sera suivie à ce jour d’une quarantaine d’expositions personnelles, témoins de l’importante évolution dans son inspiration : d’une peinture de paysages selon un mode d’expression très classique, Frascarolo nous entraîne peu à peu vers un univers intérieur surprenant dont il nous dévoile une partie des mystères en le transposant sur la toile. Dans un monde imaginaire où le réel et le fantastique se mêlent, l’artiste nous fait part...

Le curé Desclouds, colosse et héros de Thônex

Il y a cinquante ans mourait ce prêtre dont un quartier porte le nom. Rares sont ceux qui connaissent l’histoire de ce «gaillard» hors norme au service des agents secrets durant la guerre.  Thônex, chemin du Curé-Desclouds. Immeubles modernes et béton. L’Autoroute blanche passe non loin, la frontière est à quelques encablures et la vue sur le Salève est imprenable. Mais au fait, c’est qui, le curé Desclouds? Le regard interloqué et le silence de deux jeunes du quartier en disent long. «Ça fait dix ans que j’habite ici et je ne me suis jamais posé la question», révèle l’un d’eux un brin gêné. Qu’il se rassure, rares sont ses voisins à le savoir. En revanche, lorsque la même question est posée à ceux qui l’ont côtoyé, le verbe abonde, les qualificatifs se succèdent: colossal, truculent, héro...

Mot de passe oublié

Inscription