Accueil / maryelle budry

maryelle budry

Des panneaux blancs recouverts… de poésie

Des petits coins d’art et de gribouillage spontané ont éclos sur les panneaux publicitaires recouverts de grandes pages blanches. Les Genevois se les sont réappropriés avec délectation Dès ce lundi 9 janvier, toute la vie sociale, culturelle, politique recommence. Les engagements, les devoirs, le travail, l’école, la vie sérieuse et routinière. Ne restera-t-il rien de cette période de Fêtes et de libertés un peu folles? Retrouverons-nous la publicité commerciale à chaque coin de rue ou verrons-nous encore sur les panneaux de la Ville de Genève ces petits coins d’art ou de gribouillage spontané? Tout début janvier, des articles dans les quotidiens et sur Facebook m’interpellent: des panneaux publicitaires ne sont plus recouverts d’affiches commerciales, mais de grandes pages blanches que de...

Le Léman à Carouge

La monnaie locale, écologique et solidaire commençait à percer sur le sol carougeois : un stand du marché (Sandrine et Guy), quelques arcades (Green Mango, Cycoe, Sold Sports, Etienne&Etienne, Déclics et Cie, DesignMaliN), quelques cabinets thérapeutiques (Couleur Reiki, Nature Coaching, Capt Energie, Cap Détente) l’utilisaient déjà, presque en catimini. Mais ce prochain week-end, le léman entre en fanfare à Carouge ! Un bureau de change s’ouvre vendredi 25 novembre rue Saint-Joseph et nous allons fêter cela sur la Place du Marché ! Lancé au Festival Alternatiba 2015, il y a un an que le léman circule dans le bassin lémanique transfrontalier et qu’il se développe magnifiquement. Le bureau de change carougeois sera le 3ème du canton – il y en a aussi à Lausanne et à Thonon –...

Les jeunes du PAV

J’ai reçu récemment une invitation surprenante. Dans la zone industrielle, sur le terrain du futur grand quartier PAV (Praille-Acacias-Vernets) vivent depuis janvier, dans des « constructions modulaires », des requérant-e-s d’asile arrivés en Suisse, âgés de moins de 18 ans et dits « non accompagnés », c’est.-à-dire sans parents adultes. Ces jeunes vont à l’école, dans des classes d’accueil, mais l’encadrement de l’Hospice Général est minime, alors des bénévoles essaient de leur procurer soutien et loisirs. Notamment l’Association des médiatrices culturelles, qui dans la langue maternelle de ces jeunes assument le rôle de « ponts culturels » avec les réseaux institutionnels. Mais leur présence est encore peu reconnue par la population. C’est pourquoi un promoteur immobilier engagé dans le ...

Chantiers de l’aube à Carouge

Quand je me lève avant 5 h pour aller à l’Aube musicale des Bains des Pâquis, un autre Carougeois, encore plus lève-tôt, arpente déjà les rues de Carouge et y prend de belles photos, entre pleine lune et lever du soleil, qu’il fait partager à ses amis de Fabebook. Jimmy Della Rossa, ancien architecte urbaniste à l’Etat, ancien conseiller municipal, et surtout ancien président du Moulin à Danses, parcourt chaque matin 5,07 kilomètres en 50 minutes, selon un périple soigneusement établi, sillonnant le Vieux Carouge en boucles successives, où il ne repasse jamais deux fois au même endroit. Chacune de ses marches lui permet de découvrir encore mieux Carouge où il habite depuis 30 ans. Durant cet été, il a repéré de multiples chantiers de ravalement de façades ou de rénovation de maisons ancien...

La rue Caroline entre Carouge et Genève

La rue Caroline qui nous conduit vers le nord de Carouge à Genève est pleine d’attraits… Elle commence par un charmant bistrot (évidemment !) « Les Amis de Carouge », tenu par une femme de cœur et de caractère, Fatima Santiago. Elle a su créer une atmosphère chaleureuse et généreuse pour les personnes du quartier. « Mes clients constituent ma famille, ils m’ont adoptée et je suis là pour les écouter et les choyer », dit-elle avec entrain. Une terrasse sous les ginkgos, avec vue sur la Place d’Armes, sa grande pelouse et son trop petit terrain de jeux, bourré d’enfants. Les gens s’arrêtent volontiers pour une longue bière ou un repas bien équilibré, Fatima cuisine volontiers des plats de légumes pour petits budgets. En traversant la rue, on retrouve la même ambiance avec l’épicerie brésilo-...

Un pont piéton pour Genève-Sud

Le beau et fier Pont Neuf « construit » par Napoléon est enfin en réfection ! Quand je le traversais assise dans le tram, je me contentais d’admirer les berges de l’Arve, mais à pied j’avais tout le temps peur qu’il ne s’écroule sous mes pas, tant il parassait délabré … Enfin les ouvriers se sont mis à l’oeuvre pour les grandes réparations qui vont durer jusqu’en novembre. Un des premiers travaux entrepris a été la construction d’une passerelle pour piétons… Je félicite vivement les ouvriers pour cette chaussée si confortable, large et sûre, prévue autant pour les besoins des cyclistes que ceux des handicapé-e- s à mobilité réduite. Il est facilement accessible et agréablement protégé du bruit et de la pollution du trafic. Depuis le week-end dernier, tout passager du tram doit ...

Jardins urbains à Carouge

Les jardins urbains sont-ils les bienvenus dans nos quartiers ? Lors des fameux safaris verts de l’hiver 2014-15 dans le quartier des Noirettes, les projets de jardinets avaient suscité bien des critiques ( Mais ce sera affreux sous nos fenêtres ! Les passants vont tout arracher ! Vous en mangeriez, vous, des salades qui poussent dans la rue ? ) et aussi des espoirs : des potagers pour les habitants de Foyer-Handicap, l’aménagement d’un espace vert public rue de Lancy… Un an plus tard, ces deux projets ont été contrés par des locataires ou des propriétaires et rien n’a pu être réalisé. L’Association des habitants de la Praille et des Tours a voulu relancer le débat lors de sa récente assemblée générale. Elle a accueilli des jardinières enthousiastes venant de Ville de Genève : de « G...

Marjorie la pionnière

Le premier mai, je ne me sentais plus de fierté : c’est une jeune Carougeoise amie qui faisait le discours d’inauguration de la fête des travailleurs et travailleuses! Devant la Pierre de Plainpalais qui commémore le tir de l’armée contre la foule le 9 novembre 1932. C’est un honneur de parler en ce lieu, à cette date,  riches de symboles. D’ailleurs notre conseiller administratif Nicolas Walder y a également pris la parole. Marjorie Blanchet, aux yeux noirs et vifs d’écureuil, petite, mince, toujours en mouvement du corps et du pouce qui SMSse sans arrêt avec dextérité. Une jeune femme moderne et engagée, qui travaille chez Firmenich dans le marketing et qui vient d’être nommée déléguée dans le syndicat UNIA pour le secteur pharma-chimie. – Quand à la réunion des délégués syndicaux,...

Percho et le bonheur

Diables, sorcières, démons, zombies, squelettes, chauves-souris, rats, vampires, fantômes défilent dans la nuit carougeoise… au milieu des pétards et des éclairs, des détonations, des hurlements, des rires sardoniques, l’horreur, quoi !  N’empêche ! Tous, des bébés aux vieillards, sont sous le charme et suivent dans la sombre nuit du 22 au 23 avril  les « trois troublantes parades » du Printemps carougeois… Loin de ces frayeurs et de ces cauchemars, au 18 de la route de Saint-Julien, un « arbre-bonheur »  veille sur le repos des locataires. Confectionné dans divers matériaux par l’artiste Percho, harmonieux, malicieux et doux, cet arbre magique remplit l’espace d’une ancienne cabine téléphonique. A chaque sortie de l’ascenseur, à chaque rentrée, les habitant-e-s reçoivent son c...

Peur du noir

Partout dans Carouge, la grande affiche du visage épouvanté d’une femme nous ramène à nos peurs enfantines. Qu’ont-elles donc comme sombres motivations les charmantes dames du service culturel de Carouge pour vouloir ainsi nous effrayer ?  me demandais-je la semaine passée… Et bien, le responsable du choix de la « Frousse aux trousses » comme thème du Printemps carougeois (inscriptions et achats de billets en ligne www.printemps-carougeois.ch ou à Carouge à votre service, 24 rue Jacques-Dalphin), est un homme : Philippe Luscher, le brillant et sympathique conservateur du Musée, qui ne me paraît pas sadique du tout. Il assume sa responsabilité : «  J’ai proposé à mes collègues de mettre en relation les activités du Printemps avec la prochaine exposition au Musée et mon idée a été acceptée. ...

La PEUR gagne Carouge

Alors que les bourgeons des marronniers éclatent (que j’aimerais entendre le son de cette explosion !) et annoncent le déploiement du printemps, je voudrais me sentir joyeuse et insouciante. Mais soudain je reçois un message déconcertant de ma bibliothécaire, douce animatrice d’activités pour petits enfants à la découverte de la lecture : « Quel cri lâcherez-vous lorsque, acculé, vous aurez à exprimer votre ultime sursaut ? Les bibliothèques de Carouge promettent de vous pousser dans vos derniers retranchements… Mises en scène terrifiantes, sueurs froides, dialogues macabres et odes funèbres, buffet dégoulinant et boissons sanglantes attendent les plus téméraires d’entre vous ! » Et elle conclut benoitement son message :« Bien entendu, je reste à disposition pour tout complément d’in...

Même pas peur du printemps !

Neige et manteaux d’hiver sont de retour en ce début mars, mais en février le mimosa a magnifiquement  fleuri devant le Centre sportif des Pervenches. Qu’importe les giboulées quand on peut se réchauffer le coeur et l’esprit dans les sept galeries d’art contemporain d’Art7 Carouge, toutes encore ouvertes jusqu’au 19 mars, et dans la Salle des fêtes à l’annuelle exposition (la 80ème !)  de La Palette carougeoise, jusqu’au 13 mars. En entrant le soir du vernissage, je suis allée saluer mes artistes favoris qui reprennent le plus souvent la même place d’exposition d’année en année et j’ai été frappée par le charme d’une Carouge féérique de Marion Jiranek, alliant aquarelle légère et encre précise. Quelques instants plus tard, je l’ai entendue nominer pour le Prix de peinture de la Ville de Ca...

Mot de passe oublié

Inscription