Accueil / poisson

poisson

Sillonner la campagne en faisant ses courses

Quand on habite à la campagne ou au bord du lac, pas besoin d’aller au supermarché pour faire ses courses. On trouve toutes sortes de produits frais chez le producteur, en libre service, au bord d’une route ou même dans une station essence, entre les pompes et les présentoirs d’huile de moteur !!! Fruits, légumes, viande, poisson, œufs, jus de fruit, tout s’achète ou presque. Des produits locaux et savoureux, sans intermédiaire, de quoi réjouir tous les amateurs de bonne cuisine. Alors, prenez votre panier, nous allons remplir votre frigo. Des pommes, des poires et bien plus encore A Meinier, Route de Compois, vous trouverez de délicieuses pommes et poires, des jus de fruits et du cidre. Les vergers sont à deux pas et la vente se fait dans le hangar familial. Sourires et bonne humeur font ...

Le Léman, la pêche et rien d’autre

Par un jour de grand soleil, j’ai rendez-vous au port d’Hermance, avec Julien Monnet, jeune pêcheur professionnel. Dans un cadre idyllique, face au port, au milieu des filets et des flotteurs qui sèchent, se tient une petite cabane de pêche : la pêcherie de Coheran. Julien Monnet et son ami d’enfance, Romain Gendre, y cohabitent depuis un peu plus deux ans. Ils louent les locaux aux communes d’Hermance, d’Anières et de Corsier et travaillent chacun en indépendant. Un changement d’orientation Julien est un passionné. C’est en 1994 qu’il s’installe avec sa famille à Hermance et y découvre les joies de la pêche amateur. « Avec Romain, je consacrais tout mon temps libre, mes week-ends, mes soirées, à la pêche ». Malgré...

Thibault pêche une truite de 6 kilos

  Dimanche 30 septembre, à l’aube, Thibault Casanova enfourche son vélo sous la pluie. Cette météo décourageante est pour lui, jeune adepte de la pêche sportive, un vrai bonheur. Il emporte son cadre, sa canne et ses appâts naturels. Le collégien habite Peissy, l’Allondon est sa rivière de cœur, mais ce jour-là il choisit un affluent lémanique à fort débit pour parfaire sa technique «à la dandine». A 11 h, Thibault repère sa proie, «un gros poisson calé sur la berge en face», soit une truite fario lacustre, entrée dans son jeûne préparatoire annonçant la période de reproduction. Elle est amorphe et ne demande rien à personne. Tout l’art consiste donc à la réveiller de sa torpeur hormonale. «Un poisson qui ne se nourrit plus, faut y aller pour réussir à lui enfiler l’hameçon dans la bo...

Mot de passe oublié

Inscription