Accueil / rétrospective

rétrospective

Agnès Varda

Agnès Varda était unique. Ancienne photographe amie d’Alain Resnais, elle prouve son immense talent dès son premier long métrage Cleo de 5 à 7, suspense vital. Et l’a confirmé depuis régulièrement avec Sans Toit ni loi, tragique road movie, que transcendait Sandrine Bonnaire, ou Les Glaneurs et la glaneuse, l’un des plus beaux documentaires réalisés en France. Agnès Varda fut ainsi la réalisatrice de quelques uns des plus beaux films réalisés en France à la fin du XXe et au début du XXI e siècle. La rétrospective est accompagnée par la sortie du dernier documentaire de la réalisatrice Varda par Agnès, à l’affiche tous les jours dès le 18 septembre.

Jacques Tourneur, un génie discret

Si la filmographie de Jacques Tourneur parait aujourd’hui éclairer le firmament hollywoodien comme un astre pur, sa carrière mit du temps à décoller… Le fils de Maurice Tourneur, autre cinéaste d’importance, commença par faire tous les métiers à Hollywood et à Paris avant de diriger en France quelques comédies oubliables. Il repartit ensuite à Hollywood mais sa filmographie ne s’envola qu’après son embauche à la RKO par Val Lewton. Avec la Féline, Vaudou, L’homme léopard, superbes films d’angoisse, Canyon Passage, Wichita, westerns très réussis, avec La Flibustière des Antilles, La flèche et le Flambeau, films d’aventures remarquables et Stars in my Crown, chef d’oeuvre longtemps méconnu… Une carrière superbe dont nous vous présenterons les j...

Jazz et cinéma

Le jazz et le cinéma sont deux arts cousins qui ont fréquenté à leurs débuts les mêmes lieux de perdition ou presque… Evidemment tout a changé depuis : le cinéma et le jazz se sont civilisés, sophistiqués (voir Whiplash, le jazz dans une haute école). Le cinéma a cependant toujours la gorge nouée par l’émotion quand il évoque cette musique des bas quartiers et des bouges, dans Bird, Stormy Weather, ou Autour de Minuit, ou quand il l’utilise pour quelques uns de ses œuvres les plus belles, Ascenseur pour l’échafaud… Ce cousinage magnifique nous vous invitons à en profiter entre le 16 et le 22 août aux Cinémas du Grütli En parallèle à l’exposition Jazz & Lettres proposée par la Fondation Bodmer du 24 juin 2017 au 25 février 2018.

Jane Fonda, au delà des apparences

Fille de Henry Fonda… certes mais très vite Jane Fonda avant tout… Formée au théâtre, elle est devenue rapidement une grande actrice de cinéma, autonome, pacifiste et féministe… Entre les États-Unis, où elle fut découverte par Josuah Logan et George Cukor, et la France, où René Clément en fit une féline, elle a bâti son début de carrière. Elle s’est ensuite opposée à la guerre du Vietnam, à la répression des Black Panthers, au sort des Indiens d’Amérique avant de découvrir mai 68 et la suite avec Jean-Luc Godard… Tout en illuminant La poursuite impitoyable d’Arthur Penn, On achève bien les chevaux de Sidney Pollack, Klute d’Alan J. Pakula,… Et c’est cette Jane que nous célébrons cet été, Jane, qui aura 80 ans au mois de décembre…

Akira Kurosawa

Deuxième volet de la rétrospective du maître japonais, avec 8 films, L’Ange ivre, Chien enragé, Vivre, La Forteresse cachée, Sanjuro, Barberousse, dont 2 inédits, Le plus dignement et Un merveilleux dimanche, admirablement restaurés par la société française Carlotta. Akira Kurosawa est reconnu comme l’un des plus grands cinéastes japonais de tous les temps – ou, tout simplement, comme l’un des plus grands cinéastes tout court, au même titre que Welles, Griffith, Renoir, Bergman, Ozu… Bref, l’un des noms incontournables de la cinéphilie universelle. De 1945 à 1965, nous retraçons ainsi l’itinéraire d’un génie du cinéma, d’un artiste majuscule. A voir donc, jusqu’au 30 mai 2017.

Mot de passe oublié

Inscription