Accueil / rue de carouge

rue de carouge

Rêves en costumes

La fameuse « Caverne d’Ali Baba » (www.signegeneve.ch/geneve/centre/la-caverne-dali-baba-a-la-rue-de-carouge.html) passée de la Croix-Rouge à Trajets, de la rue de Carouge aux Acacias n’est plus une caverne difficilement accessible au sous-sol d’une boutique de seconde main, mais un vaste magasin lumineux avec plusieurs vitrines, miroirs, cabines d’essayage,décorations et plusieurs employé-e-s aux petits soins pour vous aider à trouver la tenue de vos rêves… La caverne a été plus que sauvée : embellie, agrandie, valorisée ! Cet après-midi tranquille, Lucila, après plusieurs essayages, a jeté son dévolu sur une longue robe noire et dorée pour une prochaine soirée d’entreprise. Son mari l’admire et les employé-e-s rivalisent à qui trouvera la meilleure ceinture, le meilleur collier pou...

Les écrivains publics de la rue de Carouge, plus utiles que jamais

Au centre d’intégration culturelle, ces scribes modernes ne chôment pas. Une permanence d’urgence vient d’ouvrir pour les «nouveaux» migrants. Voilà ce qu’ils disent tous: «A Genève, difficile de se faire comprendre quand on vient d’arriver». Tous, ce sont ces dizaines de migrants qui empruntent l’escalier étroit de la rue de Carouge pour rejoindre le Centre d’intégration culturelle de la Croix-Rouge genevoise (CIC). Dans le saut-de-loup, la bibliothèque est foisonnante et internationale: 33 000 ouvrages, du farsi au mongol, de l’albanais à l’espagnol. Puis, au bout du couloir, un cagibi discret de quelques mètres carrés, où l’écrivain public fait face à son interlocuteur lors des quatre permanences hebdomadaires. Les activités d’écriture concernent principalement les démarches administrat...

La caverne d’Ali Baba à la rue de Carouge

L’Escalade approche, il est venu le temps de songer à un déguisement. Les nombreuses boutiques de seconde main renferment de sacrés costumes et accessoires. La rue de Carouge s’enfonce dans Plainpalais et elle est décidément pleine de surprises heureuses. C’est la reine des boutiques de seconde main, on y trouve les trois boutiques de Caritas (livres, articles de sports, bric à brac, Baby occas’) tout près de la Haute école de travail social et celle d’habits avec tout au fond son vendeur vedette, Jean-Michel Rolland, dans le tulle et la bonne humeur. La boutique du CSP est plus austère, mais débordante de trouvailles inédites. Récemment rénovées, «Les Fringantes»,  sont montées d’un cran dans la présentation et les exigences, mais toujours très accessibles (5.- le manteau d’hiver, 10.- la...

Geneviève Biffiger lit les extraits de sa dernière oeuvre

Nouvelle lecture d’auteur organisée par les Editions Eclectica au Café Littéraire MLC des Augustins. Les amateurs des auteurs au caractère bien trempé hébergés par Eclectica seront une nouvelle fois ravis. Geneviève Biffiger, dont la dernière œuvre « Les eaux qui dorment » est sortie fin 2012, a sélectionné des extraits à vous conter. Elle vous emmènera dans l’univers stagnant de ses personnages qui un beau jour sont pris dans une spirale déroutante. Avec en filigrane la fameuse quête qui sommeille en nous tous. L’événement aura lieu Mercredi 18 septembre 2013 entre 18 et 20h MLC Librairie – Café littéraire, rue de Carouge 98, 1205 Genève, Suisse Tram 12, Arrêt Augustins Entrée libre, bar sur place. Inscriptions et informations +41 22 320 32 86...

Réflexion en image à la rue de Carouge

Je passe régulièrement devant une arcade située à la rue de Carouge, n°100. Une vitrine avec ce qui paraît être des oeuvres d’art à l’intérieur, quelque chose d’assez expérimental. Sur la porte d’entrée, des feuilles blanches scotchées annoncent « Fondation Images et société ». Au-dessous, une petite pancarte nous invite : « Visiteurs bienvenus ». Ce n’est pas partout que l’on nous propose si spontanément d’entrer, pour découvrir un lieu qui peut nous paraître étonnant, atypique,… Curieuse, je pousse la porte de la boutique. Dans notre société, on le sait, l’image est partout. Télévision, magazines, panneaux publicitaires,… L’image n’est pas anodine, jamais neutre, souvent longtemps réfléchie et travaillée. La fondatio...

Une nuit pour les amoureux du jeu à Plainpalais

Ce samedi 10 novembre, la pluie tombe à torrent sur Genève. Elle n’aura pourtant pas réussi à  empêcher  plus de 700 personnes de se retrouver à la Salle communale de Plainpalais, sur la rue de Carouge, afin de partager une partie de jeu. Lorsque vous pénétrez dans le hall d’entrée du bâtiment, une fois les manteaux trempés mis de côté, plusieurs chemins s’offrent à vous. Sur votre gauche, un bar propose une petite restauration et des boissons. A droite, une salle s’ouvre devant vous, un jeu géant représentant des îles pirates trône en son centre. Si vous avancez un peu plus, la grande salle se dévoile. Plus de 400 jeux disponibles Des centaines de personnes se côtoient déjà, assises devant un plateau de jeu de société, certaines déambulant entre les tables, pour observer. Si les adolescen...

Villa Freundler: le mur de la discorde

En ce mercredi après-midi d’octobre, il fait beau. Je m’approche du chantier mis en route pour la réfection de la villa Freundler, du va-et-vient incessant de camions, les ouvriers travaillent d’arrache-pied. Je prends quelques petites photos du chantier. Autour du parc et de la villa, donnant sur la rue des Voisins à Plainpalais, se dresse un ancien mur d’enceinte de quelques dizaines de mètres de long, plutôt bas, sale et tagué. Classé au patrimoine historique, ce mur sera vraisemblablement conservé. Je m’approche d’un monsieur âgé d’une trentaine d’années. Il se prénomme Alexandre. Il habite le quartier et est un travailleur social engagé. Il ne voit pas trop pourquoi on le conserve. Selon lui: « il enferme le lieu. De plus, il est laid. » « Coupée du parc, comme enfermée » Puis, ...

Le sud de la rue de Carouge s’anime

Il y a encore des terrasses aux multiples bistrots et petits restaurants du bout de la rue de Carouge. L’extrêmité de Genève, qui sent déjà- ou encore-  la bohème de Carouge. Un artiste me dit délaisser les  nouveaux bars à vin branchés qui fleurissent à Carouge, pour fréquenter par exemple le café populaire de la Poya ou  le restaurant animé « El Destino », au bord de l’Arve. La vache noire et blanche devant Poya-Bar rassemble les Fribourgeois, on y dansait le folklore suisse cet été. Quasi en face, l’érythréen, le brésilien, l’indien, le vietnamien offrent leurs nourritures et leurs décors exotiques. De vieux bistrots  se rénovent, se recolorent, mais gardent  leur clientèle : le RDV, la Blanche. Vitrines insolites, telle celle où les manteaux de fourrure sont gardés par des panthères en...

Mot de passe oublié

Inscription