Accueil / société

société

« Folles dérives du monde » de Nicole Capt

Scoop de l’année : la planète et ses êtres  vont mal. La société humaine est pleine d’inégalités et des guerres font toujours rages. Il y a ceux qui peuvent à peine se nourrir et ceux qui jettent la moitié de leur assiette à la poubelle. Tout cela et bien plus encore, n’est plus un secret pour personne, on le dit, on le répète, depuis de nombreuses années déjà, pourtant, la majorité des gens ne creusent pas le problème, ni pratiquement, ni intellectuellement. C’est déjà le premier mérite de ce livre, né du travail d’une genevoise acharnée, « Les folles dérives du monde » de Nicole Capt : il tente de comprendre, de résoudre, il propose, il s’intéresse, il partage, il incite. L’auteure commence par expliquer le fondement général de son œuvre, à savoir comprendre les changements occasio...

L’esplanade Gitana et sa buvette remises à neuf

Lorsque je travaillais à la buvette au bord du lac de Bellevue, il y a de cela quatre ans, c’était une petite cabane en bois de 4m2. Celle-ci avait été construite en 2009 par deux jeunes de Bellevue, Angel Costa et Fabien Cabezas, qui l’autogéraient, avec le soutien de la Mairie. Aujourd’hui, plus de cabane en bois à cet endroit, mais un chantier où les pelleteuses s’activent. Au bord de la route de Lausanne, un toit repose sur les piliers, entre lesquels on voit se dessiner une structure bétonnée. Ces travaux aboutiront à l’établissement d’une nouvelle buvette, prévue cet été. Sous la coupe du restaurant Comme le raconte Marcel Beauverd, maire de Bellevue, l’idée de ces aménagements ne date pas d’hier : « On a depuis un certain temps cette volonté de réaménager tout ce qu’on appelle l’Esp...

Grande fête du quartier des Pâquis 2014

Samedi passé dès 14h, a commencé, grâce à la conjonction et le travail de 14 associations pâquisardes différentes et diverses, une grande fête du quartier des Pâquis! La fête n’est plus une recette secrète pour ce quartier vivant et énergique, et en ce jour ensoleillé, quoique un peu venteux, le Portugal était l’invité d’honneur ! Rien d’étonnant car la communauté portugaise est très présente dans ce quartier populaire, tant dans les commerces, les petits bars ou les activités associatives. A 14h l’association « Sons do ribatejo » proposa le repas de la journée et  toute la journée divers groupe du pays mirent le feu à la scène. A 20h30 vous aviez aussi l’occasion de découvrir la troupe portugaise « Os dinamicos », qui se chargea d’assurer avec brio le spectacle...

Cargill est la cible d’étudiants protestataires à Uni Mail

Comme chaque année, les entreprises s’installent dans le hall d’Uni Mail, dans le cadre du Forum Uni-emploi. Destinée à mettre en relation les sociétés et les étudiants, cette manifestation ne se déroule pas toujours sans heurts. En 2012 déjà, une association syndicale étudiante, la CUAE, avait installé un stand «Chômage & précarité», afin de dénoncer les méfaits des rapprochements de l’Université avec le monde économique. Cette année, c’est une entreprise en particulier qui a été prise pour cible. A midi, heure de pointe, je suis surprise, comme tous ceux rassemblés dans le hall, par des cris venant du haut. Sur les passerelles surplombant le rez-de-chaussée, un étudiant, mégaphone en main, s’adresse à la foule. « On ne comprend rien à ce qu’il dit ! », se plaint une universitaire à m...

Et si vous ouvriez votre maison? Le concept des soirées « Toc-Toc »

Que faire de ses soirées quand on est la mère de trois ados qui partent en vadrouille tous les week-ends ? Cette question, Anita, habitante de Versoix, se l’est posée en décembre 2012 : « Vu qu’il n’y a plus de relations sociales qui se créent par l’école des enfants, je trouvais que ça ne faisait plus assez de contact pris. Pourtant, les gens que tu connais ont probablement des amis avec qui tu t’entendrais bien. Je voulais trouver un compromis pour ouvrir l’horizon et voir des gens sympas, sans passer plus de temps hors de la maison. » Germe alors l’idée d’organiser une soirée Toc-Toc une fois par mois. Le principe « bistrot » Le nom parle de lui-même : on frappe à la porte, et on entre. Désireuse d’organiser des soirées selon ce qu’elle appelle « un principe bistro...

Interdit de photographier

Nous nous promenions aux Pâquis, un soir d’hiver particulièrement frais, avec un ami amateur-photographe. Vous vous en doutez, nous prenions quelques photos de mon quartier afin que je puisse les envoyer à la rédaction de Signé Genève. Tout allait pour le mieux, nous divaguions en quête de points de vues intéressants et photogéniques ; du bord du lac jusqu’au sommet des immeubles gris, notre pellicule s’inspirait. Les Pâquis étant un quartier magnifique malgré certaines apparences trompeuses, nos yeux n’avaient pas le temps de trouver l’ennui. Malheureusement, arrivés à un croisement, nous fûmes stoppés net dans notre lancée photographique. En effet, nous avions décidé d’aller au milieu du carrefour pour prendre des photos et capter ainsi la longueur des rues l’entourant. Mais certaines fi...

Chauffeur de taxi la nuit, un métier compliqué

Luis* travaille dans l’horlogerie. Mais une à deux nuits par semaine, il devient chauffeur de taxi avec pour mission de ramener les Genevois chez eux. Il nous raconte comment il s’est lancé dans cette aventure. Luis a la cinquantaine. D’origine espagnole, il est marié et père de deux garçons. Son histoire avec les taxis démarre en 1993. Alors qu’il est employé dans un magasin de meubles, il décide de passer son permis de chauffeur de taxi. Juste avant de se lancer professionnellement, un ami l’informe qu’une entreprise horlogère de la place recrute. Il hésite. Si les chauffeurs gagnent très bien leur vie à ce moment-là, Luis n’est pas sûr de vouloir en faire sa profession. Il opte finalement pour l’horlogerie. En 2011, l’envie le reprend. Avec beaucoup d’appréhension, il décide de travaill...

Dominique Wavre et son livre accueillis au CNV comme à la maison

Mercredi soir, le Club Nautique de Versoix a ouvert ses portes à un invité de marque : Dominique Wavre est présent pour le vernissage du premier livre à son sujet, « Dix tours du monde » par Bernard Schopfer. A 18h30, la salle commence à se remplir. Sur un mur, des photos sont projetées. A l’entrée, des piles de livres attendent les admirateurs. Et dans un coin, en toute simplicité, sont assis les hommes de la soirée, le marin et l’auteur, en pleine séance de dédicace. « Un de mes pivots, c’est le Club Nautique de Versoix » Dans l’atmosphère chaleureuse de la buvette du Club Nautique de Versoix, Dominique Wavre n’est pas un inconnu. En effet, c’est ici, à Port Choiseul, qu’il a navigué pour la première fois. A treize ans, il monte à bord d’un Vaurien (petit dériveur à deux places), et tomb...

Les vrais pancakes américains du Happy Days Coffee

Revenons une soixantaine d’années en arrière. Imaginez-vous au volant d’une Chrysler brinquebalante filant sur la route 66, la fenêtre ouverte, les cheveux décoiffés, l’autoradio crachant à plein volume le dernier tube du jeune Ray Charles. La soif et la chaleur vous pousse à garer votre voiture sur le bord de la route et à vous engouffrer dans un café. Vous laissez vos yeux parcourir les nombreuses affiches placardées sur les murs, une paille dans la bouche. Après avoir avalé quelques frites dans cet oasis, vous tournez à nouveau les clés dans le contact. Pour les nostalgiques des fifties, il y a une multitude de petits cafés typiques de ces années folles aux Etats-Unis. Mais inutile de dépenser une fortune en billets d’avion pour retrouver cette ambiance, il suffit parfois de regar...

Versoix et la jeunesse, un sujet sensible ?

Au début du mois de juin, j’ai reçu un coup de téléphone de la secrétaire de la Mairie de Versoix. Celle-ci m’annonça que le Secrétaire général, le responsable du matériel et le chargé de la communication demandaient une entrevue avec moi. Ils désiraient notamment revenir sur deux de mes articles pour Signé Genève : celui sur l’annulation du Zooloo Festival, et l’autre sur les promotions civiques des nouveaux majeurs. Je me suis donc rendue à la Mairie de Versoix le lundi 10 juin passé. On m’a reçue dans un bureau à l’étage, à une table autour de laquelle se trouvaient les trois responsables mentionnés auparavant. Il y avait de quoi impressionner la jeune de 20 ans que je suis. Réouverture du Galaxy Cette rencontre avait pour but de me faire part de leur sentiment d’injustice face à certai...

Pas de tente, pas de Zooloo Festival!

Devenu rendez-vous incontournable de la rentrée versoisienne, le Zooloo Festival aurait fêté ses sept ans en septembre de cette année. Mais les plus observateurs l’ont peut-être déjà remarqué : les premiers préparatifs, comme la sélection des groupes, qui sont d’habitude visibles sur Facebook à cette période, sont inexistants. Car, mauvaise nouvelle, l’année 2013 sera une année sans Zooloo ! Enfin du mouvement à Versoix ! Si l’on connaît bien les Caves de Bon-Séjour, on ne peut toutefois pas comparer les concerts qui s’y déroulent avec le Zooloo. Une fois par an, on peut sortir à Versoix ! D’ordinaire, les jeunes Versoisiens passent peu de soirées dans leur ville ; on prend le train pour Genève et on ne revient qu’à la fin de la nuit, en s’endormant dans le Noctambus bondé qui nous ramène ...

Fête citoyenne: les jeunes de Versoix oubliés?

Le passage à la majorité civile a toujours été synonyme de fête : grands repas de famille, nouba entre amis, et parfois, des célébrations un peu plus solennelles. Jeudi 2 mai passé, les jeunes de Genthod fêtant leurs dix-huit ans dans l’année ont été invités à une soirée organisée par la commune. Au programme, fondue, concert et, bien sûr, discours officiels. Il y a peu, les jeunes adultes de nombreuses communes de Genève ont également été conviés à une soirée de la sorte. Les choses ont été vues en plus grand, avec le spectacle de l’humoriste Vérino, discours officiels et séance photo. La Tribune de Genève y a d’ailleurs consacré un article (édition du mercredi 27 février 2013). Et Versoix? Les nouveaux majeurs de la commune ont entendu des échos de cette fête à laquelle ils n...

Mot de passe oublié

Inscription