Accueil | Thématique | Actu | Bienvenue à Dardagny-Beach

Partager l'article

Actu | Campagne

Bienvenue à Dardagny-Beach

La nouvelle plage de Dardagny, un endroit propice à la détente - Photo ©Instagrumpf La zone "Etang" - Photo ©Instagrumpf Les bords du Rhône - Photo ©Instagrumpf Une partie de l'équipe en charge de la réalisation du projet (1er plan) étrenne le nouveau bassin dans la bonne humeur - Photo ©Instagrumpf Photo ©Instagrumpf Poste d'observation  - Photo ©Instagrumpf A l'extrémité Ouest, un étang a pris place - Photo ©Instagrumpf Des bains de soleils qui invitent au farniente  - Photo ©Instagrumpf Ambiance magique le jour de l'inauguration... et déjà les premiers baigneurs...  - Photo ©Instagrumpf De gauche à droite: Stéphane Carrara, adjoint au maire - Pierre Duchêne, maire de Dardagny - Anne Zoller, adjointe au maire - Luc Barthassat, conseiller d'Etat  - Photo ©Instagrumpf
<
>
De gauche à droite: Stéphane Carrara, adjoint au maire - Pierre Duchêne, maire de Dardagny - Anne Zoller, adjointe au maire - Luc Barthassat, conseiller d'Etat - Photo ©Instagrumpf

A l’origine, c’était une friche industrielle, désespérément plate. S’y sont succédé une charbonnière, des citernes à mazout et des débarras. Il y avait aussi une route, un peu cabossée, qui longeait le Rhône avec ses bas-côtés désordonnés. De cette végétation touffue ne subsiste aujourd’hui que quatre aulnes, qui ont été sauvegardés. Car à compter de ce jour se dresse à cet endroit un cadre majestueux. Un étang avec une cabane d’observation, des cheminements piétonniers avec une vue imprenable sur le Rhône et surtout… une plage ! Oui, vous avez bien lu, sur la commune de Dardagny, dans le petit village de La Plaine, est apparue une plage. Avec son eau transparente, son sable et ses bains de soleils. Com-ment en est-on arrivé là ? Jenifer Schlup, cheffe de projet au service du lac, de la renaturation des cours d’eau et de la pêche au sein du DETA (Département de l’Environnement, des Transports et de l’Agriculculture), m’explique que la genèse du projet remonte aux années 2000 avec un Plan Localisé de Quartier mené par la commune de Dardagny. « C’est un projet de longue haleine qui a impliqué un tra-vail en équipe et une mise en commun de plusieurs services : SIG, DETA, service des routes et commune de Dardagny ont dû œuvrer de concert. Notre service en particulier accompagne ce projet depuis 2009. » « L’idée de base a germé lors d’une discussion entre Robert Cramer, alors conseiller d’Etat, et Jean-Louis Mory, mon prédécesseur », développe Pierre Duchêne, actuel maire de Dardagny. « Nous avons toujours soutenu ce projet, car il apporte une vraie plus-value au village. J’espère que les gens joueront le jeu et respecteront cet endroit. Cela va devenir un lieu incontournable pour les familles, il faut à tout prix le préserver ! », ajoute-t-il, enthousiaste.

Inaugurée en présence des autorités ce mardi 22 mai 2018, cette zone de loisirs est d’abord composée d’un étang qui, sans être une réserve naturelle, est destiné à la préservation de la faune locale, avec notamment un point d’observation couvert. « Cette cabane est construite en mélèze valaisan », m’indique Matthieu Bellina, ingénieur en environnement. « Nous voulions utiliser du bois Suisse et nous avons préféré attendre six mois plutôt que de nous rabattre sur du bois étranger, autrichien par exemple. » Un bon point pour l’économie locale. « Nous l’avons bien sur pensée pour les personnes à mobilité réduite, elle est donc aménagée pour qu’une personne en chaise roulante puisse elle aussi venir observer les oiseaux. » Tout comme le sentier qui parcourt la zone et ne comporte pas d’escaliers. Un parcours idyllique pour les promeneurs, les joggeurs et les familles avec poussettes.

L’autre partie est constituée de la fameuse plage et de ses bains de soleils en bois. Idéalement placés ces derniers permettront à leurs utilisateurs de bronzer le temps d’une sieste. Le bassin, long d’une centaine de mètres, est bordé d’un banc de sable d’un côté et de galets de l’autre. La vingtaine de centimètres de profondeur à son extrémité « Est » invite les enfants du quartier aux jeux d’eau estivaux. Attention tout de même à ne pas les laisser sans surveillance : de l’autre côté, la profondeur atteint les trois mètres cinquante et le Rhône, avec son fort courant, reste un danger potentiel à proximité immédiate. Justement, cette eau limpide, quasi-transparente et qui contribue à la fraîcheur du lieu, d’où vient-elle ? Du Rhône voisin ? « Absolument pas », reprend Jenifer Schlup. « En fait, l’eau remonte simplement de la nappe phréatique de l’Allondon qui est particulièrement haute à cet endroit. Il n’y a aucun exutoire d’eau pluviale ni le moindre tuyau qui y arrive, ce qui fait que l’eau est très pure. Nous ferons régulièrement des tests de salubrité pour nous en assurer mais le renouvellement de la nappe phréatique garantit une qualité d’eau constante. Et du fait qu’elle ne vient pas du Rhône, il n’y a donc pas de courant », ajoute-t-elle. Elle me montre ensuite l’endroit où l’eau rejoint le fleuve au niveau de l’étang, à la hauteur d’un petit ponton en bois. « Nous avons installé un batardeau (petit barrage laissant passer l’eau sur le dessus) pour limiter le marnage, soit la fluctuation du niveau de l’eau dans l’étang, qui doit rester constante. Mais il y a la place pour que les poissons puissent y remonter et nous avons bon espoir que cet étang puisse servir de refuge lors de crues ou de l’ouverture des vannes du barrage de Verbois, par exemple. »

Les habitants de La Plaine, et ceux de toute la région, ont donc gagné un cadre enchanteur pour passer l’été en toute quiétude. Les familles pourront venir y pique-niquer, les enfants se baigner et les jeunes se prélasser au soleil. Tout semble prévu pour y passer des bons moments. Sur place, pourtant, point de poubelles. « Nous comptons sur le respect des baigneurs et des promeneurs. Il n’y pas de poubelles directement sur le site, mais en peu plus loin, en bordure de la route » poursuit la cheffe de projet. Il faudra donc emmener ses déchets avec soi jusqu’aux containers situés sur la route de Challex. « Installer des poubelles sur l’ensemble du périmètre aurait généré trop de coûts supplémentaires », complète Pierre Duchêne. « L’objectif est que ce lieu reste convivial pour tout le monde. Les règles sont donc les mêmes que dans les parcs publics du Canton : pas de musique, pas de barbecues et les chiens devront être tenus en laisse. Notre but est aussi de préserver les riverains d’éventuelles nuisances, notamment nocturnes. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il n’y a pas d’éclairage public. Nous comptons sur la responsabilité de chacun pour préserver ce lieu magique que nous offrons à la population ».

Le choix de la commune de Dardagny est donc de placer cet endroit paradisiaque sous la bonne garde de ses multiples utilisateurs. Il ne tient qu’à nous de nous montrer dignes de cette confiance.

Partager l'article

J'écris un article

12 commentaires

  1. Bonjour.
    Je m’y suis rendu plusieurs fois le soir. C’est la nature dans toute sa beauté. Un calme fabuleux, des couchers de soleil superbes avec l’eau jusqu’au cou, des vols de libellules (ou demoiselles) au dessus de moi, la visite de la famille « Colvert », une grenouille effrayée par mes grands pieds, pas le moindre poisson mort, pas un seul moustique, et comble du bonheur, pas de musique. (Les fêtes de Genève, c’est pas là). Et quand la nuit tombe c’est encore plus féérique.
    Mais ne le répétez pas trop fort, hein, gardons ce petit coin de nature rien que pour nous.
    (Égoïste, va !)

    Répondre

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription