Actu

« Céleste » : un livre émoustillant pour des fêtes (un peu) confinées!

« Plus besoin de chercher désespérément des cadeaux pour Noël! Il est enfin là, le roman que le monde entier attend! 400 pages d’aventure, de rebondissements, d’amour, de haine… » Après le sulfureux premier opus « les perversions de Julie-Ange », voici le deuxième tome de la trilogie : « Céleste » de Claude Lander, accompagné, comme il se doit, par un mousseux cuvée réservée du Domaine du Château de Collex. Livre à commander auprès de « 5 sens édition Carouge » www.5senseditions.ch Ou dans n’importe quelle librairie – sauf Amazone Ou encore directement par mail: info@taurus-studio.com et vous recevrez une dédicace personnalisée de l’auteur! Existe également en coffret Roman / Mousseux (50.-) Coffret collector numéroté et signé Roman / Mousseux ...

Interview de Françoise Clostre-Schaller, professeure de sculpture sur stéatite et en Arts Plastiques!

– Pourriez-vous vous présenter brièvement? Née en 1957 à Paris, je suis très jeune attirée par l’art, le dessin, la peinture, le modelage et toute forme d’expression artistique non écrite avec des mots. J’ai suivi la formation donnée par Mme Jeanine Falk-Vairant, d’abord en tant qu’enfant-élève, puis, après avoir élevé mes 9 enfants, comme professionnelle, entre 1994 et 2002. Après un diplôme de pharmacienne, je me suis occupée de mes enfants, avant de revenir dans le monde du travail après 25 ans d’arrêt, et 2 ans expatriée pour raison professionnelle de mon mari au Canada. En revenant, j’ai exercé la profession de directrice de centre équestre, de pharmacienne responsable et bien entendu d’enseignante en arts plastiques. J’ai, depuis, découvert la sculpture sur stéatite. Et c’est a...

Santa Maradona à la Jonction

« Si toi aussi tu es bouleversé par la disparition du « Pibe de Oro » , Diego Armando Maradona, viens te recueillir, faire une offrande, déposer une fleur, rire et pleurer la légende, samedi 28 novembre devant l’Arbre à palabres, au square d’Artamis, Ecoquartier, Jonction. » Cette curieuse invite a provoqué des réactions ironiques « Si on prie maintenant pour Maradona, qu’est ce que ce sera pour Federer ! », mais a réuni une trentaine de personnes ce soir-là, des fans de Maradona, ainsi que des voisins et voisines curieuses. Les tambours ont battus longtemps, parfois accompagnés de trompes tibétaines, du fameux chant de Mano Negra, et finalement de fusées lumineuses. Dans le public, deux jeunes femmes, une Chilienne et une Bolivienne, me disent avec émotion que Maradona, enfant des bidonvi...

Itinéraire d’un grain de café

  Quand on imagine une torréfaction, on a pour image de gros moulins et des odeurs qui vous envahissent… mais dans le milieu industriel, la poésie reste dans les livres. C’est ainsi que je me suis retrouvée dans la zone industrielle de Satigny au milieu de tous ces bâtiments industriels sans aucune poésie… C’est dans les locaux de la société de café Carasso que l’Académie du Café a planté son décor. Ennio Cantergiani, Maître Torréfacteur et Maître Barista a créé l’Académie du Café en 2012. Après une carrière dans l’industrie, il a eu envie de transmettre son savoir. Ce « puits de connaissance » a accepté de me recevoir et partager sa passion. Comment est livré le café ? Ennio Cantergiani : « Les cafés dans les sacs de jute doivent eux aussi avoir de l’attention. Un café qui reste trop...

La beauté des couleurs de l’automne a fait place à des tableaux

Après nous avoir offert un spectacle automnal riche en couleurs, la région viticole jusserande s’est vêtue de ses habits hivernaux. Dame vigne, fatiguée par son dur labeur de plus de trente ans a tiré sa révérence. Ayant rassasié son fidèle vigneron ainsi que les adeptes de son précieux nectar, les pieds de vigne ont été « délicatement » arrachés sans pitié et sans reproche, offrant la place aux futurs jeunes plants qui seront plantés au début de l’année 2021. Que la patience habite son fidèle serviteur car il faudra du temps aux jeunes pousses pour atteindre leur pleine maturité et ainsi récolter les premières grappes afin d’en extraire le fruit d’une éprouvante besogne !

Henri Suter (1922-2020) : le père de la collecte de déchets à Genève nous a quitté

Transvoirie partage l’histoire de cet entrepreneur genevois à qui elle doit ses racines : Né en Argovie en 1922, Henri Suter a grandi et vécu toute sa vie au Petit-Saconnex. Ce mécanicien de précision formé en apprentissage a eu très tôt le goût d’entreprendre. Son histoire dans le transport commence en 1947 lorsqu’on lui propose, à l’âge de 25 ans, de reprendre une entreprise de distribution de charbon et de ciment à Genève. Il décide de se lancer et emprunte de quoi acquérir trois camions d’occasion. La société Henri Suter est née. De la livraison de charbon à la collecte de déchets… C’est une histoire de bon sens : Alors qu’il livre régulièrement plusieurs communes du Canton, ses camions partent remplis et reviennent…. à vide. En 1954, après avoir déchargé une commande de charbon à Chên...

La Cité Léopard existe toujours

21 novembre, Cité Léopard. Elle existe toujours et la lutte des habitant-e-s n’est pas terminée. Il reste encore 20 ménages à loger sur 165, me raconte Henriette Stebler, militante du quartier de Carouge-Est qui tient une permanence chaque jeudi à 17 h avec le médiateur mandaté par le propriétaire, l’assurance SUVA. Comme il a fait bon vivre dans cette Cité ! Les petits immeubles de 2 étages surplombent des espaces communautaires, des pelouses, des mini-potagers, des arbustes, des fleurs. Un coin rencontre où nous nous trouvons avec les derniers occupant-e-s. Soirée mélancolique. Plusieurs immeubles ont leurs fenêtres cassées, on sent la morosité, voire la colère. On entend des chutes de meubles jetés par les fenêtres par ceux qui déménagent. Il est dur de quitter cette Cité après des anné...

Michel Servet, l’homme qui unit Genève à Annemasse, pour les siècles des siècles…

En des jours meilleurs, lorsque l’humeur baladeuse reprendra ses droits, pourquoi ne pas monter à bord du Léman Express qui vous conduira en dix minutes de Champel à Annemasse sur les traces de cet homme dont les convictions avant-gardistes ont scellé à tout jamais – au prix de sa vie – le destin de ces deux villes, bien avant l’arrivée du chemin de fer en 1880. On peut en effet se demander comment la statue de Michel Servet – qui n’avait strictement aucune origine savoyarde et encore moins genevoise – condamné à être brûlé vif pour hérésie sur la colline de Champel au 16ème siècle, s’est retrouvée d’abord à Annemasse, puis à Genève seulement en 2011, auprès du monument expiatoire érigé en 1903 ? Afin de découvrir ce passionnant mais délicat chapitre de notre histoi...

So Swiss, so Good Heidi

Qu’est-ce que Frankenstein, le prix Nobel et les records de Guinness ont-ils en commun ? Simplement, Genève ! Quand il commence il y a 12 ans, les rayons des librairies suisses ne comptent que très peu d’ouvrages à la croix blanche. Aujourd’hui, la maison d’édition Good Heidi Production est l’invité de renom pour présenter les icônes helvétiques d’une façon amusante et colorée. Derrière la recette du Cenovis, la biographie de Maurice Béjart, l’histoire d’Art Basel et plein d’anecdotes sur les marques suisses, se cache un parisien d’origine corse, Xavier Casile. Genevois d’adoption, il décide d’arrêter sa carrière dans les agences de publicité et se lance dans la publication d’un premier livre en 2008, So Sweet Zerland. 47 ouvrages plus tard, dont 6 cette année, il continue de parcourir la ...

Une fin tout en couleur pour les immeubles Familia à Lancy

Si vous prenez régulièrement la route de Saint-Julien, vous les avez probablement remarquées l’été dernier. De grandes fresques étaient apparues sur les façades des barres d’immeubles Familia à la hauteur du Bachet de Pesay. Ces oeuvres étaient comme une salve d’honneur pour ces bâtiments voués à la démolition. Le projet mis sur pied par Michael Vauthey avait consisté à réunir le temps d’un weekend une soixantaine de graffeurs bénévoles et à leur mettre à disposition les près de 2000 mètres carrés de « pages blanches » que représentaient les façades. Un rêve pour les artistes de l’aérosol … et pour leurs admirateurs. La fête a été belle et durant les mois qui ont suivi, les barres d’immeubles sont devenues un but de promenade, une sorte d’exposition en plein air...

La tour du silence

Lundi soir 2 novembre, peu avant 18 h, le long du quai Ernest-Ansermet. Il fait étonnamment doux, le soleil se couche lentement, les premiers réverbères s’allument. J’ai envie d’aller savourer le temps d’avant mon rendez-vous sur une terrasse… Rue de l’Ecole-de Médecine, boulevard Carl- Vogt, c’est « le carrefour de la soif », les bars à terrasses se pressent les uns autour des autres. Mais certains sont déjà fermés et les bancs en plein air affichent complet. C’est l’heure du dernier verre avant le tocsin, la fermeture des établissements de restauration pour de longues semaines. La foule des jeunes buveurs n’a plus sa gaieté habituelle et derrière les portes fermées, on voit s’agiter des serveurs entassant les chaises sur les tables. Mélancolie avant la plongée dans la solitude. Ne trouva...

Balade sur le chantier du Val d’Arve

Sur la route de Veyrier, entre le pont du Val-d’Arve et celui, vitré et ferroviaire, du Léman Express, de nombreux chantiers coexistent. Bien sûr, il y a celui de la route de Veyrier, interminable mais dont le résultat prend peu à peu forme. Encore un autre chantier borde l’Arve, sur la rive gauche en aval du pont du Val-d’Arve. Un panneau indique qu’il s’agit pour ce dernier du renouvellement d’un collecteur d’eau pluviale, de la construction d’une rampe d’accès, de l’agrandissement de la forêt en bordure de la rivière, de l’ajout d’un point d’eau potable et de la plantation de 16 nouveaux arbres, soit des peupliers, des saules et des aulnes. Il y a également un chantier au niveau du carrefour entre la route de Veyrier et le pont du Val-d’Arve. L’adaptation des îlots centraux a nécessité ...

Mot de passe oublié

Inscription