Actu

Villa Freundler: le mur de la discorde

En ce mercredi après-midi d’octobre, il fait beau. Je m’approche du chantier mis en route pour la réfection de la villa Freundler, du va-et-vient incessant de camions, les ouvriers travaillent d’arrache-pied. Je prends quelques petites photos du chantier. Autour du parc et de la villa, donnant sur la rue des Voisins à Plainpalais, se dresse un ancien mur d’enceinte de quelques dizaines de mètres de long, plutôt bas, sale et tagué. Classé au patrimoine historique, ce mur sera vraisemblablement conservé. Je m’approche d’un monsieur âgé d’une trentaine d’années. Il se prénomme Alexandre. Il habite le quartier et est un travailleur social engagé. Il ne voit pas trop pourquoi on le conserve. Selon lui: « il enferme le lieu. De plus, il est laid. » « Coupée du parc, comme enfermée » Puis, ...

Ecolo, le nouvel espace Saint-Luc se dévoile à Onex

Désormais, les fidèles de la Paroisse Petit-Lancy/Saint-Luc pourront célébrer leur culte à l’Espace Saint-Luc, dans un bâtiment moderne répondant aux exigences Minergie. Les vieux baraquements en bois laissent place à un immeuble moderne de neuf étages, situé à la rue de la Calle. La cérémonie d’inauguration a eu lieu le dimanche 7 octobre devant plus de 200 fidèles. L’espace Saint Luc répond en tous points aux critères du label Minergie, grâce notamment à de grandes fenêtres quadruples, aux verres isolants et à des murs épais avec isolation intérieure et extérieure. Sur le toit sont installés des panneaux solaires pour l’eau chaude et le bâtiment est chauffé à distance. Quant au sous-sol, il est équipé de tuyaux en plastique qui drainent de l’eau chaude. «Il n’y a plus de radiateur, car a...

Travaux à Versoix: un vrai parcours du combattant

Des p’tits trous, des p’tits trous, toujours des p’tits trous. Les travaux d’assainissement et de réaménagement en vue d’une zone 30 plus étendue ont transformé le haut de Versoix en un parcours du combattant. Au chemin d’Ecogia, les travaux ont laissé place à un sol irrégulier, où quelques bouches d’égout, entourées de bords pointus, menacent les roues des véhicules. Arrive ensuite le chemin Ravoux, amputé de son trottoir, qui était déjà mal en point. Les piétons sont forcés de marcher sur la route, alors que la visibilité est restreinte par les places de parcs de chaque côté. « Vous allez tomber » Ceux qui courent pour prendre le train empruntent ensuite le chemin du Lac. Là, on glisse sur des graviers et de la boue, les chevilles enfermées dans les bottines à talon...

Soral chicane les automobilistes

La mesure ne plaît pas à tout le monde, notamment aux quelques 4000 automobilistes qui traversent chaque jour le village de Soral. Durant le mois d’août, les principaux accès au village ont été réaménagés. Des rétrécissements de la chaussée, aussi appelés chicanes, ont fleuri un peu partout. «Le but: protéger les piétons en obligeant les automobilistes à réduire leur vitesse», affirme sans détour Jean-Claude Egger, maire de Soral. Limitées à 40 km/h, les principaux points d’accès au village sont régulièrement la proie d’excès de vitesse. «Lors d’un comptage réalisé en avril 2011, 70% des véhicules dépassaient la limite de vitesse prescrite», confirme Thierry Messager, Directeur du Service de la mobilité douce et des espaces publics au sein de la Direction générale d...

La nuit, le pont Hans Wilsdorf se transforme en pont Rolex

Le pont Hans Wilsdorf, trait d’union entre le quartier de la Jonction et le futur quartier Praille-Acacias-Vernets (PAV) ne cesse de faire parler de lui. Illuminations colorées, structure en «nid d’oiseau», crainte d’une augmentation du trafic à la rue de l’Ecole de Médecine, tout y est passé. Le pont roi Mais la liste s’allonge: une enseigne publicitaire a récemment été installée sur un des bâtiments administratif Rolex, à la rue François Dussaud, à 200 m du pont. Hasard de la perspective ou placement judicieux, elle se trouve exactement dans l’axe du nouveau pont. Vu depuis la plaine de Plainpalais, l’étendard horloger se situe donc juste au dessus de la nouvelle structure. Comme si le pont Hans-Wilsdorf était affublé de la célèbre couronne de la marqu...

Thibault pêche une truite de 6 kilos

  Dimanche 30 septembre, à l’aube, Thibault Casanova enfourche son vélo sous la pluie. Cette météo décourageante est pour lui, jeune adepte de la pêche sportive, un vrai bonheur. Il emporte son cadre, sa canne et ses appâts naturels. Le collégien habite Peissy, l’Allondon est sa rivière de cœur, mais ce jour-là il choisit un affluent lémanique à fort débit pour parfaire sa technique «à la dandine». A 11 h, Thibault repère sa proie, «un gros poisson calé sur la berge en face», soit une truite fario lacustre, entrée dans son jeûne préparatoire annonçant la période de reproduction. Elle est amorphe et ne demande rien à personne. Tout l’art consiste donc à la réveiller de sa torpeur hormonale. «Un poisson qui ne se nourrit plus, faut y aller pour réussir à lui enfiler l’hameçon dans la bo...

L’avion qui se décompose sur le tarmac de Cointrin

Pièce par pièce, jour après jour et depuis plusieurs semaines, l’appareil se désagrège dans un coin du parking de l’aéroport de Genève. Une bâche en plastique a remplacé la porte. Son fuselage tient sur des blocs de béton empilés les uns sur les autres. Quant à la queue de l’avion, elle a carrément disparu, laissant jaillir des câbles désordonnés. Au beau milieu des jets privés, la dépouille transmet un sentiment d’abandon. Bertrand Stämpfli, le porte-parole de l’aéroport de Genève, nous éclaire : «L’appareil a atteint son nombre maximum d’heures de vol avant d’atterrir à Cointrin. Puis, ce Falcon 50 de Dassault a été vendu à une société spécialisée dans le recyclage et la recertification de pièces aéronautiques. Il s’agit d’une vraie industrie». Si le porte-parole indique que c’est la soc...

Actu | Lac

Un 240 tonnes est passé sur Genève

Un camion-remorque de 64 mètres de long a transporté de Bâle à Genève un autotransformateur de 240 tonnes commandé par les Services industriels de Genève. L’appareil de 12 mètres sur 6 est arrivé à bon port le 2 octobre dernier, au matin. Il est passé entre Versoix frontière et la route de l’Usine-de-Verbois. L’autotransformateur 220/132 kV est le deuxième à Genève. Un premier avait été livré en avril 2011, au poste de haute tension de Verbois. Les deux appareils remplacent d’anciennes installations et permettent de renforcer la sécurité du réseau électrique genevois. Le trajet entre Bâle et Genève s’est déroulé sur plusieurs jours. Le convoi exceptionnel a roulé principalement de nuit pour éviter au maximum de perturber le trafic.

Mot de passe oublié

Inscription