Accueil | Thématique | Culture | Vaillants points d’eau

Partager l'article

Culture | Périphérie

Vaillants points d’eau

Vaillants points d’eau

Ô Rhône ruisselant, la veine de ma ville,

Toujours est-il que je te ressemble tant ;

Sur le même penchant sans hésiter tu files :

Dans dix mille ans, j’espère encore en faire autant.

Ô Arve larmoyant, quand tu saignes j’ai peur :

Les maux des hommes coulent au sein de tes flots.

A la Jonction tu fusionnes ton triste cœur ;

Tu nous montres ce long chemin encore clos.

Ô Léman lumineux, mon voisin inconnu,

Tu es pareil au cœur qui réside en mon corps ;

Tes secrets par les regards ne sont perçus

Car tu as peur de dévoiler tes trésors.

Ô Jet d’eau zénithal, épée de lumière,

Tu es mon emblème, miroir des étoiles :

Tout ton zèle porté vers le ciel n’a d’égal

Que l’aimant sentiment que j’éprouve pour ma mère.

Tous les fils engendré par Poséidon

Sont des demi-dieux dont la nature nous fait don ;

Bonheur rassasié où je dérive en paix,

Puissé-je, vaillants points d’eau, ne vous quitter jamais.

Partager l'article

J'écris un article

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription