Accueil | Quartiers | Campagne | La Cave du Mandement de Satigny, fierté devenue verrue

Partager l'article

Campagne | Société

La Cave du Mandement de Satigny, fierté devenue verrue

La Cave du Mandement de Satigny, fierté devenue verrue

Passé

Inaugurée le 19 mai 1934, la structure fut le fruit d’une union entre vignerons sous la forme d’une cave coopérative forte de 40 membres. Celle-ci a pour nom la Cave du Mandement de Satigny (CMS).

D’après le Groupe de Recherches Historiques de Satigny, dont l’ensemble du coté historique de cet article est tiré, d’une manière générale, des problèmes, liés à la qualité des vins vinifiés d’une manière artisanale par le manque de formation œnologique et d’emplacements de stockage trop restreints, rendent la situation des viticulteurs indépendants assez précaire. Ceci et d’autres inconvénients poussent les viticulteurs de plusieurs régions à un mouvement coopératif. Ainsi, dans le courant des années 1930, la Suisse voit plusieurs coopératives apparaitre, dont la CMS.

Malgré un début difficile, la coopérative atteindra 145 adhérents en 1975. Toutefois, en 1991, de gros soucis financiers mettent en faillite les différentes sociétés opérant dans la structure.

En 1994, la « Cave de Genève » nait sous forme de société anonyme. Les locaux étant rachetés aux enchères par des propriétaires privés, la nouvelle société devient locataire puis en 2007, inaugure sa nouvelle cave dans la Zone Industrielle de Meyrin Satigny.

Présent

Pour appréhender la situation présente, il est nécessaire de bien comprendre qu’il y a une séparation nette entre la Cave de Genève actuelle et les anciens bâtiments de la CMS ayant des propriétaires privés, deux entités qui n’ont rien à voir entre elles.

Actuellement donc, les bâtiments sont laissés à l’abandon. Les nouveaux propriétaires ont tenté de lancer un projet assez ambitieux. Cependant, ce projet n’aboutit point en raison d’un refus des riverains et d’autres considérations techniques.

Bâtiments laissés à l’abandon ne dit pas forcément bâtiments inhabités. Attirés par cette grande structure, un certains nombre de visiteurs illégitimes sont venus. Soit pour trouver un abri temporaire, soit pour dépraver (encore plus) les lieux.

Oui, vitres cassées, restes de mobilier en miettes et tags sont légions. D’ailleurs, s’y aventurer relève actuellement d’un comportement suicidaire, les plafonds s’effondrant et divers trous apparaissant. Sans compter que le complexe constitue un véritable labyrinthe.

Pour éviter tout risque, des mesures pour barrer l’entrée ont été prises ainsi qu’un renforcement de la surveillance policière.

Toutefois, ses restes d’un temps révolu sont une véritable verrue pour la commune.

Effectivement, le complexe se situe au centre du village, juste en contrebas de la mairie. L’aspect même du bâtiment étant dans un piteux état. Récemment, un incendie n’a pas amélioré les choses. Pour comparer à la ville en terme d’impact visuel et émotionnel, c’est un peu comme si on laissait la cathédrale et ses alentours à l’abandon…

Futur

L’espoir réside dans la relance d’un nouveau projet par les propriétaires de la parcelle.

Contactée, la mairie, qui n’a qu’un rôle de préaviseur en la matière, affirme que des demandes d’autorisations de construire ont été déposées. Le projet est donc appelé à évoluer. Toutefois, selon les mots du maire, Martine Roset, la durée estimée pour voir cette endroit reprendre vie est difficile à évaluer. Il faut en effet compter avec de possibles recours pouvant retarder considérablement l’avancée du projet.

Initiée et concrétisée par la commune, l’image directrice approuvée à l’unanimité par le Conseil Municipal en décembre 2011 dictera la disposition future du site. Le bâtit existant sera rasé pour voir l’apparition de nouveaux immeubles.

Partager l'article

J'écris un article

9 commentaires

  1. Bonjours, je chercherais a contacté le/les proprio pour des autorisation d'< faire des shooing photo, la police a pas trop aimé mon dernier..

    Répondre
  2. J’suis d’accord, je trouve qu’ils devraient laissé les jeunes aller là bas pour s’amuser, puisque le bâtiment est deja pourri.

    Répondre
    • Cest pas pour dire mais il y a des squatteur et plein de droguer donc si vous voulez lachez vos enfants laba allez y.

      Répondre
  3. Ce qui me fait le plus rire c’est que de jeunes ado viennent dans ce bâtiment pour peindre des graffitis sans déranger personne et qu’il y a en permanence la police qui viens les déranger sous prétexte qu’ils cause des
    « dégâts à la propriété » .. dès le moment où on ne fait rien de ce bâtiment autant les laisser s’extérioriser de manières à ce qu’ils ne dérangent personne …

    Répondre
  4. Photo du profil de Dominique D'Ippolito

    Futur EMS ??????????????

    Répondre
  5. En attendant ce complexe immobilier, ça ne serait pas dérangeant de démolir cette bâtisse et créer une « place » provisoire pour divers services communaux ou autres, c’est une proposition.

    Répondre
    • Photo du profil de Morgan Tinguely

      L’idée est bonne, mais le terrain n’appartient pas à la commune.

      Répondre
      • Ce qui serait surtout IMPORTANT, c’est que les associations arrêtent des recours INUTILES.
        Soit disant parce que le projet n’était pas convenable à leur vue !!!

        Répondre
      • Ca se négocie et ça peut-être loué à bon prix ou gratuit contre les travaux de démol de cette ruine.

        Répondre

Répondre à Andre Annuler

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription