Accueil | Thématique | Actu | Nos voisins les détenus de Champ-Dollon

Partager l'article

Actu | Campagne | Société

Nos voisins les détenus de Champ-Dollon

Nos voisins les détenus de Champ-Dollon

A Puplinge et Choulex, la surpopulation carcérale pèse aussi sur les riverains. Ils décrivent les bruits, la lumière au quotidien ou leur sentiment de sécurité, en attendant l’agrandissement de la prison.

Choulex, Puplinge, leurs villages, leurs champs, leur prison. Avec plus de 800 occupants pour 376 places, la pression sur les détenus et employés de Champ-Dollon ne cesse de s’accroître. Et autour d’elle, des habitants qui subissent la présence d’un centre pénitentiaire en voie d’extension (lire la «Tribune de Genève» du 7 juin).

A vrai dire, la prison se situe sur le territoire de Puplinge, mais c’est à Choulex que se trouvent les riverains les plus proches géographiquement. En premier lieu, ils décrivent le bruit au quotidien, avec des niveaux variables selon le vent et les saisons. «J’en ai perdu le sommeil», témoigne une retraitée de Choulex. Comme bon nombre d’habitants des alentours, elle raconte les cris, appels à la prière et même les visiteurs qui communiquent avec les détenus de l’extérieur du bâtiment. «Dans ce cas, la police intervient rapidement», précise Patrick Rechsteiner, le maire de Choulex, qui se félicite des caissons phoniques dont seront munies les futures fenêtres de Champ-Dollon.

Au classement des nuisances vient ensuite l’éclairage, pointé en permanence sur la prison et les chemins alentour. «La lumière est un dispositif de sécurité», a répondu Pierre Maudet aux riverains lassés de ces projecteurs. Des arbres confinent actuellement l’établissement pénitentiaire mais, comme pour le bruit, le niveau varie selon l’emplacement et les saisons. Par ailleurs, un écran forestier est prévu autour de la nouvelle mouture de l’établissement.

Plus en sécurité qu’ailleurs?

Avec la construction de Brenaz 3 – 450 places à l’horizon 2017 – Champ-Dollon va s’agrandir en direction du village de Puplinge grâce à des déclassements de parcelles agricoles. Le futur quartier des Hutins, dont le permis de construire vient d’être délivré, se trouvera ainsi aux premières loges. Au-delà des nuisances et du grignotage de la campagne, qui le préoccupent, Jean-François Pascalis, président de l’association Bien vivre à Puplinge, relaye une question qui se propage parmi ses voisins: «Avec l’agrandissement de la prison, quels seront les effets sur la valeur marchande de nos biens immobiliers?»

Au final, se sent-on en sécurité aux abords de Champ-Dollon? Mercredi dernier, lors de la séance d’information destinée à présenter le projet d’extension à la population, une femme se plaignait «de personnes douteuses» rôdant aux alentours de la prison. Faux, rétorque une habitante de Choulex et voisine de Champ-Dollon: «S’il y a un endroit où on est en sécurité, c’est bien ici. La police fait des rondes en permanence et les murs devant chez moi sont pleins de caméras.» Selon Jean-François Pascalis, «il n’y a pas eu d’expérience négative, mais la préoccupation reste». Le maire de Choulex, quant à lui, n’a pas reçu de plaintes à ce sujet.

 

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Luca Di Stefano
Passionné par l’info au coin de la rue, j'ai commencé à écrire dans ma commune de Vernier.
En parallèle, un site Internet consacré au foot des talus, des études et expériences dans le journalisme local ainsi que de longs voyages à vélo ont tracé mon parcours.

5 commentaires

  1. Bonsoir,

    Je me permets de vous écrire pour savoir si vous avez le lien de la pétition qui circule en ligne normalement contre le futur nouvel agrandissement de la prison de champs dollon. Le nouvelle établissement se nommerait les dardelles,

    Merci infiniment, cordialement,

    Véronique Battier

    Répondre
  2. j’aimerais connaitre les moyens de contacter « Bien vivre à puplinge » (adresse mail) pour les appuyer dans leur combat contre la mégalomanie de nos autorités qui ne pensent qu’à agrandir champ-dollon au détriment de l’environnement et des habitants. Il y a assez de place dans le gros de vaud pour loger les psychopathes et autres criminels. richard

    Répondre
    • @Sam,
      Merci pour expédier les détenus genevois au Gros de Vaud! On a déjà « Bochuz » au Nord vaudois, donc à coté de chez moi. Ce complexe pénitencier vaudois n’a rien a envier à Champs-Dollon ni par sa taille ni pour ses problèmes! N’oubliez pas qu’il faudrait peut-être garder quelques morceaux de terre cultivable pour vous nourrir dans notre pays, la Suisse, pas non pas faire comme à Genève et sa région! Déplacer le problème hors du Canton ou sa région n’apporte aucune solution! Il faut juste espérer que les élus, surtout de gauche, aient le courage d’apporter des mesures constructifs à Champs-Dollon pour contenir le bruit (jour ET nuit!) et de cacher cet horrible complexe par des aménagements paysagistes etc.!

      Répondre
  3. Bonjour,

    J’ai essayé de chercher les plan d’agrandissement de la prison de champ-dollon et je n’ai pas trouvé.

    Quelqu’un connaît un site web où trouver ces plans ?

    Merci !

    Répondre
  4. Je ne crois pas que les personnes habitant à proximité d’une prison aient quoi que ce soit à redouter. Les détenus y sont conduit en fourgon cellulaire, ils ne se promènent pas dans les environs lorsque minuit sonne!
    Non, blague à part, ce que je peux comprendre c’est le bruit une fois la nuit tombé, et pour ceux qui habitent vraiment à proximité. Il est vrai que l’on entend des détenus s’injurier ou s’interpellé et, forcément, ils ne chuchotent pas sinon ils ne s’entendraient pas. Comment contenter tout le monde, voilà la quadrature du cercle!

    Répondre

Répondre à Battier Véronique Annuler

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription