Accueil | Thématique | Société | Objets et lieux parfois insolites à Genève (réponses)

Partager l'article

Société

Objets et lieux parfois insolites à Genève (réponses)

Objets et lieux parfois insolites à Genève 1.  A quoi sert (servait) cette colonne, qui se trouve à la Promenade des Orpailleurs à Carouge ? 2. Sculpture de Manuel Torres 2000. Rue Dancet 14. La Paroisse de la Sainte-Trinité, rue Ferrier 16 17. Rue du Marché 9. Façade aux saillies de béton contorsionné, construite par Louis Maréchal en 1903 8. Mur commémoratif, derrière le Consulat de France, rue Jean-Sénebier 6. Une statue qui a perdu sa plaquette, dans le petit espace vert angle Bd. des Philosophes 7. La "Lune Brisée", oeuvre de Manuel Torres, parc de l'hôpital Beau-Séjour, féerique en hiver 13. Un drôle d'animal apprécié des enfants dans le préau de l'Ecole du Seujet 3. Etrange colonne à l'entrée d'un bar club, au 28 Bd. du Pont d'Arve 4. Ancienne tour, Passage de la Tour, Maison de quartier de Plainpalais 11. Bel ornement de porte, à la rue de l'Hôtel-de-Ville 14 12. Le tout premier balcon à Genève, à la Grand-Rue, au-dessus du restaurant 5. Belles vérandas à l'angle Lombard - Boulevard de la Tour 9. La fontaine au serpent, contre la façade du Pont de Saint-Léger 15. Ancienne porte d'entrée du Panorama de Plainpalais (1880), dès 1907 porte d'un bureau de poste. Actuellement à la Rue Necker 16. Rue du Marché, design d'Alfred Olivet construit après 1912 pour les Galeries Modernes, devenues plus tard Old England, puis UniprixEPA. 10. Un arbre qui croît malgré l'environnement hostile, contre le Pont de Saint-Léger
<
>
16. Rue du Marché, design d'Alfred Olivet construit après 1912 pour les Galeries Modernes, devenues plus tard Old England, puis UniprixEPA.

Suite à mon article du 11 avril dernier, malheureusement personne n’a trouvé toutes les réponses exactes. Je rappelle qu’il y avait 17 « curiosités » à repérer dans les rues de Genève et ses environs, et qu’il fallait me donner leurs emplacements. C’est vrai que certaines étaient peut-être bien connues d’un public averti, alors que d’autres semblaient complètement ignorées par les citoyens que nous sommes, comme je l’expliquais d’ailleurs dans ma rubrique.

Pas grave, voici aujourd’hui les solutions : il suffit de faire défiler les images jointes à ce texte, les endroits sont mentionnés dans le libellé au-dessous de chaque photo.

Je regrette cependant de n’avoir pas reçu plus d’informations de lecteurs, notamment en ce qui concerne la statue de la femme accroupie dans le petit espace vert, près du boulevard des Philosophes : en effet, la plaque qui se trouvait sur le socle en pierre a disparu, seuls quatre trous laissés par des vis manquantes témoignent d’une légende préalable. En outre, je ne sais toujours pas à quoi servait la colonne qui se trouve à la Promenade des Orpailleurs à Carouge. A noter que d’un côté, elle possède une boucle en métal : est-ce que cela servait à accrocher une chaîne, un bateau, un animal ?

Vous aurez remarqué les deux œuvres du sculpteur andalou Manuel Torres – arrivé en Suisse en 1960 – et qui a réalisé de nombreuses autres pièces en acier inoxydable ou en fer : ses œuvres publiques, souvent monumentales, composées d’éléments géométriques imbriqués, se retrouvent pour la plupart entre Champel, la Roseraie et Plainpalais, notamment.

La magnifique fontaine « La Lune Brisée », qui embellit le parc de l’Hôpital Beau-Séjour, y a été installée dans les années 80. Cette sculpture peut prendre des apparences les plus diverses suivant la météo ensoleillée ou lors de journées de grisaille, et même changer d’aspect d’après les saisons. En hiver, lorsque le jardin est recouvert par les premières neiges, elle peut même devenir féerique lors du coucher du soleil (voir l’image qui s’y rapporte). Durant la belle saison, c’est un endroit apaisant pour les patients hospitalisés dans cette annexe des HUG, qui viennent volontiers s’y détendre à l’ombre d’un des cerisiers du Japon : elle sert quelquefois de mare pour des canards de passage et d’abreuvoir pour de nombreux oiseaux. On y a même aperçu, tôt le matin, des renards venant s’y désaltérer, hôtes probables de la forêt voisine longeant les bords de l’Arve.

L’autre sculpture de la rue Dancet est un monument en hommage aux combattantes et combattants suisses qui se sont battus pour la défense de la liberté et de la démocratie en Espagne (1936-1938). Elle a été réalisée par l’artiste en l’an 2000 ; si l’on s’en approche, on remarque une plaque au pied de la structure, avec une citation de Dolorès Ibarruri, que je vous invite à aller découvrir sur place.

En ce qui concerne les magnifiques devantures d’immeubles dans les Rues Basses, notamment les deux photographiées à la Rue du Marché, j’ai appris qu’elles datent de 1903 pour l’une et 1912 pour l’autre. C’est dans cette même rue qu’on trouva le premier grand magasin de Genève, qui s’appelait à l’époque Grosch & Greiff, vers 1911 ; puis la société remit son commerce en 1920 aux frères Bigar qui constituèrent alors une S.A. et lui donnèrent le nom de « Au Grand Passage », enseigne bien connue de la population genevoise d’alors. Voilà pour la petite histoire de l’une des artères emblématiques de la cité de Calvin…

Merci à chacun(e) pour votre participation et/ou votre contribution !

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Jean-Pierre TAUXE
Décorateur de premier métier ; une expérience d'une année dans les coulisses du Cirque Knie pour écrire un premier livre ; formation d'éducateur sport et loisirs pour personnes en situation de handicap ou en difficulté d’adaptation, puis de maître socio-professionnel à l'EESP de Lausanne.

Il reprend plus tard la responsabilité de l'Atelier d'Animation à l’Hôpital Beau-Séjour. En août 2013, il partait en préretraite après 23 ans de "bons et loyaux services". L’Atelier qu'il animait, cher aux patients hospitalisés qui bénéficiaient ainsi d'instants de loisirs et de moments de répit bénéfiques à leur moral, a été maintenu à 50% durant une année après son départ. Menacé de fermeture à cause de "projets institutionnels" et mesures d'économies aux HUG, ce centre a pourtant disparu en juillet 2014, avec le départ du second animateur à temps partiel. Les premiers articles de cette rubrique (numérotés) abordent le sujet.

Jean-Pierre Tauxe a alors publié un autre ouvrage, qui retrace ses deux décennies à la tête de l'espace de loisirs de Beau-Séjour : rétrospective d'événements exceptionnels, organisations socioculturelles originales, récits et anecdotes et également nombre de témoignages de patients.

Ce livre peut être commandé en laissant les cordonnées sur le site http://jean-pierretauxe.wixsite.com/atelierdanimation, rubrique en bas de page "Plus d'Info". Titre : "l'Atelier d'Animation ou comment offrir un 'supplément d'âme' aux patients séjournant à l'hôpital". 180 pages, 58 illustrations en couleur, format 14,9 x 21,1, broché, 24.- Frs + 4.- Frs de frais d'envoi pour 1 exemplaire.

1 commentaire

  1. Un immense merci pour ton article et tes photos. Je vois que Genève a encore beaucoup d’ endroits inconnu et bien cachés. Je t’em Bien fort et c’est sympa de découvrir les statues, les ornements

    Répondre

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription