Accueil / Thématique / Société

Société

Un supermarché « nocturne » débarque aux Charmilles

Denner a ouvert son premier magasin permettant de faire ses courses tard le soir, répondant également à une demande de proximité, surtout pour les plus âgés. L’angle de la rue des Charmilles et de la rue Daubin s’est doté d’un nouvel habillage rouge. La chaîne de supermarché Denner propose aux habitants du quartier un magasin « Express » à deux pas de chez eux, depuis le 16 novembre dernier. Mme Souriau, une personne âgée résidant au coin de la rue, est enthousiaste : « Je connais beaucoup de gens qui auraient acheté chez Denner, mais il fallait prendre le bus. Maintenant, c’est proche de chez nous ». Pour un grand nombre de clients du troisième âge, c’est une petite révolution. L’autre avantage, ce sont des horaires plus étendus. Durant la semaine, le magasin ouvre tous les jours de 8h00 ...

Lever de rideau

« Les sanglots longs des violons de l’automne, blessent mon cœur d’une langueur monotone ». Ces vers connus me viennent à l’esprit lorsqu’en route pour le travail, je zigzague en scooter entre les voitures tout en pestant contre la route mouillée sur laquelle les feuilles mortes sont collées. Se concentrer sur le trajet, ne pas glisser, éviter les obstacles, y voir clair alors que le jour n’est pas encore levé, bref survivre dans la jungle des pendulaires ! Feu rouge : « Ô temps suspend ton vol ! » J’inspire et fait étrange, mon cerveau qui dans ce contexte, devient mon autoradio intérieure, se souvient de tous ces courriels envoyés par mes amis dont le contenu me rappelle que l’amitié vaut tous les amours du monde, qu’il faut aimer ses proches et le leur dire ou pire encore, qu’il faut pr...

Anamorphose

Un rideau se soulève derrière la fenêtre du rez-de-chaussée, un visage figé dans le temps apparaît, il semble vous dévisager. Au premier étage, une vielle dame assise, tricote sous le faisceau d’une lampe rétro. Au quatrième, une tulipe solitaire observe la rue depuis son pot en terre. Le lierre grimpe le long du mur rose et s’enroule sur les barreaux d’un balcon. Du haut de l’immeuble deux longues cordes retiennent une balançoire dans l’azur du ciel. Une femme, cheveux et jupe au vent, se laisse entraîner par le mouvement. Je suis là, songeuse, mon esprit erre sur ce pan de façade, que vous aurez sans doute reconnu : le trompe-l’œil de la route de Veyrier. Une surface plane où le peintre construit l’illusion du monde en trois dimensions. Une véritable scénographie qui conduit et perd le r...

Avent 2 décembre…

Voici revenir le joyeux mois de Noël. En ces temps de liesse, les rues se maquillent et tentent à tous prix d’appâter le passant. Tous les jours, j’ouvrirai une porte de calendrier jusqu’à la libération du 25.

Avent 1er décembre

Voici revenir le joyeux mois de Noël. En ces temps de liesse, les rues se maquillent et tentent à tous prix d’appâter le passant. Tous les jours, j’ouvrirai une porte de calendrier jusqu’à la libération du 25.

Catacombes Carougeoises

Mystérieux béton, révélateur de fantômes. Vous ne me croyez pas ? Vous pensez qu’une fois de plus, je déraisonne ? Alors, suivez-moi. Lieu : place de Sardaigne. Qui dit catacombes, dit sous-sol, donc parking. Que vous soyez un habitué des lieux ou un usager épisodique, je suis certaine que vous êtes passés devant ces faces mortuaires sans les voir. Je les ai découvertes il y a quelques mois et ce jour là mon œil devait être plus aiguisé qu’à l’accoutumée. C’était un samedi, le garage étant assez plein, je finis par trouver un emplacement au deuxième niveau. J’avançai ma voiture entre les deux lignes blanches, débouclai ma ceinture et m’apprêtai à couper le moteur, lorsque mon regard fut accroché par un visage terrifiant figé dans le mur et éclairé par mes phares. Je n’en croyais pas mes ye...

Prochain arrêt: Neptune

A l’ère où la fiction dépasse souvent la réalité et considérant le nombre d’heures que nous passons devant nos écrans de télévision à regarder des séries intergalactiques, je suis en mesure de vous annoncer que nous pouvons voyager dans notre système solaire et parfois plus loin encore. Non, je n’ai pas abusé de substances illicites et n’ai pas forcé sur la bouteille. J’ai donné libre cours, une fois de plus, à mon imagination délirante. Sans plus attendre, je vais vous faire partager ma digression. L’art urbain, qui est malheureusement usurpé par les disgracieux « tags » que nos autorités s’efforcent tant bien que mal à faire disparaître, peut se décliner sous d’autres formes. Je fais référence à ces petites mosaïques toutes différentes, assimilées à du pixel numérique et cimentées sur le...

Dernier jour…

Le Lignon à l’heure du laitier. Son oeil s’arrête sur une tache, un petit cri de souris, un nique ta mère ou ta soeur, ou les flics… Il décroche un vaporisateur de sa ceinture, extrait un chiffon de sa poche et frotte, frotte, minuscule Don Quichotte au pied de la grande tour qui peu à peu s’illumine. Ce matin, c’est un bon matin. La tête est claire, le geste précis. Puis un sifflement annonce le collègue, aussi trapu que notre homme est efflanqué, Sancho Pança de fortune. C’est le moment de sortir les poubelles, de pousser les grosses bennes sur un faux-plat sournois. On parle pour accompagner l’effort, pour balayer le brouillard. on parle métier, douleurs dorsales et produits de nettoyage. On parle des locataires que l’on appelle les troglo...

Anne Pastori, reporter hyperconnectée et engagée localement

Anne Pastori, c’est un côté pile qui navigue sans frontières sur Internet, entre blogs et réseaux sociaux. Et un côté face qui œuvre pour dynamiser la vie locale à Plan-les-Ouates. A vrai dire, vie numérique et relations de proximité font plutôt bon ménage. Celle qui est récemment devenue reporter de quartier pour Signé Genève s’émerveille aussi bien face à la diffusion du savoir rendue possible par les nouvelles technologies qu’elle veille à multiplier les rencontres de voisinage dans sa commune. Historienne de l’art «Internet et les réseaux sociaux transforment la société en profondeur. Vivre cette période de bouleversements est une chance extraordinaire», affirme-t-elle. Forte de ce constat, cette mère de deux adolescents a rapidement dépassé le rôle de spectatrice. Après avoir obtenu u...

Lancement de Bloom and Boom, une association pour les femmes

Hier soir a eu lieu la soirée de lancement de Bloom and Boom, une nouvelle association pour les femmes dont l’objectif est de favoriser les échanges lors des différentes étapes de leurs vies. De l’adolescence à la retraite, l’association abordera tous les sujets et valorisera le partage entre générations et entre différentes cultures. 100 femmes étaient réunies à la Maison de Grange Collomb à Carouge pour la présentation de ce projet, animé par un atelier, des expositions, un spectacle de danse, des lectures de poèmes et des chants amérindiens. Une très belle soirée.  

Un loto dont vous êtes le héros à la Concorde

Vendredi 23 novembre, à la Concorde, les habitants se transforment en héros, le temps d’une soirée un peu spéciale. Ils amènent des objets pour constituer les lots d’un loto très animé. Malgré les températures fraiches de l’extérieur, l’ambiance est tropicale dans la salle polyvalente des Ouches. Planche de surf, colliers de fleurs et chemises bariolées réchauffent la pièce et les cœurs des habitants. L’organisation est rôdée: boissons, sandwichs, animations et musique assurent la réussite de la soirée. «Aloha kakou» (bienvenue à tous)! Les joueurs arrivent timidement pour échanger des bandes dessinées 3D, des bougies, un gril portable et des paniers garnis contre des cartons de jeu. Des lots, il y en a pour tous les goûts. Ça tombe bien car les concurrents sont âgés de 4 à 84 ans. A...

Genève dans l’objectif de Frank Rikly

Quand il n’est pas derrière son bureau, Frank Rikly se transforme en photographe. «Je suis un pur Genevois, alors j’aime faire découvrir ma ville, ses recoins et ses scènes insolites.» L’architecture, mais aussi les scènes quotidiennes captivent son objectif. Ce directeur financier d’une entreprise du bâtiment voue également une passion pour les parcs de la ville et leurs statues. «Il y a un patrimoine incroyable et parfois méconnu à Genève», s’exclame-t-il. Avec ses séries de photos parfois minimalistes, Frank Rikly questionne sans cesse sa ville et ses spectateurs.      

Mot de passe oublié

Inscription