Accueil / Thématique / Société

Société

Prochain arrêt: Neptune

A l’ère où la fiction dépasse souvent la réalité et considérant le nombre d’heures que nous passons devant nos écrans de télévision à regarder des séries intergalactiques, je suis en mesure de vous annoncer que nous pouvons voyager dans notre système solaire et parfois plus loin encore. Non, je n’ai pas abusé de substances illicites et n’ai pas forcé sur la bouteille. J’ai donné libre cours, une fois de plus, à mon imagination délirante. Sans plus attendre, je vais vous faire partager ma digression. L’art urbain, qui est malheureusement usurpé par les disgracieux « tags » que nos autorités s’efforcent tant bien que mal à faire disparaître, peut se décliner sous d’autres formes. Je fais référence à ces petites mosaïques toutes différentes, assimilées à du pixel numérique et cimentées sur le...

Dernier jour…

Le Lignon à l’heure du laitier. Son oeil s’arrête sur une tache, un petit cri de souris, un nique ta mère ou ta soeur, ou les flics… Il décroche un vaporisateur de sa ceinture, extrait un chiffon de sa poche et frotte, frotte, minuscule Don Quichotte au pied de la grande tour qui peu à peu s’illumine. Ce matin, c’est un bon matin. La tête est claire, le geste précis. Puis un sifflement annonce le collègue, aussi trapu que notre homme est efflanqué, Sancho Pança de fortune. C’est le moment de sortir les poubelles, de pousser les grosses bennes sur un faux-plat sournois. On parle pour accompagner l’effort, pour balayer le brouillard. on parle métier, douleurs dorsales et produits de nettoyage. On parle des locataires que l’on appelle les troglo...

Anne Pastori, reporter hyperconnectée et engagée localement

Anne Pastori, c’est un côté pile qui navigue sans frontières sur Internet, entre blogs et réseaux sociaux. Et un côté face qui œuvre pour dynamiser la vie locale à Plan-les-Ouates. A vrai dire, vie numérique et relations de proximité font plutôt bon ménage. Celle qui est récemment devenue reporter de quartier pour Signé Genève s’émerveille aussi bien face à la diffusion du savoir rendue possible par les nouvelles technologies qu’elle veille à multiplier les rencontres de voisinage dans sa commune. Historienne de l’art «Internet et les réseaux sociaux transforment la société en profondeur. Vivre cette période de bouleversements est une chance extraordinaire», affirme-t-elle. Forte de ce constat, cette mère de deux adolescents a rapidement dépassé le rôle de spectatrice. Après avoir obtenu u...

Lancement de Bloom and Boom, une association pour les femmes

Hier soir a eu lieu la soirée de lancement de Bloom and Boom, une nouvelle association pour les femmes dont l’objectif est de favoriser les échanges lors des différentes étapes de leurs vies. De l’adolescence à la retraite, l’association abordera tous les sujets et valorisera le partage entre générations et entre différentes cultures. 100 femmes étaient réunies à la Maison de Grange Collomb à Carouge pour la présentation de ce projet, animé par un atelier, des expositions, un spectacle de danse, des lectures de poèmes et des chants amérindiens. Une très belle soirée.  

Un loto dont vous êtes le héros à la Concorde

Vendredi 23 novembre, à la Concorde, les habitants se transforment en héros, le temps d’une soirée un peu spéciale. Ils amènent des objets pour constituer les lots d’un loto très animé. Malgré les températures fraiches de l’extérieur, l’ambiance est tropicale dans la salle polyvalente des Ouches. Planche de surf, colliers de fleurs et chemises bariolées réchauffent la pièce et les cœurs des habitants. L’organisation est rôdée: boissons, sandwichs, animations et musique assurent la réussite de la soirée. «Aloha kakou» (bienvenue à tous)! Les joueurs arrivent timidement pour échanger des bandes dessinées 3D, des bougies, un gril portable et des paniers garnis contre des cartons de jeu. Des lots, il y en a pour tous les goûts. Ça tombe bien car les concurrents sont âgés de 4 à 84 ans. A...

Genève dans l’objectif de Frank Rikly

Quand il n’est pas derrière son bureau, Frank Rikly se transforme en photographe. «Je suis un pur Genevois, alors j’aime faire découvrir ma ville, ses recoins et ses scènes insolites.» L’architecture, mais aussi les scènes quotidiennes captivent son objectif. Ce directeur financier d’une entreprise du bâtiment voue également une passion pour les parcs de la ville et leurs statues. «Il y a un patrimoine incroyable et parfois méconnu à Genève», s’exclame-t-il. Avec ses séries de photos parfois minimalistes, Frank Rikly questionne sans cesse sa ville et ses spectateurs.      

Retour vers le passé

… c’est ce que je me suis dit après mon séjour de 10 jours à Hong Kong. Ayant de la famille là-bas, je n’ai bien entendu pas pu m’empêcher de comparer les deux villes même si je sais très bien qu’il s’agit d’un exercice dangereux de par les nombreuses différences. Mais c’est justement ces différences qui permettent également de remettre les choses en perspective et voir ce qui pourrait être amélioré ici. L’insécurité Je commencerais avec un sujet qui me préoccupe en ce moment, l’insécurité. A Hong Kong, pour la première fois depuis longtemps, j’ai osé poser mon portefeuille et portable sur la table des restaurants pendant que je mangeais, chose quasi impensable à Genève. Les pickpockets ne sont pas inexistants mais très rare...

Andy, reporter onésien aux mille histoires

Anderson Makedi n’est pas de ceux qui parlent fort. Dans une pizzeria d’Onex, on peine à distinguer sa voix du vacarme ambiant. Alors on tend l’oreille et on découvre comment il s’est retrouvé là, à Onex, précisément dix ans après avoir vécu dans l’abri PCi communal. Congo-Brazzaville, au début des années 2000. La guerre civile qui sévit depuis plus de dix ans pousse le jeune diplômé en journalisme et sa famille à quitter la capitale vers le sud. «Nous étions entre deux feux, alors j’aimarché 300 kilomètres jusqu’au village de mes grands-parents. Sur le chemin, on mangeait ce qu’on trouvait. Parfois c’était des mangues, parfois ce n’était rien», se souvient «Andy». Résolu à fuir, il saute dans un avion en direction de Rome. Làbas, des passeurs lui proposent de gagner la Suisse en échange d...

Le guide genevois du « Renard sur la lune » fête ses 5 ans

Un guide au format d’un livre, chaque année un peu plus épais, propose 1205 « bons plans » pour découvrir ou faire découvrir Genève. L’édition 2012 du Renard sur la lune, offerte par les Transports publics genevois (TPG), gâte ses lecteurs. Cinq années ont passé depuis la naissance du Renard, et avec l’âge, son poil devient plus brillant, son œil plus perçant, et la bête peut s’enorgueillir d’un nombre de pages grandissant. Il nous dévoile Genève au travers d’adresses éclectiques, d’un graphisme coloré rappelant le thème du jeu, ainsi que d’avis d’experts, personnalités de la ville qui nous parlent de leurs lieux favoris. Une photo noir-blanc au format carré complète leur portrait, un régal. Promouvoir la mobilité douce Au fil de ses 336 pages, le Renard présente des idées pour «savourer, ...

Corsier pousse comme un champignon

Depuis quelques mois, les grues se sont installées à Corsier. De nombreux chantiers de construction sont en cours et Corsier vit au rythme des travaux. Rien que dans le chemin du Pré-Puits, 4 immeubles sont en construction ou viennent juste d’être terminés. Dans quelques temps, des travaux débuteront également à la Palanterie et de nombreux logements sortiront de terre progressivement. Alors si le canton de Genève est à la traîne quand il s’agit de construire des logements, les communes campagnardes de la rive gauche semblent elles vouloir rattraper leur retard. Il me semble en tout cas. Alors la campagne plus dynamique que la ville ?

Une nuit pour les amoureux du jeu à Plainpalais

Ce samedi 10 novembre, la pluie tombe à torrent sur Genève. Elle n’aura pourtant pas réussi à  empêcher  plus de 700 personnes de se retrouver à la Salle communale de Plainpalais, sur la rue de Carouge, afin de partager une partie de jeu. Lorsque vous pénétrez dans le hall d’entrée du bâtiment, une fois les manteaux trempés mis de côté, plusieurs chemins s’offrent à vous. Sur votre gauche, un bar propose une petite restauration et des boissons. A droite, une salle s’ouvre devant vous, un jeu géant représentant des îles pirates trône en son centre. Si vous avancez un peu plus, la grande salle se dévoile. Plus de 400 jeux disponibles Des centaines de personnes se côtoient déjà, assises devant un plateau de jeu de société, certaines déambulant entre les tables, pour observer. Si les adolescen...

Steve Galli, reporter de quartier par amour des Eaux-Vives et du Léman

Rencontrer Steve Galli en fin de journée, c’est prendre part à une visite commentée dans les rues des Eaux-Vives. S’arrêter faire causette chez le détaillant d’articles de pêche, lever le bras pour répondre aux automobilistes qui klaxonnent pour le saluer, emprunter des chemins de traverse jusqu’au lac. Voilà seize ans que ce quadragénaire devenu reporter de quartier pour Signé Genève bat le pavé dans son fief. Alors il maîtrise le sujet. «Tu vois cette place, j’ai trouvé des gamins qui fumaient des trucs pas nets l’autre soir» ou «Ce petit magasin, il a des superfringues, mais c’est un peu cher», indique-t-il tel un guide touristique. Chauffagiste depuis plus de vingt ans et père de trois garçons, Steve Galli confesse: «J’avais envie de parler de mon quartier. Je ne suis pas universitaire...

Mot de passe oublié

Inscription