Accueil | Quartiers | Périphérie | Vu ailleurs: le monorail de Kuala Lumpur

Partager l'article

Périphérie | Société

Vu ailleurs: le monorail de Kuala Lumpur

Vu ailleurs: le monorail de Kuala Lumpur

Il serpente à travers l’une des plus grandes capitales d’Asie, il ne dépend pas du trafic, n’est que peu concerné par les intempéries et a un risque limité « d’accident de personne », portrait du KL Monorail.

Long de 8.6 kilomètres, le monorail de Kuala Lumpur les avale en 23 minutes avec une vitesse commerciale 22.4 km/h contre environ 18 km/h espérée pour nos trams, il fonce jusqu’à 60 km/h sur ligne droite, environ 40 sur une courbe.

Un joujou à 310 millions

 

Le prix de l’ouvrage n’excède pas 310 millions de nos francs actuels. Comparaison n’est pas raison (rien que pour les conditions de travail), mais les travaux du tram reliant Bernex au centre-ville ont coûté 320 millions pour 6.8 kilomètres. Le monorail survole les obstacles alors que, pour le Pont-de-l’Île, il a fallu tout démolir et reconstruire, avec une facture de 35 millions de francs.

.

.

Un parcours de combattant pour un tram, pas pour un monorail

Empruntant la plupart des grandes avenues de la capitale, le monorail effectue maints survoles de carrefours souvent bloqués. Le trajet compte 11 stations à travers Kuala Lumpur, couvrant le nord-est et sud-est de la ville. Des régions qui n’étaient pas connectées au système ferroviaire. L’ouvrage forme une demi-boucle afin de le relier à différents endroits quatre lignes ferroviaires, dont la gare centrale.

 

Moche, oui, mais…

Les poutrelles en béton armé ne sont pas des plus ravissantes. D’autres matériaux pourraient améliorer l’impact visuel, à l’image du monorail de Rust, construit à l’époque par une entreprise suisse.

Moche, mais moins que les trains aériens. S’ils ont tous un impact au sol équivalent à une bande cyclable, les doubles voies ouvertes du monorail réduisent sensiblement l’impression d’encombrement. Vu du ciel, il est plus discret qu’une bretelle d’autoroute ou même que des rails normaux.

Parfait pour les voyeuristes ?

Essayé, pas pu. Même de nuit ! Et oui, l’engin se déplace trop vite pour pouvoir réellement jeter un coup d’œil dans les appartements des riverains.

Seulement pour les touristes

Ce n’est pas sa destination principale, qui s’adresse essentiellement aux locaux. Et c’est peut-être l’une des clés du succès en comparaison de l’échec du monorail de Sydney qui a été récemment démantelé. A Kuala Lumpur, en janvier 2015, environ 75’000 personnes ont emprunté le monorail chaque jour.

 

Partager l'article

J'écris un article

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription