Accueil / Zones

Zones

L’autoportrait du confinement

Enfermement, solitude, redécouverte, plaisir d’être chez soi, chacun à vécu le confinement différemment. La photographe Audrey Leclerc a décidé d’immortaliser cette période à travers une série d’autoportraits. Alors que ses mandats s’annulent les uns après les autres, la photographe Audrey Leclerc prend la décision de se confiner. S’isolant seule dans son appartement carougeois le 12 mars 2020, progressivement elle commence à se mettre en scène dans ses 43 mètres carrés. Se dénudant partiellement devant son objectif, elle utilise des gants, des masques et autres accessoires qu’elle trouve pour exprimer ses sentiments face à la pandémie. Ces autoportraits se transforment alors en une collection de 44 clichés, appelée Quarantaine. Rencontre avec Audrey Leclerc. Signé Genève : Comment avez-vo...

L’ÉTÉ AUX CINÉMAS DU GRÜTLI – Programme jeune public

Programme jeune public Cet été, nous proposons aux plus jeunes de se plonger au cinéma pour partager le destin de personnages fantastiques et hauts en couleurs: Ian, un jeune adolescent aux pouvoirs magiques insoupçonnés (En Avant), un monstre perdu, pas si Abominable, qui rentre chez lui en traversant les plus beaux paysages de la Chine, des ours siciliens qui tentent d’envahir le monde des humains, Lula, étrange créature qui tombe du ciel et atterit dans le ferme de Shaun le Mouton (la Ferme contre-attaque), ou Totoro, esprit de la forêt, qui emmène deux enfant à la rencontre des forces de la nature! Des univers merveilleux à découvrir en famille, du 19 juillet au 19 août, les mercredis et dimanches à 15h!

L’ÉTÉ AUX CINÉMAS DU GRÜTLI

Les classiques d’hier et d’aujourd’hui Echos… Cet été, les Cinémas du Grütli proposent une programmation riche et éclectique. Des films marquants, incontournables grands succès publics de l’année de cinéma qui vient de s’écouler, jouent avec de grands chefs-d’oeuvre de l’histoire du cinéma qui ont nourri les mémoires et continuent à distiller leur pouvoir de fascination. Dans un esprit digne des projections en plein air, nous vous invitons à découvrir un dialogue entre hier et aujourd’hui, pour un plaisir à la fois ludique, cinéphile et grisant. Westerns, comédies, romances, films policiers… Entre échos et résonances, ces films se parlent, nous parlent, dans la langue intemporelle du cinéma : celle du plaisir et de l’émotion. Du 1er juillet au 18 a...

Retraite en vue pour Monsieur Buhler

À Carouge, entre la place de l’Octroi et la rue Saint-Joseph, on trouve une petite enseigne au nom de Buhler, motos scooters. L’atelier de mécanique et de réparation est tenu par une figure carougeoise, un dénommé Serge Buhler qui manie la clé à molette et le marteau avec la même aisance que le tournevis ou la pince coupante. Voilà dix-sept ans que le mécanicien fait office au 9, rue du Pont-Neuf. Bien longtemps aussi que scooters, vélomoteurs ou vélos n’ont plus aucun secret pour lui. Du pneu crevé au carburateur bouché, des plaquettes de frein usées au pot d’échappement troué qu’il faut souder, Serge Buhler sait tout faire et son art de la réparation s’applaudit de bien plus loin que la Cité sarde. Mais voilà, l’heure de la retraite a sonné pour le mécano: «Après cinquante ans de métier,...

Ex &CO, la production vidéo de la Fondation Clair Bois

Clair-Bois, Ex & CO, production vidéo. Il y a de la vie à Clair Bois. Du boulot, de la joie, de l’enthousiasme, des marques de courage, des efforts remarquables afin de conquérir de haute lutte la satisfaction de toujours faire de son mieux. Ma présentation de la Fondation, parue dans la TDG du 8 avril se terminait par ces mots : »Il se peut qu’un prochain article décrive le travail d’autres personnes en situation de handicap. Des gens remarquables qui développent leur personnalité dans des registres très différents. » Eh bien nous y voilà ! Je désire vous présenter aujourd’hui la structure « Ex & CO » de la Fondation Clair-Bois. Lire ex-æquo, tous égaux. La formation Aux Minoteries, mais opérant également à Pincha...

Interview de Valérie Glasson: entre nature et poésie!

Valérie Glasson, pourriez-vous brièvement vous présenter pour nos lecteurs.trices qui ne vous connaissent pas encore ? Je suis une artiste peintre franco-suisse qui vit et travaille à Genève. J’ai fais des études de Lettres et d’Histoire de l’Art mais ma pratique de la peinture est entièrement autodidacte. Cela fait maintenant dix ans que je vis entièrement de mon travail artistique. Les animaux, la nature et la poésie sont souvent des composants essentiels de vos toiles. Est-ce toujours le cas dans cette exposition? La nature est en effet mon sujet de prédilection : elle ne cesse de m’inspirer et depuis quelques années, mon travail animalier se veut un cri d’alarme contre la disparition de la biodiversité. L’exposition actuelle réunit deux séries sur lesquelles j’ai récemment travaillé : ...

Cowboy Kurt nous a quitté….

Figure emblématique des Pâquis, Cowboy Kurt a tiré sa révérence le 7 juin 2020. Une foule nombreuse était venue l’accompagner dans sa dernière demeure. Au vu des distances sociales, la petite Eglise de la Colombière de Nyon était pleine.  Afin que ceux restés sur le parvis puissent aussi suivre l’office, une sonorisation avait été installée. Durant la messe, ses amis musiciens, Paul McBonvin et Francesco Saraceno ont chanté des chansons que Cowboy Kurt aimait. En fin de cérémonie, le refuge Darwyn avait préparé une haie d’honneur et les chevaux ont ainsi accompagné le cercueil. Puis ce fut le tour aux « bikers » de prendre la relève et ainsi escorter le corbillard. Cet homme plein d’énergie avait une gouaille qui n’appartenait qu’à lui. Ce Suisse-allemand du bout du lac qui mélangeait son ...

Alexandra Briffaz, prof de yoga

Il y a quelques années, j’ai décidé de me bouger. La mairie m’a indiqué les possibilités qui existent à Perly, j’ai choisi le yoga, la séance du mardi à 16h15, une heure et quart de concentration, de postures et de moments de repos. J’en ressors détendue et sereine. C’est Alexandra Briffaz qui nous guide, de ses formules magiques en sanscrit. Nous sommes une dizaine de dames d’un âge certain. Mais les séances ont été interrompues mi-mars à cause du coronavirus. L’interview a lieu par téléphone. Alexandra, peux-tu me dire quelle est ta formation ? Au début, j’étais employée de commerce et travaillais à mi-temps tout en m’occupant de mes enfants. Lorsque nous avons déménagé à Sion, avec mon mari, j’ai entrepris une formation Bansuri (qui signifie la flûte de Krishna en sanscrit), de 600 heur...

Alvise Pinton, chef de la Chanson du Val de l’Aire, Perly

Je connaissais le chœur de Perly pour lui avoir écrit le livret d’une chanson composée par Bernard Schulé lors du concours l’Etoile d’or 1981. En 2001, lorsque j’ai pris ma retraite, j’ai appelé Alvise Pinton, son chef. Depuis, je fais partie des altos et me rends tous les jeudis soir aux répétitions. Nous sommes une septantaine de choristes, qui avons du plaisir à nous retrouver, et donnons deux concerts début juin. Nous présentons alternativement une messe et des chants sur un thème donné. Alvise Pinton était instituteur, il a enseigné dans plusieurs écoles, avant d’entrer en 2000 dans une des classes du château de Dardagny, ouvert en 1932 après 6 campagnes de rénovation, d’où il prit sa retraite en 2017. Il a même été homme au foyer pendant 4,5 ans. La musique est un de ses hobbys, il a...

Le piéton genevois est délaissé et en danger

Une habitante des Eaux-Vives qui – comme beaucoup d’autres citoyens-ennes d’ailleurs – en a marre de mettre quotidiennement sa vie en péril simplement parce qu’elle utilise normalement les trottoirs et les passages pour piétons, a adressé une démarche aux différentes personnalités politiques. La jeune retraitée a même réalisé les deux flyers ci-dessus « Respect S.V.P » et « Respectons aussi les piétons ». Ils sont libres de droit et peuvent donc être photocopiés et affichés par tous ceux qui en auraient l’utilité. En effet, le trafic des bicyclettes et autres véhicules de ce genre va probablement s’accroître avec la création de nouveaux aménagements cyclables, réalisés en urgence ces derniers jours par le...

Le Cimetière des Rois, peste, peine de mort et droit à la vie

Ce temps de confinement a été idéal pour lire ou relire « La Peste » d’Albert Camus, paru en 1947. Il y décrit une ville assaillie par une épidémie mortelle, d’abord mystérieuse puis diagnostiquée comme peste. Les autorités choisissent la fermeture de la ville, coupée du reste du monde, pas vraiment le confinement que nous connaissons. Les gens enfermés dans leur ville peuvent toutefois continuer à se rencontrer, à travailler et à fréquenter restaurants et spectacles. Evidemment, nous sommes dans une fiction, mais de nombreux éléments de ce roman philosophique nous frappent par leur actualité brûlante. Un des personnages principaux, qui mourra de la maladie le jour du déconfinement, dans les cris de joie de la population, explique que pour lui la peste, c’est de donner la mort, sciemment, ...

Histoires de vins, histoires d’amitiés, ….

Si on connait le musicien, on connait moins l’homme de terroir…Philippe Carrupt a déjà vécu plusieurs vies en une. Si depuis peu il est devenu producteur de vins et des huiles d’olives Olvie, il n’en n’a pas toujours été ainsi. Menant de front une carrière de musicien (bassiste), il a surtout gagné sa vie comme directeur logistique dans des multinationales. Après un licenciement il y a deux ans, avec la sécheresse du marché du travail actuel, s’est posée la question de que faire à l’aube de la cinquantaine. Écoutons-le:« Il y a de nombreuses années, j’avais acheté dans le Gard des terrains agricoles comme plan de retraite, sur lesquels j’avais planté des oliviers à l’oliveraie existante. A ces terrains, jouxtait une vigne que j’avais aussi racheté. Lorsque j’ai perdu mon travail, j’ai tout...

Mot de passe oublié

Inscription