Accueil | Quartiers | Centre | A Malagnou, on ne plaisante pas avec les paillassons

Partager l'article

Centre | Société

A Malagnou, on ne plaisante pas avec les paillassons

A Malagnou, on ne plaisante pas avec les paillassons

Deux colocataires de la rue Henri-Mussard ont tenté le deuxième degré sur leur essuie-pieds. Les voisins n’ont pas ri.

Si l’amitié peut s’exprimer publiquement, on notera que parfois, certains préfèrent que ses manifestations ne se hasardent pas à dépasser le pas de la porte. Grégoire et Thierry l’ont appris à leurs dépens.

Les deux colocataires de la rue Henri-Mussard, à Malagnou, s’entendent bien. Récemment, ils décidaient de remplacer le vieil essuie-pieds qui traînait là, devenu la risée des copains. Il faut dire que celui-ci représentait deux oiseaux et un cœur sur un fond gris impersonnel. De quoi conduire n’importe quel esthète du tapis d’entrée à l’apoplexie.

Bref, Grégoire et Thierry découvrent un site permettant l’impression de photos sur paillasson. Séduits par le concept, ils choisissent un cliché pris lors d’un mariage sur lequel on les voit s’enlacer chaleureusement avec, il faut le dire, un brin d’ironie.

Lettre de la régie

Quelques clics, une commande et voici qu’un tapis tout neuf trône devant leur appartement du rez-de-chaussée. Mais le second degré ne plaît pas aux résidents de l’immeuble. Moins d’un mois après avoir relooké leur entrée, une lettre de la régie parvient aux propriétaires. On y évoque des «plaintes émises par les résidants (sic) de la copropriété. En fait, il s’agit de la photo en elle-même qui a été insérée sur ledit paillasson qui engendre quelques mécontentements (…), peut-on lire. Dès lors, nous vous saurions gré de bien vouloir demander de le remplacer par un paillasson «neutre».

Depuis ce courrier des plus formels, Grégoire et Thierry ont retiré ce paillasson, symbole de leur franche camaraderie. «On peut comprendre nos voisins, vu que nous habitons au rez-de-chaussée et qu’ils passent devant notre porte, admet Thierry. Mais on regrette qu’ils ne soient pas venus sonner chez nous pour en discuter. Ça aurait sûrement été plus simple que d’écrire à la régie, non?» Enfin, ont-ils l’intention de remettre le paillasson à leur effigie? «Pas vraiment», dit Thierry, peu rancunier.

Depuis le remplacement, les voisins eux ne se sont toujours pas manifestés. Et devant leur ascenseur, ils peuvent à nouveau apprécier la vue d’un cœur et de deux oiseaux qui se bécotent.

A droite, Thierry exhibe le paillasson de la discorde. (image: LDS)

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Luca Di Stefano
Passionné par l’info au coin de la rue, j'ai commencé à écrire dans ma commune de Vernier.
En parallèle, un site Internet consacré au foot des talus, des études et expériences dans le journalisme local ainsi que de longs voyages à vélo ont tracé mon parcours.

14 commentaires

  1. Il paraît qu’il a clairement une postiche aussi…

    Répondre
  2. Post tenebras nul.

    Envoyer une lettre directement à la régie et oublier le contact direct et humain? Merci Genève d’être aussi pathétique que drôle.

    Répondre
  3. ah oui ! ici c’est la suisse donc pas toujours ouvert à ce genre d’humour

    Répondre
  4. Je plains sincèrement ces deux gars d’avoir des voisins aussi lamentables…

    Répondre
    • Les gens ont vraiment du temps à perdre et le deuxième degré? est il oublié?
      C’est vraiment navrant.
      Bravo les garçons!!

      Répondre
  5. Le mec à droite sur la photo qui tient le paillasson de la discorde on dirait qu’il a les cheveux gras non?

    Répondre
    • Clairement qu’il a les cheveux gras… Paraît qu’il aime bien vider les poches aussi.

      Répondre

Répondre à gavillet Annuler

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription