Accueil | Thématique | Actu | Carouge-La Praille et la Jonction en plein chamboulement

Partager l'article

Actu | Centre

Carouge-La Praille et la Jonction en plein chamboulement

Chemin de Ternier, la terrasse branchée devant la vieille maison ouvrière© Maryelle Budry Les pirates veillent au fond de « La Cantina » © Maryelle Budry
<
>
Chemin de Ternier, la terrasse branchée devant la vieille maison ouvrière© Maryelle Budry

Quel plaisir de faire découvrir, comme guide de l’AVIVO, les quartiers de la Praille et de la Jonction !
Même passé : jusqu’à la fin du 19ème siècle, des champs (la Praille = la Prairie), des arbres (route des Acacias, chemin des Saules), des marécages, des cultures maraîchères (rues des Maraîchers, des Plantaporrêts), puis l’industrialisation massive (l’Usine hydraulique de la Coulouvrenière inaugurée en 1886, Motosacoche en 1899, le dépôt des tramways en 1900 , etc) recouvre ces deux quartiers de ses usines, jusqu’au début des années 1970 où l’industrie genevoise s’effondre progressivement. Sur les ruines des fabriques on construit des logements, mais certains gros bâtiments restent vides des années durant et sont investis peu à peu par de jeunes artistes : l’Usine de dégrossissage d’or , l’Usine Kugler, etc, etc)ainsi que d’autres petits bâtiments à la Praille ; la Société genevoise des instruments de physique devient le Musée d’art moderne et contemporain en 1994, les friches des Services industriels sont squattées durant 13 ans par l’association Artamis. Effervescence de créativité et de dolce vita qui peu à peu s’apaise, pour à nouveau céder la place à l’urbanisation. Le PAV prend maintenant ses quartiers dans ces zones.
A Carouge, le projet participatif Grosselin prépare un quartier vivant, à la Jonction les habitant-e-s se questionnent sur l’aménagement du futur parc de la Pointe, sous les couverts des TPG libérés : donner la priorité à la nature ou aux activités humaines ?
Il est passionnant de participer à ces changements. D’un mois à l’autre, l’aspect de ces quartiers change.
Le départ des bus des anciens entrepôts TPG à la Pointe de la Jonction a libéré un espace immense et couvert qui est peu à peu investi par des activités ludiques, artisanes ou horticoles. Et les bords du Rhône plaisent à toujours plus d’amateurs de la baignade. Le 16 juin, jour caniculaire, alors que les plages du lac étaient fermées à cause de la visite officielle Biden Poutine, des milliers de jeunes ont afflué.
Aux Vernets, puis à la route des Acacias, les buldozers ont commencé leur travail de démolition pour faire la place à de vastes quartiers de logement et de travail. L’ensemble immobilier et la tour de bureaux de la Banque Pictet vont bientôt se déployer, démolissant au passage quelques vieux immeubles à l’angle de la rue Subila et la gigantesque photo de Renate Buser (courez la voir avant sa disparition ! ) mais épargnant la maison Baron et l’ARCOOP, sur la commune de Carouge. De l’autre côté de la route des Acacias, sur la commune de Genève, subsistent encore quelques vieilles maisons ouvrières du début du 20ème siècle. Longtemps, les habitant-e-s d’une de ces maisons, entourée d’un jardin de roses, ont exposés sur un balcon des mannequins en chiffons et des instruments aratoires personnalisant le monde agricole d’autrefois. C’était charmant, je voulais toujours leur rendre visite, mais tout à coup, les volets se sont fermés, les poupées de tissus ont disparu, il y a eu un petit vide, et voilà que ce jardin en quelques jours a été transformé en terrasse chic ! Des parasols aux couleurs vives, des canapés confortables, un bar de boissons exotiques, de la musique sud-américaine ont pris possession du vieux jardin, la rue Ternier est fréquentée par un nouveau public. La terrasse du vieux bistrot familial italien, Le Marziano, est tout à coup fréquentée par des banquiers en costume-cravate et l’intérieur vieillot est maintenant blanchi et orné de chaises et de tables rococco ! Mais au bout de la rue, les pirates veillent toujours sur le bistrot « La Cantina », dont la terrasse propose une « Oktoberfest Beer », un mélange rassembleur ! Et les transformations se font sous l’oeil vigilant des associations de quartiers…

Partager l'article

J'écris un article

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription