Accueil | Thématique | Actu | Radio Tonic, toute une histoire

Partager l'article

Actu | Centre

Radio Tonic, toute une histoire

Alex Goretta, président et son collaborateur Josh Stanning. © DR
<
>
Alex Goretta, président et son collaborateur Josh Stanning. © DR

Radio tonic fait peau neuve, avec désormais plus d’une quinzaine d’émissions et un nouveau logo. Entretien avec Alex Goretta, le nouveau président et Josh Stanning son collaborateur.

Radio Tonic, une des radios historiques genevoises, est de retour depuis maintenant deux ans. Comment a-t-elle évolué ?

A.G. : La radio a été effectivement relancée en 2017 avec une base musicale très française et la volonté, à l’époque, de faire revivre les années 80, mais depuis le départ de son fondateur, elle a opéré un virage musical complet pour s’orienter vers un style Pop Rock plus en lien avec notre vision musicale. L’idée n’était plus de faire du Radio Nostalgie, ils le font bien mieux que nous
J.S : Il y a eu beaucoup de travail et surtout de réflexion derrière la face même de la radio, et c’est presque naturellement que nous nous sommes dirigés vers quelque chose de plus moderne et de plus attirant peut-être. La radio des années 80 c’est sympa mais selon les attentes des auditeurs et des animateurs ce n’est pas le choix qui nous semblait être le bon.

Au-delà de la programmation Pop Rock, on trouve une grande diversité de thématiques musicales. Est-ce une réelle volonté de la radio que de vouloir autant de styles différents ?

A.G. : Radio Tonic est une radio associative et le but est de donner la chance à toutes les personnes intéressées à pouvoir participer à une aventure dans le média préféré des suisses. Nous avons effectivement une grande diversité thématique puisque nous proposons une émission metal, une hip hop, une sur le reggae ou encore une autre qui mets en valeur le jazz et le blues.
J.S : Évidemment nous n’irions pas à l’encontre de nos volontés propres mais il est important également de rester à l’écoute des désirs des auditeurs. Chacun des thème proposé est adapté à un certains nombres de personnes et il nous apparaissait inévitable de proposer un choix de programme le plus large possible.

Mais les thématiques musicales ne sont pas les seules à l’honneur sur Radio Tonic.
A.G. : Effectivement, il y en a un peu pour tous les goûts puisque nous avons également trois émissions sportives ou deux émissions politiques par exemple. Il y a également quelques émissions plus légères. Nous avons également la chance d’avoir trois quotidiennes du lundi au vendredi, ce qui, pour une radio associative, est assez exceptionnel.
J.S. : Sur Radio Tonic, les thématiques musicales ne sont effectivement pas les seules à l’honneur puisque avant tout ce sont nos auditeurs qui importent. Pour ne pas se fermer à un seul style de radio, nous avons privilégié l’ouverture sur plusieurs autres thèmes, nous prenons en considération aussi bien la volonté des animateurs que celle des auditeurs.

Radio Tonic c’est une histoire, un vécu, c’etait un media historique dans le décor du Genève des années 80 mais Radio Tonic aujourd’hui, en quelques mots, qu’est-ce que c’est ?
A.G. : Une radio composée de bénévoles qui consacrent du temps à se faire plaisir et à vouloir faire plaisir aux auditeurs
J.S : – C’est une expérience humaine, une association, une nouvelle famille en quelque sorte. Ce sont les débuts d’une belle histoire prometteuse

Faire partie du comité d’une telle association, qu’est-ce que ça signifie pour vous ?
A.G : c’est beaucoup de travail. C’est une activité chronophage mais c’est également beaucoup de plaisir
J.S : C’est un honneur de pouvoir être « à la tête » d’une telle organisation.

Maintenant, avec vos mots, quelles sont les raisons pour lesquelles les auditeurs vont choisir d’écouter Radio Tonic ?
A.G : Notre force est le temps de parole que nous donnons à nos invités. En tant qu’association, nous avons la grande chance de ne pas devoir suivre les formats radio actuels durant lesquels les invités ont entre 5 et 8 minutes pour s’exprimer. Que ça soit des artistes, des politiques, des sportifs ou toutes les personnes invitées, elles savent qu’elles auront le temps de faire passer leur message.
J.S : Pour ma part, il faut écouter Radio Tonic pour les émissions diverses et variées que nous avons à l’antenne, des thématiques musicales à la politique en passant par l’informatique, sans oublier nos quotidiennes qui encadrent vos journées de travail, c’est ça Radio Tonic, c’est une playlist éclectique pop-rock couvrant un spectre relativement large pour les goûts de tout le monde et des heures d’émissions aux différences et aux richesses incroyablement intéressantes.

Quels sont les projets à court terme pour la radio ?
A.G : Nous espérons pouvoir obtenir une concession DAB+ l’année prochaine afin d’être plus accessible pour nos auditeurs, notamment dans les voitures. Nous lançons également ces jours un crowdfunding pour pouvoir financer la création d’un deuxième studio. Avec plus de 50 membres dans les diverses émissions, il est fondamental pour nous de pouvoir bénéficier d’un deuxième espace de production et de diffusion.
J.S. : Je pourrais bien sûr répondre quelque chose de consensuel en faisant appel à la sensibilité des lecteurs et des auditeurs mais personnellement, à côté du crowdfunding et du DAB+ l’idée serait d’habituer les amateurs de radio à notre nouveau concept, nos nouvelles émissions et continuer à se faire un nom dans la toile radiophonique romande.

Quel futur voyez-vous pour Radio Tonic ?
A.G. : L’idée est de pérenniser la radio en lui offrant un socle solide. Lorsque Radio Tonic a fait son retour en version 2.0 en 2017, il n’y avait que 3 émissions à l’antenne. Dans notre version 3.0, nous sommes à une vingtaine d’émission pour plus de 60h de direct par semaine. Et nous formons déjà la future génération d’animateurs puisque nous avons une émission produite et animée par des adolescents de 12 à 16 ans.
J.S. : La radio a évolué de manière significative en peu de temps, j’espère que nous nous ferons une place définitive dans le décor de l’audiovisuel Genevois.

Avec sa programmation très éclectique et ses animateurs chevronnés , nul doute que Radio Tonic se fasse une bonne place dans le paysage audiovisuel genevois, elle a encore de beaux jours devant elle.

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Dominique Wyss
Journaliste, productrice et animatrice d'émissions durant quelques années auprès d'une radio locale genevoise, Dominique est actuellement rédactrice free-lance auprès de divers magasines. Elle a décidé de l'investir également pour Signé Genève.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription