Accueil / Slider actualités

Slider actualités

Sacha, la lumineuse magicienne

J’ai eu le plaisir de rencontrer dernièrement une artiste aux multiples talents, danseuse, chanteuse, comédienne, magicienne, Sacha, une jeune femme lumineuse qui m’a donné envie de connaître son riche parcours. Vous êtes fille d’artiste et de musicien de jazz, donc naturellement portée sur le métier d’artiste je suppose, vos parents vous ont-ils encouragée dans ce domaine ? Oui, surtout ma maman qui avait toujours rêvé d’être danseuse mais ayant peu de possibilités dans son petit village natale de Vouvry, en Valais, c’était une évidence pour elle de m’inscrire dès l’âge de 7 ans dans une école de danse classique. A 17 ans vous décidez de vous envoler pour les Etats-Unis, à New-York, pourquoi cette destination en particulier ? J’ai grandis en regardant « Fame » le d...

Un amour qui n’est pas sans raison(s)

Née à Thonon, Marie-José Astre-Démoulin a passé son enfance à Amphion, au bord du Léman. Après son bac, elle suit des études de traductrice à Paris. Mais c’est un métier solitaire qui ne lui convient pas totalement, attirée qu’elle est par les relations humaines. A la Sorbonne, elle obtient un master d’enseignante de français pour gens de langues étrangères. Elle pratique cette activité d’abord en Afrique, puis au CERN. En y ajoutant la traduction littéraire de livres anglophones pour des éditeurs français ainsi que de quelques bouquins pour enfants en espagnol, sans oublier son rôle de mère pour ses trois fils, sa vie est bien remplie et bien panachée ! De retour en Europe, il faut trouver un job qui rapporte un peu plus que les traductions qui sont mal payées. Du coup, Marie-José se met ...

Jo Fontaine ou la pierre consentante

  Aller à l’atelier de Jo Fontaine, à Soral, c’est changer d’univers.  Jo Fontaine représente la 13e génération d’une famille de paysans de Soral. « Je suis de la terre, j’aurais dû devenir paysan, mais la vie en a décidé autrement… » A l’adolescence, il était perdu, comme s’il n’avait plus de racines, ne savait pas vers quel métier se tourner. On l’a convaincu d’apprendre la mécanique, ce qui ne lui plaisait pas, mais dans la famille, on terminait ce qu’on avait entrepris, et il est allé jusqu’au bout. Une scène l’a marqué, pour ne pas dire traumatisé : avec sa classe, il visitait une usine où l’on fabriquait des pièces. Un contremaître était planté derrière un ouvrier, un chronomètre à la main. Jo lui a demandé ce qu’il faisait. L’ouvrier était censé améliorer le temps qu’il m...

La route de Veyrier embellie par une forte arborisation et un renouvellement urbain

Depuis octobre 2017, la route de Veyrier et le carrefour de la Fontenette à Carouge ont fait l’objet d’un chantier de réaménagement qui visait à apporter – notamment – un mieux-être à la vie du quartier. C’est chose faite, à part le revêtement des pistes cyclables qui n’a pas encore trouvé sa version définitive, les habitants de la Cité Sarde sont enfin délivrés des barrières rouges et blanches, des déviations, des nuisances sonores dues aux machines et de la poussière. Ils ont finalement récupéré un domaine public de qualité : de larges trottoirs ont été réalisés et plusieurs traversées piétonnes le long de la route. En plus des nombreuses plantations d’arbres, d’arbustes et de plantes d’ornement qui contribuent au processus d’embellissement du mi...

Une jeune lancéenne au Concours national de Science et jeunesse

Dans leurs dernières années de formation, les élèves du secondaires II (les 15-18 ans) doivent réaliser un travail de longue haleine qui représente pour la plupart une première expérience de recherche scientifique. Un concours ouvert aux jeunes de 16 à 23 ans prolonge cette expérience en permettant à certains de ces travaux, particulièrement remarquables, de participer à une compétition au niveau national. Caroline Genoud dont le travail de maturité a reçu le prix Emilie Gourd en juin dernier, a été sélectionnée pour participer au Concours national de la Fondation Science et jeunesse. La jeune lancéenne, maintenant étudiante en sociologie à l’Université de Genève, a rédigé un travail de maturité portant sur « La binarité et ses conséquences sur les jeunes filles en Suisse. ...

Confinement et céramique à la galerie Ruine

Au cœur des Eaux-Vives, Eve Marie Bosshard défie la pandémie avec un accrochage inspiré des espaces naturels. Eve-Marie Bosshard, céramiste de la place, s’en est faite une à la galerie Ruine, aux Eaux-Vives. La crise sanitaire n’a pas arrêté cette artiste-là qui pratique son art depuis une vingtaine d’années. Au contraire. Les restrictions sanitaires, qui réduisent les visites de son exposition à cinq personnes et uniquement sur rendez-vous, lui ont permis de respirer. “Sans espaces de culture, musées, cinémas ou théâtres, les gens sont très libres, ils ont du temps et ils le prennent. Ils ressentent un grand bol d’air en arrivant ici, dit-elle. Pour moi, le confinement s’est avéré plutôt positif car les gens n’hésitent pas à s’attarder dans la galerie, j’ai ainsi l’occasion de leur expliq...

La Cité de Calvin abrite un écrin asiatique

Pour la plupart des Genevois, la Fondation Baur c’est le bâtiment en Vieille-Ville vers lequel on trouve toujours de la place pour se garer Certes, mais il ne s’agit pas que de cela. Ce musée est un vrai trésor. Franchir sa porte est une invitation au voyage. En quelques marches, on se transporte en Chine et au Japon tout en ayant la vue sur les montagnes de chez nous. Madame Laure Schwartz, directrice du musée, nous a ouvert les portes de cet écrin, hélas actuellement fermé en raison de la situation sanitaire. Qui était Alfred Baur ? Rien ne prédestinait ce villageois, né dans le canton de Zurich en 1865, à une carrière de grand entrepreneur, de pionnier et collectionneur. Au cours de son apprentissage à Winterthur, il apprend le commerce international. Il travaille pour la société Volker...

Onex rouvre ses marchés

Les autorités onésiennes bravent la peur provoquée par le Covid et procèdent à la réouverture de leurs marchés. Dimanche 21 janvier, il fait un peu froid pourtant un soleil radieux déchire le ciel onésien. Ce beau temps aux allures printanières coïncide avec la réouverture du Marché du Monde qui se tient tous les dimanches sur la place des Deux-Eglises. D’aucuns diraient même que les dieux du commerce sont onésiens. Mais l’on a du mal à décrypter leur sourire à cause du masque qui dissimule la moitié de leur visage. Le port de la petite étoffe et la désinfection des mains sont obligatoires. Devant son stand, Denis* reçoit chaleureusement ses clients. Ce vendeur des fruits exotiques ne cache pas sa satisfaction. «Je suis très content aujourd’hui après presqu’un mois de fermeture. Même dans ...

Visite au Centre de médecine du sommeil

Bien dormir et un repos réparateur sont souvent les clés d’une santé de fer. À Genève, un centre est consacré au sommeil. Rencontre avec Katerina Espa Cervena, membre de la direction. Dormir est essentiel pour notre organisme! C’est grâce à ces périodes de repos que nous consolidons notre mémoire et gardons notre cerveau au meilleur de sa forme. Et cela permet à notre corps de recharger ses batteries! Un manque de sommeil chronique conduit à la production d’hormones et de molécules qui augmentent le risque cardiaque mais aussi d’autres risques, comme l’hypertension artérielle et le cholestérol, le diabète et l’obésité. Après une courte nuit ou une insomnie, votre corps sera forcément fatigué. Le Centre de médecine du sommeil CENAS, à Genève, existe depuis trente ans. C’est le premier centr...

Les résistantes du Cimetière des Rois

A la tombée de la nuit du 9 décembre, pour la première fois j’ai assisté à un ensevelissement au cimetière des Rois, où sont enterrées les personnalités qui ont contribué au rayonnement de Genève. Noëlla Rouget, résistante et déportée française ayant vécu 75 ans à Genève après son mariage, a été portée en terre avec les honneurs français et genevois, signifiés par les grandes couronnes enrubannées de bleu, blanc, rouge et de jaune et rouge. Sinon, le rite de l’ensevelissement suivait la tradition catholique, devant un petit public. La cérémonie d’adieu avait eu lieu auparavant dans sa paroisse. La Tribune de Genève a déjà plusieurs fois écrit sur Noëlla Rouget, exemple de courage, de grandeur et de générosité. Sa biographie est parue ce printemps, pour son centième anniversaire : « Noëlla ...

Santa Maradona à la Jonction

« Si toi aussi tu es bouleversé par la disparition du « Pibe de Oro » , Diego Armando Maradona, viens te recueillir, faire une offrande, déposer une fleur, rire et pleurer la légende, samedi 28 novembre devant l’Arbre à palabres, au square d’Artamis, Ecoquartier, Jonction. » Cette curieuse invite a provoqué des réactions ironiques « Si on prie maintenant pour Maradona, qu’est ce que ce sera pour Federer ! », mais a réuni une trentaine de personnes ce soir-là, des fans de Maradona, ainsi que des voisins et voisines curieuses. Les tambours ont battus longtemps, parfois accompagnés de trompes tibétaines, du fameux chant de Mano Negra, et finalement de fusées lumineuses. Dans le public, deux jeunes femmes, une Chilienne et une Bolivienne, me disent avec émotion que Maradona, enfant des bidonvi...

Itinéraire d’un grain de café

  Quand on imagine une torréfaction, on a pour image de gros moulins et des odeurs qui vous envahissent… mais dans le milieu industriel, la poésie reste dans les livres. C’est ainsi que je me suis retrouvée dans la zone industrielle de Satigny au milieu de tous ces bâtiments industriels sans aucune poésie… C’est dans les locaux de la société de café Carasso que l’Académie du Café a planté son décor. Ennio Cantergiani, Maître Torréfacteur et Maître Barista a créé l’Académie du Café en 2012. Après une carrière dans l’industrie, il a eu envie de transmettre son savoir. Ce « puits de connaissance » a accepté de me recevoir et partager sa passion. Comment est livré le café ? Ennio Cantergiani : « Les cafés dans les sacs de jute doivent eux aussi avoir de l’attention. Un café qui reste trop...

Mot de passe oublié

Inscription