Accueil / littérature

littérature

Livresse, le café-librairie qui se métamorphose en bar

A la rue Vignier à Plainpalais se trouve un café-librairie un peu spécial. Livresse, c’est aussi un bar, de la littérature spécialisée et deux propriétaires engagées dans la cause LGBT. Un lieu qu’elles nous font découvrir. C’est lors d’une soirée que l’idée prend forme. Véronique Gendre et Veronica Jud ne se connaissent pas vraiment mais ont une envie commune: ouvrir une librairie un peu différente des autres. Un endroit où le client peut boire son café, prendre le temps de lire sans pression commerciale derrière. Si le concept est déjà décliné à Genève, elles vont plus loin puisque café et librairie ne font qu’un et qu’à la nuit tombée, le lieu devient bar. Des éléments fondateurs Le monde des livres ne leur est pas inconnu. L’une – Veronica Jud – est bibliothécaire, l’autre,...

L’AJAR entre cadavres exquis et lectures

Qu’est-ce que l’AJAR? Une nouvelle section de la police genevoise ? Que non ! Une oie mâle de catégorie A ? Non plus.  Un émule d’Emile Ajar (seul écrivain à avoir reçu deux fois le prix Goncourt)? » Ah ! là, on se rapproche. AJAR, c’est l’acronyme dAssociation des jeunes auteurs romands, une association créée il y a un peu plus d’un an et qui fait preuve d’une belle énergie et de nombreuses activités, dont une lecture ouverte au public à l’Institut National Genevois, le 29 avril prochain. Entretien avec Nicolas Lambert, membre de l’AJAR, auteur et musicien, et Guy Chevalley, président de l’AJAR, habitant de Plan-les-Ouates, auteur et collaborateur d’une maison d’édition pour la jeunesse. Comment est née l’idée de créer une association des jeunes auteurs romands ? Guy Chevalley : Nous avon...

Bettina Stepczynski, l’écrivaine carougeoise qui monte

A Carouge, une jeune mère de famille, écrit assidûment chez elle, lorsque ses enfants sont à l’école. Elle s’est déjà fait modestement connaître  par des nouvelles, plusieurs fois primées et lues en public. Et en ce début d’année, son premier livre paraît aux Editions d’autre part : « Sibylle, une enfant de Silésie », inspiré par l’enfance de sa tante Sibylle, qui à 8 ans a subi la déportation, les humiliations de l’exil et de la pauvreté. La famille maternelle de Bettina originaire de Silésie, à l’est de l’Allemagne (au nord-est de l’actuelle République tchèque), a été chassée du territoire attribué à la Pologne à la fin de la 2ème Guerre mondiale,  et a connu un exil infamant dans son propre pays. Ce drame de la défaite qui a touché plusieurs milliers de personnes a été occulté. Personne...

  • 1
  • 2

Mot de passe oublié

Inscription