Accueil | Thématique | Actu | Défilé de véhicules sur les chemins à Confignon: riverains agacés

Partager l'article

Actu | Campagne

Défilé de véhicules sur les chemins à Confignon: riverains agacés

Défilé de véhicules sur les chemins à Confignon: riverains agacés

La troisième étape des travaux de renaturation de l’Aire a débuté le 3 octobre dernier sur la commune de Confignon. Chantier énorme oblige, trois chemins ont été fermés à la circulation, restant néanmoins ouverts à quelques ayant-droits: les chemins de Mourlaz, du Contour d’Arare ainsi que de la Praleta. Contraints de changer leur trajet habituel, de nombreux véhicules empruntent, depuis plus de deux mois, les chemins résidentiels alentours. Fatigués de cette situation, les riverains ne cachent pas leur exaspération.

« C’est encore pire aux heures de pointe »

Bien connus des promeneurs, les petits chemins confignonnais de Narly et des Marais ressemblent davantage à des lieux de transit importants entre les communes de Confignon et Plan-les-Ouates. N’étant pas réservés uniquement aux riverains, quelques problèmes s’imposent néanmoins: nuisances sonores, routes trop étroites pour le croisement de voitures et danger pour les passants. Le défilé des voitures est incessant durant la journée, « et c’est encore pire aux heures de pointe », confie un marcheur.

Les autorités ont pourtant mis en place des itinéraires alternatifs, et demandent aux conducteurs d’emprunter des routes pouvant supporter un trafic plus important: le détour par le village de Lully ou le chemin du Pont-du-Centenaire (entre Onex et Plan-les-Ouates). Mais au volant, il est vrai que ces déviations peuvent constituer des détours conséquents. Emprunter les petits chemins devient alors la meilleure alternative, à l’image de cette automobiliste qui avoue « passer par les chemins de campagne car tout est bouché à cause des travaux de l’Aire et du CEVA ».

Une solution à définir pour l’avenir

Cette troisième étape de renaturalisation de l’Aire prendra fin dans deux ans. À noter que le Pont de Mourlaz (qui supportait, jusqu’à sa fermeture, le poids de plus de 5000 voitures au quotidien) sera condamné définitivement et réservé à la mobilité douce (piétons ou cyclistes), dès la fin des travaux.

Pour la suite, la Direction générale de la mobilité entreprend d’effectuer des comptages de véhicules pendant ces deux ans. Les Communes alentours et le Grand Conseil Genevois ont proposé plusieurs remèdes éventuels pour régulariser le trafic à l’avenir. Le passage par le Pont de Lully (en contournant le village de Sézenove), un éventuel élargissement du Pont de la Praleta et d’autres solutions sont au cœur du débat. Néanmoins, aucune d’entre elles ne sera adoptée avant la fin des travaux. Affaire à suivre.

 

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Anne Dal Busco
Carnet de notes, stylo et appareil photo en main, Anne porte son regard sur Bernex. «Une commune en évolution, certes, mais qui garde cette âme de village que je peine à retrouver ailleurs dans le canton», affirme-t-elle. Combinant le goût de l’écriture et son sentiment d’appartenance à sa commune, elle va à la rencontre des Bernésiens dans leurs rues, leurs associations et clubs sportifs.

12 commentaires

  1. Ce qui m’inquiète c’est la disparition progressive du peu de terres agricoles de notre canton, que ce soit pour les déclasser en zones constructibles (triste exemple les Cherpines) ou que ce soit pour les remplacer par des routes, bretelles d’autoroutes, voire élargissement de celles-ci. Faut-il que Genève continue de se surdévelopper de la sorte ? Faut-il que ce soient les mêmes communes qui se sacrifient sur l’autel du « progrès » par une urbanisation inhumaine ? Quand je pense que le Golf de Genève à Cologny, pourtant à quelques minutes du centre-ville, a une surface similaire à celle des terres agricoles des Cherpines, je me dis que l’espace est préservé pour les loisirs des plus grandes fortunes mais sacrifié pour l’agriculture qui nourrit la population. Et pourtant l’agriculture genevoise ne nourrit que 15 % de sa population. Il faudrait que nos Autorités repensent la politique du territoire et de l’immigration, car Genève est en train de se transformer en « cage-à-lapins-city ». Les seuls qui pourront être propriétaires ce seront ceux qui pourront s’acheter des barres d’immeubles. La propriété privée des petites gens est en passe de disparaître. Alors route par ci ou par là, bretelle d’autoroute par ci ou par là, élargissement d’un chemin par ci ou par là, tout ça ce ne sont que des emplâtres sur une jambe en bois.

    Répondre
  2. Sur trois propositions, une seule est suggérée, à savoir la M2022 contre laquelle les riverains ont fait opposition et déposé une pétition au Grand Conseil. Nous avons fait un rapport à la commission ad hoc et nous avons été reçus. Elle a pour un temps été mise en veilleuse mais nous savons que certains aimeraient bien la voir se réaliser un jour. Après avoir combattu pour que l’autoroute soit enterrée, après avoir dépensé 100 millions pour la renaturation de l’Aire, on nous propose une solutions de désagrément que nous ne pouvons pas accepter., soit une route à grand trafic dans une zone préservé en parallèle de l’autoroute. Les choses doivent être claires, les nuisances de construction de Bernex Nord ne doivent en aucun cas prétériter Confignon et nous nous battrons pour cela, pied à pied, point par point. La solution provisoire est passage par le pont de Lully, le contournement de Sézenove et la route de Chancy. Par la suite, une bretelle d’autoroute doit être construite depuis la zone industrielle des Cherpines et rentrer directement dans l’autoroute avec la création d’une troisième voie. Plus aucun village ne la plaine de l’Aire ne doivent être traversés par la circulation de transit, ni la césure verte, ni les zones préservées. La fuite en avant, les citoyens/ennes en ont assez. Il n’y a pas que l’argent, il n’y a pas qu’un développement sans limite, il n’y a pas que le travail: il y a aussi la qualité de vie que nous revendiquons haut et fort!

    Répondre
  3. Parlons des 3 chemins interdits à la circulation… c’est de la théorie car bien peu de monde respecte la signalisation et beaucoup se disent « ayant droit ». Alors que notre chemin voyait 5’300 véhicules/jour jusqu’au début du chantier de renaturation il y a les maintenant les promeneurs, les chevaux, les cyclistes et c’est une réelle joie, sauf que le danger est omniprésent avec les automobilistes qui ne respectent pas la signalisation et qui de plus roulent vite, se croyant seuls.
    Pas de verbalisations donc pourquoi se gêner. Et ils vont grossir les autres petits chemins de Confignon (Marais, Narly)

    Nos Conseillers d’Etat pensent-ils sincèrement à la qualité de vie des citoyens ? Dans un canton qui n’est pas extensible, dans une plaine de l’Aire archi saturée, on veut encore ajouter davantage de nuisances (Cherpines 20’000 véhicules/jour de prévus – chiffre fourni par la DGM – , Bernex-Nord et le fameux Plan Directeur Cantonal 2030 qui prévoient un nombre de déclassements importants pour construire). Au secours ! Que va-t-on léguer à nos enfants ?
    Et s’il y avait une meilleure communication entre les différents dicastères de l’Etat peut-être qu’avant de construire à tout va, on y ajouterait un plan de mobilité réfléchi et basé sur la réalité du terrain.
    Alors oui, il y a de quoi être agacé !

    Quant à la fameuse M2022 pourtant tombée en désuétude, je sais qu’elle reste bien présente dans la tête de certains…. et où passera-t-elle si une 3ème voie d’autoroute est construite ? Pauvre Confignon !

    Répondre
  4. Développement durable ??? Tu parles !!! Quand mes parents & Moi sommes arrivés aux Pallettes, seul la ligne « 4 » existait traversans les Semailles avec un ‘tit Terminus un peu près à la hauteur de l’actuel Restaurant des Semailles, puis le 44 est arrivé, puis l’accélérée « 4-44 », la ou la « 15 » s’arrête au giratoire des Palettes, la « 17 » DISPARUE aurait pu depuis LE BACHET aller jusqu’à St-Julien en Genevois via chemin des Palettes, avenue Curé-Baud, le nouveau Quartier des Cherpines (en 2017-2018 ?) puis remonter vers la Route de Sai _Julien EN SITE PROPRE SVP rejoindre Perly-Certoux, Puis le Centre de ST-Julien mais OU ? Sans que la ligne « 15 » déjà surchargée vienne « s’appondre & prolonger  » cette Ligne, ce qui est une abberation totale, une fois de Plusss !!!
    J’espère que d’ici 2018 & même AVANT, les ingénieurs »experts » de la « DGM2 vont enfin tenir compte des Avis des usagers des Tpg, des CFF, de la SAT, , des TPN, & autres ….

    P.S. J’ai presque 48 ans d’expérience à bord des Transports publics Genevois (Ex CGTE) & n’ayant pas du tout le permis de conduire VOITURE ou autre, je suis obligé – à part beaucoup marcher, ou du vélo, mais je suis légèrement handicapé de la Jambe, – de fréquenter, les Tramways, Trolleybus, & de notre Belle République & Canton de Genève !!!!  » Post Tenebras lux » et dans ce cas TOUTES & TOUS les genevois & genevoises du « Grand espace Genève » (plus de 1 millions d’habitants ?) Seront GAGNANTES/GAGNANTS !!
    Voilou, merci pour la lecture…. & vos commentaires sont les bienvenus !!!

    Répondre
  5. Et pensez aux 15000 nouveaux véhicules par jours attendus avec la nouvelle cité des Cherpines et l’extension des Zones industrielles Plan-les-Ouates et Confignon. Puis les cités planifiées à Bernex sur la rte de Chancy, etc, etc. Peut-t-on vraiment continuer ce développement démesuré dans notre tout petit canton ? Est-ce cela le développement durable que nos autorités prétendent construire pour nos enfants ? Stop M. Longchamp, retour à la qualité de vie, tant enviée de par le monde, de notre beau canton !

    Répondre

Répondre à Berger Annuler

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription