Accueil | Thématique | Actu | Défilé de véhicules sur les chemins à Confignon: riverains agacés

Partager l'article

Actu | Campagne

Défilé de véhicules sur les chemins à Confignon: riverains agacés

Défilé de véhicules sur les chemins à Confignon: riverains agacés

La troisième étape des travaux de renaturation de l’Aire a débuté le 3 octobre dernier sur la commune de Confignon. Chantier énorme oblige, trois chemins ont été fermés à la circulation, restant néanmoins ouverts à quelques ayant-droits: les chemins de Mourlaz, du Contour d’Arare ainsi que de la Praleta. Contraints de changer leur trajet habituel, de nombreux véhicules empruntent, depuis plus de deux mois, les chemins résidentiels alentours. Fatigués de cette situation, les riverains ne cachent pas leur exaspération.

« C’est encore pire aux heures de pointe »

Bien connus des promeneurs, les petits chemins confignonnais de Narly et des Marais ressemblent davantage à des lieux de transit importants entre les communes de Confignon et Plan-les-Ouates. N’étant pas réservés uniquement aux riverains, quelques problèmes s’imposent néanmoins: nuisances sonores, routes trop étroites pour le croisement de voitures et danger pour les passants. Le défilé des voitures est incessant durant la journée, « et c’est encore pire aux heures de pointe », confie un marcheur.

Les autorités ont pourtant mis en place des itinéraires alternatifs, et demandent aux conducteurs d’emprunter des routes pouvant supporter un trafic plus important: le détour par le village de Lully ou le chemin du Pont-du-Centenaire (entre Onex et Plan-les-Ouates). Mais au volant, il est vrai que ces déviations peuvent constituer des détours conséquents. Emprunter les petits chemins devient alors la meilleure alternative, à l’image de cette automobiliste qui avoue « passer par les chemins de campagne car tout est bouché à cause des travaux de l’Aire et du CEVA ».

Une solution à définir pour l’avenir

Cette troisième étape de renaturalisation de l’Aire prendra fin dans deux ans. À noter que le Pont de Mourlaz (qui supportait, jusqu’à sa fermeture, le poids de plus de 5000 voitures au quotidien) sera condamné définitivement et réservé à la mobilité douce (piétons ou cyclistes), dès la fin des travaux.

Pour la suite, la Direction générale de la mobilité entreprend d’effectuer des comptages de véhicules pendant ces deux ans. Les Communes alentours et le Grand Conseil Genevois ont proposé plusieurs remèdes éventuels pour régulariser le trafic à l’avenir. Le passage par le Pont de Lully (en contournant le village de Sézenove), un éventuel élargissement du Pont de la Praleta et d’autres solutions sont au cœur du débat. Néanmoins, aucune d’entre elles ne sera adoptée avant la fin des travaux. Affaire à suivre.

 

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Anne Dal Busco
Carnet de notes, stylo et appareil photo en main, Anne porte son regard sur Bernex. «Une commune en évolution, certes, mais qui garde cette âme de village que je peine à retrouver ailleurs dans le canton», affirme-t-elle. Combinant le goût de l’écriture et son sentiment d’appartenance à sa commune, elle va à la rencontre des Bernésiens dans leurs rues, leurs associations et clubs sportifs.

12 commentaires

  1. Ces travaux montrent toutes l’ironies de la politique verte actuelle.
    Ces travaux sont fait pour supprimer l’endiguement d’une rivière. Pour cela on endigue le mobilité efficace…
    Comme l’on montré les rivières. quand on bloque l’écoulement naturel sans prévoir d’autre cheminement, cela provoque des énormes problèmes d’écoulement et de fluidité.
    Et pourtant on répète la même erreur avec la mobilité, avec comme seule perspective le rétrécissement des axes, la fermeture des routes sans avoir prévu d’autres axes en remplacement.
    L’effet sera le même, dans quelques années. il faudra bien se résoudre à reconstruire un réseau routier efficace.

    Répondre
    • Vous avez parfaitement raison dans votre raisonnement. Aujourd’hui, on entrave la circulation avec de nombreux « gadgets » (chicanes, gendarmes couchés, feux au rouge juste pour faire plaisir aux verts, marquages au sol fantaisistes). J’espère pouvoir vivre encore assez longtemps pour voir la démolition de ces « endiguements » stupides. Un jour viendra où les riverains eux-mêmes comprendront qu’une circulation routière fluide diminue la pollution. La sécurité viendra simplement avec la discipline de tous les usagers. Un radar fait moins de bruit pour les riverains qu’un gendarme couché. Et, en plus, il rapporte à l’Etat.

      Répondre
      • …eh oui, les 5300 voitures du chemin de Mourlaz ne se sont pas envolées, et cet axe permettait en combinaison avec l’autoroute de rejoindre rapidement le centre ville ou d’autres communes de la rive gauche avec un minimun de nuisances pour des riverains, maintenant ce sont des milliers de riverains à Lully/ Bernex, Grand-Lancy et Onex qui ramassent ce trafic supplémentaire alors qu’il suffirait de prolonger le pont de chemin de la Mourlaz et de la sécuriser, je pense que ce « biotope » à 150 m de l’autoroute et ces centaines d’arbres abattus dans le cadre de la « renaturation » supportera bien ça , avec une diminution des km parcours de 30 % et de 40 % de temps de trajet sur cet axe, donc une diminution de la pollution « globale » en conséquence . Je pense qu’il existe une politique « verte « intelligente, c’est trop facile de déposer les déchets ( = les voitures ) chez les voisins ( je fais partie…des déchets) Un habitant de Confignon qui travaille…

        Répondre
  2. Vendredi 23 novembre, pour aller de la route de Base au chemin sur le Beau, j’ai croisé 17 voitures venant dans l’autre sens sur une route où il est impossible de croiser sur plus de la moitié du parcours, qui est de plus inondée au niveau du pont des Marais dès qu’il pleut.

    – 3 voitures genevoises
    – 4 vaudoises
    – 2 valaisannes
    – 1 fribourgeoise
    – 7 françaises

    Aucun riverain.
    Si ça ce n’est pas du transit, il faut m’expliquer ce que la trafic de transit est.

    Lundi 27 novembre il y avait même des camions de Scrasa sur ce chemin et je n’ai pas vu la police municipale garée en face de l’école Steiner intervenir. Ils sont parti quand le trafic est devenu trop important.

    Répondre
    • Aujourd’hui l’immatriculation des véhicules n’a plus grand chose à voir avec les déplacements « locaux » des gens! Promenez-vous et observez-bien les véhicules dans le bassin genevois et vous aurez vite le tournis! Et puis il y a les véhicules d’entreprises pour lesquels la fantaisie est encore plus grande. Non l’immatriculation d’un véhicule n’est absolument pas un critère pour déterminer l’origine et le but d’un déplacement dans la zone « régionale » N’avez-vous pas remarqué les nombreuses voitures luxueuses stationnées dans la rue du Rhône avec des plaques suisses ZG, SZ, NW, OW, AI ou les bus aux couleurs des TPG avec des plaques françaises? Ou, sur l’autoroute des semi-remorques avec le tracteur en plaques slovènes et la remorque en plaques tessinoises?

      Répondre
  3. Il y a aussi des habitants de la plaine de l’Aire (comme moi) qui ont des centres d’intérêts à Confignon village.
    Depuis la fermeture des ponts de Mourlaz et de Praleta, il n’y a plus que le pont des Marais pour que je puisse amener ma fille à l’école de Confignon. Je dois utiliser ma voiture car il n’y a aucun transport public entre la route de Base et le village de Confignon. Il me faut donc bien passer par le chemin des Marais. Peut-être aurait-il été intelligent de construire le nouveau pont de Praleta avant de fermer celui de Mourlaz. Il faut accepter le développement lorsqu’il est voté par le peuple, et les Cherpines doivent se faire, même si initialement j’y étais opposé. Mes parents qui habitent plus au sud à Plan-les-Ouates subissent bien les désagréments de la construction du CEVA, et donc les riverains de Confignon doivent aussi accepter les voitures qui n’ont pas d’autre choix que passer par ces chemins. Dans 2 ans, tout devrait revenir à la normale.

    Répondre
    • Je suis une habitante du chemin de Mourlaz et je bénis la renaturation de l’Aire car même si beaucoup de véhicules ne respectent pas la signalisation « circulation interdite sauf ayant-droits », notre qualité de vie s’est grandement améliorée. Imaginez les nuisances sonores et la pollution amenées par 5’300 véhicules/jour qui circulaient avant le 3 octobre trop souvent à des vitesses totalement inadaptées sur un chemin sans trottroir alors qu’il y a des habitations.

      Malgré la fermeture de Mourlaz et de Praleta, je continue à faire certaines de mes courses à Confignon et je prends le vélo plus souvent qu’avant. Il y a une alternative c’est de prendre la route de Base et de passer par Lully plutôt que d’emprunter le pont des Marais (qui va lui aussi être fermé à la circulation car reconstruit). C’est un détour c’est vrai mais je le fais même si ca ne m’enchante pas. Je ne suis pas d’accord qu’un trafic de transit passe par des petits chemins, qui devrait n’être utilisés que par le trafic local. Le trafic de transit doit contourner les villages et non les traverser.

      Pauvre plaine de l’Aire déjà surchargée en 2012, que va-t-elle devenir avec les 20’000 véhicules supplémentaires qu’engendrera la construction des Cherpines ? Ne parlons pas des villages de Bernex, Confignon et Plan-les-Ouates et de leurs riverains. Et puis, réjouissons-nous il y aura encore Bernex-Nord et enfin toutes les constructions prévues par le Plan Directeur Cantonal 2030.

      Il y a pas assez d’anticipation au niveau de la gestion de la mobilité et un laissez-aller parfois qui est décourageant pour le citoyen. Car mobilité va de pair avec sécurité. L’Etat veut encourager les Transports Publics et la mobilité douce mais que fait-il pour protéger les cyclistes sur les pistes cyclables, toutes empruntées par les motards ? Les verbalisations sont bien rares. Les vélos déposés près des trams sont constamment volés même cadenassés (3 fois en même pas une année)…. Mais bon cela est un autre débat.

      Répondre

Répondre à Milpa Annuler

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription