Accueil | Thématique | Actu | Le curé Desclouds, colosse et héros de Thônex

Partager l'article

Actu | Périphérie | Société

Le curé Desclouds, colosse et héros de Thônex

Le curé Desclouds, colosse et héros de Thônex

Il y a cinquante ans mourait ce prêtre dont un quartier porte le nom. Rares sont ceux qui connaissent l’histoire de ce «gaillard» hors norme au service des agents secrets durant la guerre. 

Thônex, chemin du Curé-Desclouds. Immeubles modernes et béton. L’Autoroute blanche passe non loin, la frontière est à quelques encablures et la vue sur le Salève est imprenable. Mais au fait, c’est qui, le curé Desclouds? Le regard interloqué et le silence de deux jeunes du quartier en disent long. «Ça fait dix ans que j’habite ici et je ne me suis jamais posé la question», révèle l’un d’eux un brin gêné. Qu’il se rassure, rares sont ses voisins à le savoir.

En revanche, lorsque la même question est posée à ceux qui l’ont côtoyé, le verbe abonde, les qualificatifs se succèdent: colossal, truculent, héroïque, aventurier, coloré. D’autres invitent même leur interlocuteur à dîner à la maison à peine le nom de Gaston Desclouds est prononcé au téléphone. Et puis c’est avec une fierté non dissimulée que la Commune de Thônex s’apprête à placer une plaque commémorative pour celui qui a été le curé de sa paroisse durant quarante ans avant de s’éteindre il y a tout juste un demi-siècle.

Expert contrebandier

L’année 1942, c’est peut-être là qu’il faut commencer. Aux portes de Genève, la France est occupée par les Allemands. De ce côté-ci de la frontière, des groupes autonomes de défense se sont formés pour lutter contre le péril nazi. A Thônex, le maire nomme le curé Desclouds à la tête de ce groupe semi-clandestin tandis qu’en parallèle, les services de renseignements de l’armée suisse exploitent les connaissances du prêtre. Il faut dire que le Foron – rivière délimitant la frontière – n’a aucun secret pour l’homme d’Eglise, lui qui, outre son sacerdoce, s’adonnait à la contrebande depuis plusieurs années. L’importation illégale de beurre, de pipes de Saint-Claude ou de graines de petits oignons permettait d’organiser des activités en plein air pour les malades de l’Hôpital psychiatrique de Bel-Air.

Nom de code: Abraham

Ainsi, le curé Desclouds se mit à traverser régulièrement la frontière, direction Annemasse, occupée par des comités de surveillance allemands. Sous prétexte d’une bigote à communier, il organisait le passage en Suisse de résistants. Plusieurs centaines, selon diverses sources historiques. «Il ne les prenait pas par la main, mais il leur donnait toutes les informations nécessaires. Et la nuit, il allait distendre les barbelés», se souvient parfaitement Gilles, 89 ans. Lui aussi a saboté les barbelés, en qualité de jeune bras droit du curé Desclouds. Par modestie, il exige que l’on n’écrive pas son nom complet. Promesse tenue.

Enfin, des juifs ont également été sauvés à Thônex. Combien? «Difficile à dire», selon Gilles. Mais la certitude est que le curé Desclouds procurait tout le matériel nécessaire pour produire de faux certificats de baptême à ceux qui se réfugiaient en Suisse et permettait qu’on imite sa signature. «A l’époque, un antisémitisme larvé se propageait. Desclouds s’est très vite engagé à le combattre», explique Gilles. Pourquoi notre héros thônésien n’a-t-il pas reçu la médaille de «Juste parmi les nations» (ndlr: décoration qui honore ceux qui ont risqué leur vie pour venir en aide à des juifs persécutés)? «Vu les risques qu’il a pris, il aurait dû la recevoir», clame Gilles, qui liste par ailleurs des dizaines de prêtres ayant joué un rôle prépondérant le long de cette frontière durant la guerre.

Quoi qu’il en soit, des traces indélébiles du curé Desclouds figurent dans Le sacrifice du matin, mémoires du célèbre résistant Pierre de Bénouville. Il y parle d’un nommé Abraham, «gaillard de haute taille et fort en couleurs». Abraham était le nom de Gaston Desclouds lorsqu’il s’adonnait à ses activités clandestines.

Anecdotes et verbiage

Dans la mémoire des Thônésiens, des dizaines d’anecdotes se bousculent. Entre son passé d’haltérophile – il pesait 125 kilos – sa chienne Minka, dressée pour repérer les douaniers, et ses balades à bord de sa minuscule Amilcar. Son exubérance et son bagou légendaire ont laissé des traces et rappelaient sans cesse ses origines modestes. On raconte alors que tandis qu’un chantre de l’anticléricalisme qualifiait les curés de fils à papa bourgeois devant une foule rassemblée à Plainpalais, Gaston Desclouds se leva et brailla avec sa voix portante: «Ta gueule, ma mère est concierge aux Pâquis!»

 

 

 

 

 

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Luca Di Stefano
Passionné par l’info au coin de la rue, j'ai commencé à écrire dans ma commune de Vernier.
En parallèle, un site Internet consacré au foot des talus, des études et expériences dans le journalisme local ainsi que de longs voyages à vélo ont tracé mon parcours.

5 commentaires

  1. Grâce à lui, mon père et mon oncle nés en 1918 et 1923, ont vu la mer ……… et moi née en 1946 gardée en soit disant punition pour n’avoir pas appris son catéchisme nous devions manger de la soupe du pain sec et de l’eau le jeudi midi … mais non c’était un très bon repas, notre curé n’aimait pas manger seul et sa bonne et amie était bonne cuisinière. <j'ai encore beaucoup d'anecdotes ,,,, il était formidable RIP

    Répondre
  2. Content de connaitre l’histoire du nom de mon quartier !

    Répondre
  3. Ravie d’apprendre sur mon quartier. Article super intéressant. Merci beaucoup

    Répondre
  4. Merci M. Di Stefano pour votre article. Je n’ai pas souvenir du Curé Desclouds mais je sais qu’il m’a aspergé d’eau à mon baptême ainsi que mes deux soeurs!

    Répondre
  5. J’ai connu le Curé Desclouds, homme formidable et qui de plus a célébré mon mariage en 1955 !

    Répondre

Répondre à Millesoleils Annuler

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription