Chargement Événements

« Tous les Événements

  • Cet événement est passé

Fête de quartier au Café du Stade : convivialité et bonne humeur!

14 octobre | 23:27

Fête de quartier au Café du Stade : convivialité et bonne humeur!

Ambiance festive en ce vendredi 4 septembre au Café du Stade à la route de Veyrier, grâce à sa sémillante patronne, Cristina Marques. « J’ai été sollicitée par l’Association des habitants-e-s de Carouge-Est afin d’organiser une fête de bienvenue pour les premiers locataires des quatre nouveaux bâtiments construits sur le site des anciennes maisons Familia. Etant exploitante du café depuis deux ans et bien impliquée dans le quartier, j’ai accepté et décidé d’offrir un cocktail-apéro-grillades musical avec le soutien financier de la Commune de Carouge et de l’association Afrique Carouge, mais j’avoue que sans la participation de toute une équipe bénévole, des tourneurs de broche au DJ Mike, je n’aurais jamais réussi à organiser tout ça ! » précise-t-elle, épuisée mais heureuse du succès rencontré.

Cochons à la broche sur la route de Veyrier !

En effet, une foule impressionnante vient peu à peu faire la queue devant les grils où rôtissent sur la braise deux cochons de cinquante kilos (soigneusement choisis par Cristina !) et badigeonnés copieusement, à l’aide de branches de laurier, d’une savoureuse mixture : vin blanc, bière, whisky, huile d’olive, piment, etc… sans oublier une tombée de porto qui apporte la note portugaise à cette délicieuse recette !

Et les tables nappées et joliment arrangées sont bientôt animées par la population du quartier ainsi que des clients fidèles trouvant l’initiative fort sympathique.

« C’est exactement dans la lignée de ce que nous souhaitons pour cette zone en plein développement salue également Stéphanie Lammar, Maire de Carouge. Trois bâtiments supplémentaires verront le jour d’ici 2018, tous des logements HBM (habitations bon marché) et LUP (logements d’utilité publique), réalisés par la Fondation immobilière de droit public Emma Kammacher, propriétaire des terrains. Tous les futurs projets (zone de détente, jeux d’enfants, parking souterrain, jardins, piscine couverte prévue sur le site de la Fontenette) visent à valoriser le quartier et à en améliorer la qualité de vie ».

Du béton et de la lumière !

Et qu’en pensent les anciens occupants des Familia à qui la Fondation Kammacher a proposé d’être relogés ?

Françoise, bien qu’appréciant son nouveau logement plus spacieux, regrette quand même un peu l’ambiance chaleureuse qui caractérisait les petites maisons de trois étages: « On doit s’habituer aux ascenseurs, à un peu plus d’anonymat, à l’absence de balcons » souligne cette habitante qui a vécu seize ans aux Familia. Quant à Marlène, nouvelle arrivée, elle se dit ravie : « C’est lumineux, il y a une vaste entrée, de grandes fenêtres, et le béton, c’est très tendance, ça ressemble à un loft ! ».

Précisons en effet, que l’intérieur des appartements est constitué de béton apparent, ce qui oblige les résidents à quelques contraintes, comme par exemple à ne pas peindre ou percer les murs :  » En fait, nous n’aurions pas les moyens de tout refaire en cas de changements de locataires » répond Didier Prod’Hom, vice-président de la Fondation. « Et on trouve d’autres solutions en utilisant de la patafix par exemple» ajoute Marlène.

L’âme d’un ancien bistrot carougeois

Quant à Cristina, elle tient à garder le côté convivial et populaire « qui manque tellement maintenant à Carouge ! » du bistrot et souhaite développer également un concept resto-gril : « Je désire proposer des poulets et des travers de porc à l’emporter, des poissons grillés, une cuisine à l’ancienne avec des plats de saison et des produits frais. Tout est fait maison ici ! » s’exclame cette battante dont c’est le quatrième affaire en douze ans. « Des établissements qui ne marchaient pas ou étaient fermés mais que j’ai réussis à remonter » précise cette Portugaise débarquée à Genève à l’âge de 18 ans « sans un escudo en poche ». Se destinant à des études d’interprète, elle pensait rester seulement une année, histoire d’économiser pour payer ses études à l’Université de Lisbonne. Mais voilà, elle s’est plu à Genève, même si elle ne connaissait personne ! « Trois jour après mon arrivée, j’ai commencé tout de suite dans la restauration ayant déjà fait mes premières expériences à 15 ans dans un restaurant en bord de mer au Portugal et, depuis, je n’ai jamais arrêté ! C’était difficile bien sûr mais j’aime les gens, le contact, et de fil en aiguille, je me suis faite une bonne clientèle qui me suit depuis le début et je la remercie » conclut-elle émue. Réaliser des soirées telles que celle-ci, avec entraide et solidarité, c’est son vœu le plus cher !

« En plus d’avoir une intelligence du cœur, d’être travailleuse et généreuse, elle a l’esprit d’entreprise et le sens du relationnel » glisse un fidèle client, admiratif, tout en regardant les danseurs portugais évoluer sur une piste improvisée en cette soirée qui s’achève.

Car c’est aussi ça Cristina : elle sait nous transmettre le goût et la musique de son pays !

Prochaine soirée FADO : vendredi 18 septembre dès 19h30, gastronomie portugaise avec accords mets et vins. Café du Stade, 40 route de Veyrier, réservations : 022/301 18 11

Détails

Date :
14 octobre 2019
Heure :
23:27
Étiquettes Événément :
, , ,

Mot de passe oublié

Inscription