Accueil / Zones / Périphérie

Périphérie

Jelly Jelly : Elle met en valeur les groupes locaux

Très impliquée sur les scènes genevoises, cette australo-genevoise interviewe tous les groupes locaux… ou presque ! Si en journée, Jelly Jelly est employée de banque, durant son temps libre elle se consacre à la musique. Non pas comme musicienne mais comme chroniqueuse musicale. Elle reçoit surtout ces groupes talentueux mais sans visibilité dans les médias. L’idée n’a pas mis longtemps à germer pour créer son propre média. Ainsi est né On stage Music-Live. Toujours enthousiaste de faire partager sa passion, elle répond à mes questions. Comment est-ce que l’aventure de chroniqueuse a commencé ? C’était en 2014 pour Néo Music Live. Leur chroniqueur habituel leur avait fait faux bond et ils avaient besoin de quelqu’un de bilingue pour le Sierre Blues Festival. Il fallait à la fois couvrir le...

Une fin tout en couleur pour les immeubles Familia à Lancy

Si vous prenez régulièrement la route de Saint-Julien, vous les avez probablement remarquées l’été dernier. De grandes fresques étaient apparues sur les façades des barres d’immeubles Familia à la hauteur du Bachet de Pesay. Ces oeuvres étaient comme une salve d’honneur pour ces bâtiments voués à la démolition. Le projet mis sur pied par Michael Vauthey avait consisté à réunir le temps d’un weekend une soixantaine de graffeurs bénévoles et à leur mettre à disposition les près de 2000 mètres carrés de « pages blanches » que représentaient les façades. Un rêve pour les artistes de l’aérosol … et pour leurs admirateurs. La fête a été belle et durant les mois qui ont suivi, les barres d’immeubles sont devenues un but de promenade, une sorte d’exposition en plein air...

Île Bleue | installation vidéo par Ruth Baettig

Vernissage : jeudi 8 octobre, dès 18h30 Exposition : 8 octobre – 13 novembre 2020, lu-ve 9h-18h Durant l’hiver 2019-2020, l’artiste suisse Ruth Baettig avait carte blanche pour la production d’une œuvre participative sur le territoire de Plan-les-Ouates. Initialement prévue en mars 2020, l’inauguration d’Île Bleue, installation vidéo qui résulte de ce travail, a lieu le jeudi 8 octobre et sera visible jusqu’au 13 novembre dans la salle d’exposition de La julienne. Île Bleue est un espace « collectif et intime à la fois », où entrent en résonance les histoires rêvées d’habitants de la Commune. Dans ce projet dont le processus a évolué au fil des rencontres et des propositions, les participants ont dépeint leurs rêves, rêveries ou cauchemars face à la caméra de Ruth Baettig, ou les ont...

Une mine d’or pour les fous d’horlogerie

L’horlogerie est un monde de passionnés. Avec les collectionneurs de montres anciennes, sertisseurs, polisseurs ou horlogers spécialisés, on sent toujours le cœur parler. «Dans l’horlogerie, il y a deux aspects: l’assemblage de pièces pour fabriquer une montre ou bien on part de la page blanche et on réalise tout.» À entendre Sébastien Monney, on sent rapidement que ce formateur et horloger est tombé dedans il y a bien longtemps: «Un jour alors que j’étais élève à l’école d’horlogerie du Petit-Lancy, un horloger indépendant qui faisait des remplacements m’a fait voir sa montre. Il m’a dit qu’il l’avait fabriquée lui-même de A à Z. Alors, je me suis dit que moi aussi, un jour, je réaliserais ma montre, comme ce Monsieur.» On ignore si à ce jour c’est chose faite, mais aujourd’hui, Sébastien...

Portes ouvertes de la Bulle d’Air

Vous avez la merveilleuse envie d’initier votre jeune enfant à la musique ? Vous aimeriez savoir comment se déroule un cours ? Venez le découvrir le samedi 5 septembre 2020. Au Grand-Saconnex et à Carouge. De 9h30 à midi, démonstration d’ateliers d’éveil à la musique pour les enfants de tous les âges. (toutes les mesures Covid seront prises) Consultez le programme détaillé sur notre site labulledair.ch Entrée gratuite sans réservation.

Histoire régionale : Parution du livre Les Échos Saléviens n° 27

Depuis sa création en 1984, l’association La Salévienne, société d’histoire régionale a édité seule ou en coédition plus d’une soixantaine d’ouvrages : des biographies, monographies de villes et de villages, des atlas du pays historique de Genève, des témoignages…. Elle publie une revue annuelle de 100 à 200 pages qui se nomme « Les Échos Saléviens ». Le 27ème numéro vient de paraître en ce mois d’août 2020. Il regroupe les études inédites de l’historien Philippe Duret (1954-2017), concernant la région de la Haute-Savoie, Genève, le Vuache et l’un des ministres haut-savoyard des plus influents Fernand David. Au sommaire : – L’histoire du Rhône, de Genève à Seyssel Philippe Duret raconte le fleuve à travers les sièc...

Alexandra Briffaz, prof de yoga

Il y a quelques années, j’ai décidé de me bouger. La mairie m’a indiqué les possibilités qui existent à Perly, j’ai choisi le yoga, la séance du mardi à 16h15, une heure et quart de concentration, de postures et de moments de repos. J’en ressors détendue et sereine. C’est Alexandra Briffaz qui nous guide, de ses formules magiques en sanscrit. Nous sommes une dizaine de dames d’un âge certain. Mais les séances ont été interrompues mi-mars à cause du coronavirus. L’interview a lieu par téléphone. Alexandra, peux-tu me dire quelle est ta formation ? Au début, j’étais employée de commerce et travaillais à mi-temps tout en m’occupant de mes enfants. Lorsque nous avons déménagé à Sion, avec mon mari, j’ai entrepris une formation Bansuri (qui signifie la flûte de Krishna en sanscrit), de 600 heur...

Alvise Pinton, chef de la Chanson du Val de l’Aire, Perly

Je connaissais le chœur de Perly pour lui avoir écrit le livret d’une chanson composée par Bernard Schulé lors du concours l’Etoile d’or 1981. En 2001, lorsque j’ai pris ma retraite, j’ai appelé Alvise Pinton, son chef. Depuis, je fais partie des altos et me rends tous les jeudis soir aux répétitions. Nous sommes une septantaine de choristes, qui avons du plaisir à nous retrouver, et donnons deux concerts début juin. Nous présentons alternativement une messe et des chants sur un thème donné. Alvise Pinton était instituteur, il a enseigné dans plusieurs écoles, avant d’entrer en 2000 dans une des classes du château de Dardagny, ouvert en 1932 après 6 campagnes de rénovation, d’où il prit sa retraite en 2017. Il a même été homme au foyer pendant 4,5 ans. La musique est un de ses hobbys, il a...

Histoires de vins, histoires d’amitiés, ….

Si on connait le musicien, on connait moins l’homme de terroir…Philippe Carrupt a déjà vécu plusieurs vies en une. Si depuis peu il est devenu producteur de vins et des huiles d’olives Olvie, il n’en n’a pas toujours été ainsi. Menant de front une carrière de musicien (bassiste), il a surtout gagné sa vie comme directeur logistique dans des multinationales. Après un licenciement il y a deux ans, avec la sécheresse du marché du travail actuel, s’est posée la question de que faire à l’aube de la cinquantaine. Écoutons-le:« Il y a de nombreuses années, j’avais acheté dans le Gard des terrains agricoles comme plan de retraite, sur lesquels j’avais planté des oliviers à l’oliveraie existante. A ces terrains, jouxtait une vigne que j’avais aussi racheté. Lorsque j’ai perdu mon travail, j’ai tout...

Le Covid-19 brise la vie de la ville d’Onex

Onex est connue pour sa tranquillité mais avec l’instauration des mesures barrières, la ville de 17 mille habitants a presque perdu sa vie. Nous avons pris la température des parcs, aires de jeux, lieux de cultures etc..Le diagnostic est alarmant. Si vous écoutez le dernier single des Rolling Stones intitulé « Living In A Gohst Town » vous vous ferez certainement une meilleure image de ce qu’est devenu Onex depuis le 15 mars dernier. La chanson parle d’un endroit auparavant plein de vie et se retrouve sans vie. Malgré les premiers rayons de soleil de ce début de printemps, les rues sont désertes. Le parc des Evaux quant à lui, est presque totalement vide. D’habitude en cette période de l’année, les piqueniqueurs prennent d’assaut ce parc naturel, mais aujourd’hui, pas de barbecue, pas de b...

Des paniers de légumes à profusion

À Perly, Carouge et depuis peu au centre-ville, l’Union maraîchère genevoise vend ses légumes avec un succès certain, pandémie aidant En cette période un peu particulière, qui réclame rigueur et confinement, chaque sortie de chez soi requiert une pesée des intérêts. Le virus rôde, et avec lui le risque de tomber malade. Mais il faut se soigner, il faut se nourrir, aussi. Et si possible à bons prix. Les frontières étant closes, certains Genevois se retrouvent ainsi contraints à se fournir en nourriture sur le sol genevois. La campagne genevoise l’a bien compris, ouvrant à tour de bras des lieux de vente directe ou les réorganisant en prenant soin des directives fédérales en matière de santé. Depuis quinze ans, à Carouge et cinq à Perly, l’Union maraîchère genevoise (UMG) a ouvert deux...

Mot de passe oublié

Inscription