Accueil / Zones / Centre

Centre

Jelly Jelly : Elle met en valeur les groupes locaux

Très impliquée sur les scènes genevoises, cette australo-genevoise interviewe tous les groupes locaux… ou presque ! Si en journée, Jelly Jelly est employée de banque, durant son temps libre elle se consacre à la musique. Non pas comme musicienne mais comme chroniqueuse musicale. Elle reçoit surtout ces groupes talentueux mais sans visibilité dans les médias. L’idée n’a pas mis longtemps à germer pour créer son propre média. Ainsi est né On stage Music-Live. Toujours enthousiaste de faire partager sa passion, elle répond à mes questions. Comment est-ce que l’aventure de chroniqueuse a commencé ? C’était en 2014 pour Néo Music Live. Leur chroniqueur habituel leur avait fait faux bond et ils avaient besoin de quelqu’un de bilingue pour le Sierre Blues Festival. Il fallait à la fois couvrir le...

So Swiss, so Good Heidi

Qu’est-ce que Frankenstein, le prix Nobel et les records de Guinness ont-ils en commun ? Simplement, Genève ! Quand il commence il y a 12 ans, les rayons des librairies suisses ne comptent que très peu d’ouvrages à la croix blanche. Aujourd’hui, la maison d’édition Good Heidi Production est l’invité de renom pour présenter les icônes helvétiques d’une façon amusante et colorée. Derrière la recette du Cenovis, la biographie de Maurice Béjart, l’histoire d’Art Basel et plein d’anecdotes sur les marques suisses, se cache un parisien d’origine corse, Xavier Casile. Genevois d’adoption, il décide d’arrêter sa carrière dans les agences de publicité et se lance dans la publication d’un premier livre en 2008, So Sweet Zerland. 47 ouvrages plus tard, dont 6 cette année, il continue de parcourir la ...

Un bain de la Mer Morte en ville de Genève

La plupart d’entre nous apprécient de se baigner en milieu marin. Certes.. mais notre bien aimé Léman a beaucoup de qualité mais le défaut d’un lac alpin… d’eau douce. Depuis cet été les choses changent non pas que le Léman soit devenu salin mais deux centres de flottaison ont ouvert leurs portes dans la Cité de Calvin. Deux centres, deux quartiers, deux ambiances. Quand on parle de flottaison… qu’est-ce-que c’est ? Ce sont des bains d’eau de mer au sel d’Epsom. On pourrait presque dire un bain de la mer morte. Namaka fut le premier centre à ouvrir. Situé dans les anciens locaux de la banque HSBC il est à la fois au cœur des Pâquis et dans une rue au calme. Antoine Mathys, directeur du centre a répond à quelques questions. Quand on passe devant votre vitrine on s’attend à un institut de be...

Comment allons-nous vivre Noël 2020 et Nouvel An dans ce contexte de pandémie ?

Nous voici en novembre et pour la majorité d’entre nous, il n’y a pas de quoi se réjouir des fêtes qui approchent. Les activités diverses partagées sont remises à plus tard… mais à quand ? Avant d’aborder un article un peu pessimiste, une note plus positive toutefois avec une balade dans les rues de Carouge : certaines sont déjà parées des illuminations de Noël. Une initiative bien sympathique des autorités de la Cité Sarde. En effet, l’installation des lumières a été avancée d’un mois, pour apporter un peu de magie et de chaleur à cette fin d’automne plutôt tristounette. Il est vrai que la plupart des manifestations et réjouissances publiques et de fin d’année sont annulées en raison de l’évolution inquiétante de la pandémie : pas de Marché de Noël à Ca...

Le Skateboard électrique ne fait pas toujours l’unanimité

Les modes de transport électriques ont la vie dure. Entre le Segway et la trottinette, la planche à roulettes, le vélo électrique ou le hoverboard, les règles d’homologation et d’utilisation varient du tout au tout. Le trottoir est de toute façon interdit, mais parfois, les pistes cyclables ou la voie publique sont autorisés. C’est le cas pour les trottinettes, vélos ou Segway. Tous les autres moyens de transport de type électrique sont bannis d’un usage public, du moins à Genève. Seul l’usage en terrain privé leur est autorisé. Voilà ce que dit la loi. Dans les faits, depuis un certain temps, il n’est pas rare de croiser sur le bitume genevois certains engins électriques ne possédant pas de freins mécaniques, condition sine qua non pour obtenir une homologation. Les forces de l’ordre adop...

Pierre, l’homme qui chante avec les oiseaux

Pierre, l’homme qui chante avec les oiseaux La Cité Vieusseux a toujours hébergé des personnalités connues, des cyclistes, des footballeurs, des magistrats par exemple. Ne voulant oublier personne, je n’en mentionnerai aucun. Des originaux aussi ont marqué l’histoire de ce quartier populaire, très nombreux mais qui resteront eux aussi anonymes. Pourtant, aujourd’hui, je voudrais parler de l’un d’entre eux qui mériterait d’être connu. Un autodidacte, un homme tombé dans la potion magique de la musique un peu comme par miracle pour se trouver une raison d’être. Pierre Aeschlimann, puisque c’est de lui dont il est question, est tombé dans la « guitaremania » à l’âge de douze ans. Il s’agissait d’une ...

« Mission Roosevelt » à la Jonction

Durant la Fête du théâtre, le quartier de la Jonction a été plusieurs fois envahi par une horde de fauteuils roulants, sous la haute direction d’une femme autoritaire, Madame Roosevelt, tout de rouge vêtue et au regard caché par des lunettes noires cerclées de rouge, secondée par son acolyte, Monsieur Roosevelt. Cette action est à la fois un jeu théâtral et une sensibilisation au handicap moteur, nommée « Mission Roosevelt » en hommage au démocrate Franklin Roosevelt, élu quatre fois président des Etats-Unis malgré une grave paralysie, modèle de courage et d’optimisme. Elle a été lancée par la troupe américano-franco-italienne « Tony Clifton Circus » en 2012 et jouée par Diane Bonnot et Iacopo Fulgi et leurs assistants techniques en Italie, en France, au Liban, en Egypte et même en Corée. ...

Nouvelle piste cyclable route de Veyrier: danger!

Depuis la terrasse du Café du Stade à Carouge, en quelques minutes nous avons assisté à plusieurs quasi-collisions entre des voitures et des cyclistes : ce ne sont malheureusement pas les premières fois, ni certainement les dernières… En effet, pour les véhicules qui arrivent de la Fontenette sur la route de Veyrier en direction du Bureau des Autos et qui doivent obliquer à droite pour emprunter la rue Daniel-Gevril, ils doivent « couper » la nouvelle piste cyclable, puis franchir également un passage piéton. Si ce dernier se trouve plus loin et ne pose pas de problème, c’est la piste cyclable au premier plan qui représente un danger à cause d’une mauvaise visibilité pour les conducteurs. En effet, comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessus, ...

Regards croisés sur la fête du théâtre

Le grand raout du théâtre genevois aura lieu du vendredi 9 au dimanche 11 octobre malgré la crise sanitaire Trois jours de folie attendent les Genevois en octobre. Du vendredi 9 au dimanche 11 aura lieu la Fête du théâtre. Un événement reconduit pour la huitième année, déjà. Signe d’un succès toujours grandissant auprès d’un public Genevois, très au fait de la chose théâtrale grand amateur de scène et de sorties culturelles. Répondant aux diverses fêtes de la musique ou du cinéma, l’événement a vu le jour en 2012, initié par deux figures dans le domaine: Margarita Gingins et Imanol Atorrasagasti. “Étonnamment, il n’y avait pas de fête du théâtre à Genève, dit la première, codirectrice. En 2012, on s’est dit que c’était le moment. À l’origine, nous avons misé sur l’importance de la découver...

Port du masque anti-Covid : tout et n’importe quoi !

On ne le répétera jamais assez : porter un masque dans l’espace public permet surtout de protéger les autres. Une personne infectée peut être contagieuse sans le savoir jusqu’à deux jours avant l’apparition des symptômes. Ainsi, si tout le monde porte un masque dans un espace étroit, chacun est protégé des autres. Les masques ne garantissent pas une protection à 100 %, mais ils permettent de ralentir la propagation du nouveau coronavirus. Mais ces derniers temps, dans les magasins ou les transports publics (où l’on se « démasque » fréquemment pour manger ou boire…), on observe un grand n’importe quoi : d’aucuns se promènent en ville le masque sous le nez ou sous le menton. D’autres le touchent constamment sans se laver ou se désinfecter les mains. Pour les masques chirurgicaux, le côté col...

La paroisse de Saint Pie X vient au secours de la chorale de mon quartier

Privés de concerts et de répétitions depuis le mois de mars, les chanteurs de nos chorales se languissent de retrouver leur activité. En fonction de sa nature, un chanteur longtemps confiné devient soliste ou muet… Avec l’arrivée du Covid 19, le printemps a changé notre vie, avec du bon et du moins bon. Pour le meilleur, il nous a permis d’entendre comme rarement, ou comme jadis, la voix des oiseaux, il a fait taire pour un temps les vrombissements des moteurs et cloué les avions au sol, ce qui fut apprécié des uns et maudit des autres. Pour le pire, il a rempli les hôpitaux, vidé quelques EMS, fermé nombre d’entreprises et cloué le bec des choristes ! Plus de répétitions, plus de concerts, plus de fête de la musique. Chanter sous un masque est moins stimulant que danser ...

Interview Sophie Bedoian, directrice des Pompes Funèbres Générales à Genève.

On les surnomme souvent « croque-mort » mais à notre époque ils sont devenus des agents funéraires. Ce sont des hommes et des femmes qui se dévouent pour gérer et adoucir le processus de deuil des familles car un enterrement réussi équivaut à des adieux réussis. Interview avec Madame Sophie Bedoian, directrice des Pompes Funèbres Générales à Genève. Pourquoi avez-vous choisi de travailler dans ce secteur ? C’est une histoire de famille. Mon père est entré dans la société en tant qu’assistant funéraire en 1987 et il est maintenant Directeur Général. Depuis toute petite, j’ai toujours connu les Pompes Funèbres Générales et l’agence de Carouge. Ma mère l’a rejoint en 2001 comme Directrice Administrative. Pour ma part, je me suis lancée dans cette activité en 2006, après mes études en hôteller...

Mot de passe oublié

Inscription