Accueil / Thématique / Société

Société

La saison des Marchés de Pâques

Alors que les étals des grands magasins et les confiseurs proposent depuis plusieurs semaines leurs traditionnelles gourmandises chocolatées sous forme de lapins, poussins, agnelets ou autres canards, un vaste choix d’œufs et de pralinés s’offre également à la vue des clients qui s’affairent à leurs emplettes. Difficile de ne pas craquer, alors que les bonnes résolutions prises en début d’année sont encore en vigueur… Au-delà de l’aspect purement commercial, et contrairement aux traditionnels Marchés de Noël qui représentent une coutume bien implantée, les expositions-ventes artisanales de Pâques semblent pourtant un peu moins prisées, ou alors se montrent plus discrètes que lors de la grande ferveur des achats de cadeaux à glisser sous le sapin. Toutefois, la...

L’éternel printemps de l’Age d’Or

Qui ne connaît pas – selon le slogan créé pour son cinquantième anniversaire – « la plus petite pizza et fière de l’être » ? Véritable institution et l’une des dernières authentiques enseignes de la cité, « l’Age d’Or » recèle, dans ses tentures rouges-néobaroques, bien des confidences depuis 1961… Retour en anecdotes sur la fabuleuse histoire de la première pizzeria genevoise en compagnie de l’actuel gérant, Thomas Affolter et de son associé Jean-Marc Brachard – ce dernier, sentimentalement lié au destin du restaurant depuis fort longtemps. « C’est l’histoire de deux copains – commence Jean-Marc Brachard – celle d’Antoine Niklès dit Tony, fabriquant de montres à Genève et d’Henry Perey – surnommé Dady (avec un seul d!), architecte d’intérieur, décorateur et antiqua...

Genève, une ville « ouverte »

Je ne parle pas ici de la Genève ouverte sur les activités artistiques, celle qui soutient régulièrement les institutions et les acteurs culturels, ni de la ville internationale et son ouverture sur le monde entier, qui accueille et offre un havre de paix, voire un refuge doré pour des personnalités en exil… En 2016, Genève a en effet été classée 8e ville la plus agréable à vivre (stabilité, sécurité, éducation, services de santé, infrastructures, etc.). Effectivement, Genève, capitale de la paix, dispose d’un environnement naturellement paisible, propice à la détente : entre la beauté du lac Léman, l’allégresse des parcs fleuris, le charme de la vieille ville, et l’aspect humanitaire appuyé par les nombreuses ONG, Genève nous submerge en effet d’une certaine sérénité. Pourtant mes propos ...

CONFLUENCES ….sur les chemins de Jerusalem

ITER HIEROSOLYMITANUM JUIFS ET TROUVÈRES Ensemble Lucidarium Ensemble Alla Francesca 14 avril 2019 à 17h 12 mai 2019 à 17h Deux concerts pour raconter et expérimenter le processus de rencontre entre deux cultures que tout, à la fois, sépare et rapproche. Il y eut en effet beaucoup de va et vient entre les musiques juives et chrétiennes, des emprunts mutuels de mélodies, une influence réciproque qui s’est faite par imprégnation au cours de l’Histoire. On retrouvait ainsi dans les synagogues des mélodies populaires, chantées en hébreu mais inspirées du monde séculaire chrétien, comme des mélodies de trouvères, et dans les églises chrétiennes des chants intimement liés à la vie quotidienne juive : cérémonies de naissance, circoncision, mariage etc… Encore aujourd’hui des mél...

L’après Fêtes…

Les festivités de Noël et Nouvel An sont maintenant derrière nous, il faut s’apprêter à aborder une nouvelle année l’âme sereine. La belle vaisselle et les services en argent utilisés lors des différents réveillons sont maintenant rangés, le sapin de Noël a peut-être encore rayonné dans le salon jusqu’à l’Epiphanie ou au-delà (s’il est synthétique), les vacances sont terminées pour la plupart d’entre nous et nos chères têtes blondes ont regagné les bancs d’école, avec probablement un peu de déception car la neige n’était pas partout au rendez-vous. Pour certains d’entre nous, les bonnes résolutions s’accumulent avec notamment un désir de retour à l’équilibre, question alimentaire je veux dire : pour éviter de craquer sur les...

Les deux statues monumentales du parc de l’Hôpital Beau-Séjour ont disparu !

Nous l’avions déjà fait remarquer l’an passé alors qu’elles étaient « à l’agonie », photos à l’appui, les deux statues réalisées sur des troncs de vieux marronniers encore enracinés dans le parc de l’hôpital Beau-Séjour, ont finalement « trépassé » plus vite que prévu, faute de soins appropriés. Elles sont probablement tombées sous la tronçonneuse des jardiniers des HUG ces jours derniers, de crainte qu’elles ne s’effondrent sur des patients ou des visites… En effet, vous l’aviez peut-être lu dans la presse à l’époque ou suivi les diverses étapes de ces réalisations : le dieu « Neptune » haut de cinq mètres, entouré de divers symboles marins, avait été inaugur...

Bienvenue au magnifique Marché de Noël du Parc des Bastions !

Nous l’avions déjà appris par les médias en juin dernier, alors qu’il était toutefois encore au stade d’appel à projet, Genève profite enfin d’un authentique Marché de Noël dès cet hiver : ce dernier ayant été autorisé par les édiles compétents de la Ville à installer ses quartiers au cœur de la cité, dans un lieu bien plus approprié que les années précédentes, au parc des Bastions. Une formule qui risque bien d’être renouvelée pour plusieurs années. On peut donc féliciter le Conseil Administratif pour cette intelligente initiative, compliments sincères et mérités, qui sont bons à prendre actuellement en regard des différentes « affaires » qui ont ébranlé la République ces derniers mois… On oubliera donc les diverses éditions où il fallai...

Confignon, label cité de l’énergie Gold

La petite commune de Confignon vient de décrocher une distinction majeure en matière de politique énergétique. Le label Cité de l’énergie Gold vient de lui être décerné. En charge du Développement durable, le conseiller administratif Dinh Manh Uong l’a reçu le 22 octobre 2018 à Zurich. Confignon a ainsi obtenu le résultat de 80,3% à l’audit et reçoit ainsi, pour la deuxième fois, le label européen Cité de l’énergie Gold, un programme européen de certification des municipalités s’engageant à réduire leur consommation énergétique et à prendre des mesures respectueuses de l’environnement. Mais comment cette petite commune genevoise de 5000 habitants, répartis sur 2,8 km2, a-t-elle bien pu figurer parmi les 61 localités européennes, dont 20 suisses et trois genevoises, à obtenir une certificat...

Mais où sont donc passés les arbres ?

Lorsqu’on se balade en ville, on se rend compte qu’à de nombreux endroits il « manque » des arbres, parfois déjà depuis 5-6 ans ou plus : sans doute sont-ils tombés sous les tronçonneuses des jardiniers employés au Service des Espaces Verts ? Mais pourquoi ne les remplace-t-on pas ? On sait que les genevois entretiennent une relation particulière avec « leurs » arbres. L’origine de cet attachement viscéral prend racine au début du XIXe siècle, grâce au génie des botanistes de Candolle, Boissier ou de Saussure qui importent à Genève des essences exotiques et créent des collections inestimables. Ces scientifiques de renommée mondiale vont saisir la curiosité des Genevois : cette émulation contamine même les riches familles genevoises qu...

Les fleurs du parc de l’Hôpital Beau-Séjour

Que de chance et de plaisir pour les patients et le personnel hospitalier d’avoir à disposition sous leurs fenêtres un parc agréable, verdoyant et fleuri au fil des saisons, ombragé l’été, avec ses allées de marronniers, dont certains ont plus de deux cents ans. Bien que l’on s’approche davantage des couleurs automnales, cette rubrique rétrospective propose un petit retour en arrière, depuis le début du printemps jusqu’à la fin de l’été. Les fleurs et les arbres ont toujours fait partie intégrante du domaine de Beau-Séjour et ce depuis la fin du XVIIe siècle. A l’époque certaines plantes étaient très onéreuses et pouvaient même avoir un coût aussi important que la valeur de la maison elle-même ; cultivées bien entendu pour le prestige et l’em...

«Superpapa», la série YouTube superdéjantée

Un nouvel OVNI fait ses premiers pas sur le Web: Thomas Queille et sa série «Superpapa» sont à découvrir chaque mercredi sur YouTube. Explications Il y a un peu plus d’un an, Thomas Queille, un papa de 33 ans, et sa femme accueillaient un deuxième enfant dans le cocon familial. Giulian de son prénom. Un dur à cuire qui, pendant quatre mois au moins, n’a pas ménagé les nuits de ses parents: pleurs à répétition, changements de couches inattendus, biberon de rigueur à 3 heures du matin. Un bébé adorable, mais épuisant. Une situation somme toute normale que de nombreux parents, pour ne pas dire la plupart, supportent avec amour et philosophie. Pas Thomas Queille. Monteur de métier dans le monde de l’audiovisuel, ce Jusserand a décidé de rire de la situation. Il s’est ainsi lancé dans un projet...

Délices de Nice aux Acacias

Pissaladière, panisse, barigoule, salicorne, mesclun… Autant de mots qui chantent à l’oreille, telles les cigales, invitant nos papilles alléchées à la riche variété culinaire du terroir niçois dont deux cents recettes originales sont actuellement proposées au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO par un groupe passionné de cuisiniers et d’historiens de Nice. Et c’est aux portes de Carouge – petit clin d’œil au passé puisque les deux cités sont liées par leur appartenance historique au Royaume de Sardaigne – que se niche le seul vrai bistrot niçois à la belle déco rétro authentique que surplombe cette magnifique affiche « Quel délice les pâtes de Nice ! » – recensée unique en son genre – ainsi que ce précieux présentoir en bois de tous ces journaux aujourd’hui dispar...

Mot de passe oublié

Inscription