Accueil / Thématique

Thématique

A la découverte de Genève en segway

Sillonner la ville debout sur une plateforme roulante ? En voilà un moyen original et ludique de (re)découvrir Genève. Venu tout droit des Etats-Unis, le segway a fait son apparition chez nous il y a quelques mois. Petit test dans les rues de la cité de Calvin. Habituel peut-être dans la vie quotidienne Outre-Atlantique, ce type de transport ne finit pas d’en étonner plus d’un dans les rues du bout du Léman. Et c’est bien peu dire. Car, au fil des balades, curieux ou boudeurs ne tarissent pas de commentaires. Surprise ou consternation s’affichent sur les visages des passants : quel meilleur moyen que celui-ci, en effet, pour être au cœur de l’ambiance ? Une courte formation et c’est parti! Chez City Wheels (le centre de location au Centre commercial Les Cygnes), une balade à bord de ...

La nuit, le pont Hans Wilsdorf se transforme en pont Rolex

Le pont Hans Wilsdorf, trait d’union entre le quartier de la Jonction et le futur quartier Praille-Acacias-Vernets (PAV) ne cesse de faire parler de lui. Illuminations colorées, structure en «nid d’oiseau», crainte d’une augmentation du trafic à la rue de l’Ecole de Médecine, tout y est passé. Le pont roi Mais la liste s’allonge: une enseigne publicitaire a récemment été installée sur un des bâtiments administratif Rolex, à la rue François Dussaud, à 200 m du pont. Hasard de la perspective ou placement judicieux, elle se trouve exactement dans l’axe du nouveau pont. Vu depuis la plaine de Plainpalais, l’étendard horloger se situe donc juste au dessus de la nouvelle structure. Comme si le pont Hans-Wilsdorf était affublé de la célèbre couronne de la marqu...

Des fossiles intriguent sur la plaine de Plainpalais

Il y a de tout sur la plaine de Plainpalais. Même des fossiles qui apparaissent à la surface des dunes de l’aire de jeu réservée aux enfants. Si ces traces géologiques laissent croire à une existence millénaire de ce béton, elle sont en réalité l’œuvre de l’artiste genevoise Carmen Perrin qui a imaginé ces aménagements intitulée "Ils ont passé". Les archéologues en herbe reconnaitront un crocodile, un dauphin, des hippocampes et escargots géants ainsi que des traces de pas d’animaux du cirque. "Cette œuvre insiste sur la notion de trace dans un paysage minéral. J’ai voulu mettre en relation les différentes époques et les empruntes de la nature." Concrètement, l’artiste a commandé sur Internet des répliques de fossiles afin de créer des moules et d&rsqu...

Thibault pêche une truite de 6 kilos

  Dimanche 30 septembre, à l’aube, Thibault Casanova enfourche son vélo sous la pluie. Cette météo décourageante est pour lui, jeune adepte de la pêche sportive, un vrai bonheur. Il emporte son cadre, sa canne et ses appâts naturels. Le collégien habite Peissy, l’Allondon est sa rivière de cœur, mais ce jour-là il choisit un affluent lémanique à fort débit pour parfaire sa technique «à la dandine». A 11 h, Thibault repère sa proie, «un gros poisson calé sur la berge en face», soit une truite fario lacustre, entrée dans son jeûne préparatoire annonçant la période de reproduction. Elle est amorphe et ne demande rien à personne. Tout l’art consiste donc à la réveiller de sa torpeur hormonale. «Un poisson qui ne se nourrit plus, faut y aller pour réussir à lui enfiler l’hameçon dans la bo...

L’avion qui se décompose sur le tarmac de Cointrin

Pièce par pièce, jour après jour et depuis plusieurs semaines, l’appareil se désagrège dans un coin du parking de l’aéroport de Genève. Une bâche en plastique a remplacé la porte. Son fuselage tient sur des blocs de béton empilés les uns sur les autres. Quant à la queue de l’avion, elle a carrément disparu, laissant jaillir des câbles désordonnés. Au beau milieu des jets privés, la dépouille transmet un sentiment d’abandon. Bertrand Stämpfli, le porte-parole de l’aéroport de Genève, nous éclaire : «L’appareil a atteint son nombre maximum d’heures de vol avant d’atterrir à Cointrin. Puis, ce Falcon 50 de Dassault a été vendu à une société spécialisée dans le recyclage et la recertification de pièces aéronautiques. Il s’agit d’une vraie industrie». Si le porte-parole indique que c’est la soc...

Actu | Lac

Un 240 tonnes est passé sur Genève

Un camion-remorque de 64 mètres de long a transporté de Bâle à Genève un autotransformateur de 240 tonnes commandé par les Services industriels de Genève. L’appareil de 12 mètres sur 6 est arrivé à bon port le 2 octobre dernier, au matin. Il est passé entre Versoix frontière et la route de l’Usine-de-Verbois. L’autotransformateur 220/132 kV est le deuxième à Genève. Un premier avait été livré en avril 2011, au poste de haute tension de Verbois. Les deux appareils remplacent d’anciennes installations et permettent de renforcer la sécurité du réseau électrique genevois. Le trajet entre Bâle et Genève s’est déroulé sur plusieurs jours. Le convoi exceptionnel a roulé principalement de nuit pour éviter au maximum de perturber le trafic.

Mot de passe oublié

Inscription