Accueil | Quartiers | Centre | Se baigner aux Pâquis en décembre? A l’eau quoi!

Partager l'article

Centre | Loisirs | Sport

Se baigner aux Pâquis en décembre? A l’eau quoi!

Se baigner aux Pâquis en décembre? A l’eau quoi!

On ne voit plus de foules de baigneurs se battre pour des mètres carrés sur des planches et des rochers, mais la queue à la buvette ne devient pas moins longue et les rigolades ne diminuent pas. La vie aux Bains des Pâquis ne s’arrête jamais, en hiver comme en été. Par ce temps, tout se passe à l’abri du froid. La buvette bien chauffée par des anciens poêles de fonte est comble. Des familles avec des enfants, des musiciens, des groupes d’amis viennent ici pour passer leur dimanche à la plage malgré le temps hivernal. Il y a parmi eux des motivés qui ne sont pas venus seulement manger une soupe, mais aussi pour se baigner dans l’eau à 6 degrés.

Le sport a son public

«Sébastien, c’est pour toi!», crie un papa à son fils en se jetant dans le lac, accompagné par les applaudissements d’un public bien emmitouflé. Une cinquantaine de gens viennent chaque semaine aux Bains des Pâquis pour s’entraîner à la nage d’hiver. Le trajet traditionnel est un tour du phare à condition que les vagues soient assez calmes. Dans le cas contraire, pour éviter le danger la plupart de nageurs longe la jetée du côté ouest, jusqu’au bassin du sauna. Règle de base: ne pas nager tout seul.

Bérénice Schramm, doctorante en droit international de 29 ans et ces amis se donnent rendez-vous tous les dimanches. Ils descendent dans l’eau en hurlant et se font photographier par des touristes choqués. Pour rester en bonne forme, ils suivent une autre règle: le temps maximal qu’on peut passer dans l’eau ne doit pas dépasser sa température. «Une fois j’ai nagé 5-6 minutes dans l’eau qui était à 3 degrés », avoue Bérénice, «le lendemain j’avais une grippe plus forte que je n’avais jamais eue. Mais si tu respectes ton corps, normalement tu ne tombes jamais malade ».

«J’ai l’impression qu’on me serre les doigts dans l’étau»

Flavio Calvo, futur docteur en astrophysique âgé de 26 ans, pratique la nage d’hiver depuis qu’il est au collège. «Le froid, tu le sens pendant 2-3 minutes, explique-t-il. Après tu ne sens plus rien ». La vague de froid, ainsi que la fatigue, remonte plus tard. Le temps de se réchauffer change avec l’expérience. Pour les débutants il peut falloir 3-4 heures avant d’arrêter de trembler.

Bérénice elle n’a pas froid non plus, mais elle a mal. « J’ai toutes sortes de douleurs : je ressens des piqûres, des brûlures… En ce moment j’ai l’impression qu’on me serre les doigts dans l’étau ». Pourquoi souffrir ? Les nombreux spectateurs amassés aux Bains des Pâquis ne peuvent pas s’empêcher de se le demander. On en entend toutes les réponses possibles : ça réveille, ça stimule, ça protège des maladies, ça fait du bien, ça change les idées. Bérénice répond qu’elle sent tout son corps comme jamais dans une autre situation. «Je passe toutes mes journées devant l’ordinateur, alors maintenant je peux lâcher la tête et ressentir mon corps travailler. Il est fort, je lui fais confiance.»

L’occasion pour Bérénice, Flavio et encore mille courageux mettre leurs corps à l’épreuve se présentera le 15 décembre, à l’occasion la Coupe de Noël au Jardin Anglais. La compétition va être chaude, malgré le froid et la bise.

Partager l'article

J'écris un article

3 commentaires

  1. Givré un jour, givré toujours!

    Répondre
  2. Le comité d’organisation de la 75ème Coupe de Noël est prêt pour recevoir les 1’000 givrés.
    Dimanche 15.12.13. 1er départ à 8h55. 60 séries chaque 5 minutes.
    Retrouvez le programme sur http://www.coupedenoel.ch
    Aujourd’hui l’eau de la Rade pointe sous 7°, c’est (très) froid.
    Que la fête soit belle.
    Venez-nombreux les encourager à la promenade du Jardin Anglais, ils le méritent!
    Aplouf

    Répondre
  3. J’adore…
     » ressentir tout mon corps »

    On la vit pleinement cette coupe de noël

    On ne se débarrasse jamais vraiment de l’appréhension de rentrer dans l’eau froide et pourtant on y va quand même, pour sentir son corps vibré et du plaisir d’avoir nagé dans des conditions extraordinaires pour nous qui ne sommes qu’ordinaire.

    A plouf

    Répondre

Répondre à Simon Lecoultre Annuler

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription