Accueil | Slider actualités | Brachard souffle ses 180 bougies et rend hommage aux femmes de sa papeterie

Partager l'article

Actu | Centre

Brachard souffle ses 180 bougies et rend hommage aux femmes de sa papeterie

Dans l'arcade, tout s’ordonne autour d’un immense lustre fabriqué spécialement à Murano d’après un dessin original d’Henry Perey© DR © DR © DR © DR Dans l'arcade, tout s’ordonne autour d’un immense lustre fabriqué spécialement à Murano d’après un dessin original d’Henry Perey © DR © DR © DR Jean-Marc Brachard.© DR © DR © DR © DR © DR
<
>
Dans l'arcade, tout s’ordonne autour d’un immense lustre fabriqué spécialement à Murano d’après un dessin original d’Henry Perey © DR © DR

Plusieurs événements ont ponctué l’anniversaire de cette vénérable institution genevoise qui a vu le jour en 1839, dans une ville encore bien à l’abri entre ses imposantes murailles. En effet, 180 plus tard, Jean-Marc Brachard et son neveu Pascal Vuarnier ont choisi de fêter ce jubilé à travers une série de manifestations plutôt discrètes mais toujours aussi prestigieuses. Et si toutes ont déjà eu lieu – présentation d’un stylo japonais nommé « Namiki », d’une plume de calligraphie Montblanc ou d’une magnifique exposition pour la deuxième fois de l’artiste amoureux des papiers anciens Alain Pittet, le clou de ces réjouissances s’est déroulé le 14 novembre grâce à une nouveauté Caran d’Ache – partenaire de la papeterie depuis une centaine d’année – autour de l’édition de son stylo « Timegraph ». « Un stylo de luxe qui allie l’instrument d’écriture et la montre avec un mouvement horloger mécanique miniaturisé. Un calibre à remontage manuel créé par « Le Temps Manufacture à Fleurier » précise Jean-Marc Brachard, l’heureux et créatif descendant de la cinquième génération de cette honorable maison de famille. « C’est vrai, nous pouvons nous targuer d’être le plus ancien commerce de la rue de la Corraterie où nous nous sommes installés en 1875. Le magasin a maintes fois déménagé depuis son origine à la Grand Rue, en passant par la rue du Rhône en 1910, puis à la rue de la Confédération avant de revenir ici en 1938. »

Honneur aux femmes le 14 juin
Tout commence par une histoire d’amour raconte Jean-Marc Brachard. « Mon ancêtre parisien, Nicolas, de passage à Genève, tombe amoureux d’une jeune femme, fille de papetier. Il reprend alors le magasin paternel existant à la Grand Rue et le nomme Brachard en 1839, afin de créer une papeterie de luxe « française et anglaise » qui s’occupait non seulement de reliures et d’encadrements mais dans laquelle on trouvait également des objets d’art et d’ornement ». Les années passent et le commerce traverse les bienfaits comme les aléas du développement économique de Genève. Puis arrive la crise de 1929 : « Mon grand-oncle meurt d’une maladie foudroyante. Sa femme reprend alors courageusement les affaires et dirige la maison d’une main de maître jusqu’à ce que mon père, qui avait été mobilisé pendant toute la guerre, revienne. Malheureusement, il décède à 63 ans et c’est ma maman qui prend le relais pendant quelques années. C’est donc par deux fois que le magasin a été sauvé par des femmes ! De plus, lorsque j’arrive dans la papeterie en 1969, je trouve une certaine Mademoiselle Marcelle, la précieuse collaboratrice de mon père qui l’avait soutenu et épaulé pendant les années difficiles. Ce fut notre fameuse première vendeuse, dont la carrière dura 55 ans, de l’apprentissage à la retraite ! Et, depuis, nos équipes sont en effet majoritairement féminines et considérées égales aux hommes au niveau salarial. Alors oui, lors de la grève des femmes du 14 juin dernier, nous avons décidé de fermer le magasin à 15h23, heure fatidique à laquelle elles ne sont plus payées par rapport à leurs collègues masculins, en souvenir de ces femmes qui ont œuvré à la pérennité de notre papeterie. »

Aménagement et anecdote
« En 1967, Charles Brachard transforme le magasin de fond en comble en créant un étage supplémentaire où il installe la maroquinerie. Cette activité est développée par sa femme, Denise Brachard. L’aménagement intérieur est conçu à l’italienne. Tout s’ordonne autour d’un immense lustre fabriqué spécialement à Murano d’après un dessin original d’Henry Perey. C’est le décorateur en vogue à Genève dans les années soixante ! On lui doit notamment la façade et l’agencement de l’Hôtel Richemond, la décoration du célèbre restaurant l’Age d’Or- la première pizzeria de Genève – ainsi que l’aménagement de nombreuses maisons privées », peut-on lire sur le site de la papeterie. Malheureusement, entre-temps, l’une des plumes de ce magnifique lustre s’est cassée ! Que faire alors s’interroge la famille ?
« Nous avons cherché sur les réseaux sociaux, contacté des fabricants de verre à Murano et puis le miracle est arrivé : un arrière- petit-fils de cette descendance a trouvé un dessin du modèle de Henri Perey qui confirmait le modèle originel du lustre. Et il est venu à Genève, tout ému, pour voir la réalisation de son arrière-grand-père… ».

Fin d’année festive à la Corraterie !
« Brachard » ouvre à nouveau en novembre et en décembre la Maison de thé japonaise « Aux Mille Pins » avec Emiko Okamoto. L’expérience de l’été dernier ayant été un succès, Emiko va organiser à nouveau des ateliers d’origami et vendre ses délicieux thé au premier étage du magasin. « De plus, ajoute Monsieur Brachard, notre talentueuse décoratrice Raphaèle Gygi a réalisé cette année nos vitrines de Noël en collaboration avec le Théâtre des marionnettes de Genève, qui fête ses 90 ans. Chaque vitrine évoquera un spectacle qui a marqué l’histoire de ce Théâtre fameux. ». A noter : le jeudi 5 décembre aura lieu la manifestation « Un Soir à la Corraterie » et tous les magasins seront ouverts jusqu’à 20 heures avec une animation qui se déroulera dans la rue!

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Nathaly De Morawitz-Schorpp
Grâce à Signé Genève, Nathaly a le privilège de partager ses multiples passions: chemin de fer ou histoire genevoise, rencontres avec les gens de son quartier ou échanges avec des artistes, aussi divers soient-ils. Guide culturelle et du chantier du CEVA, elle aime particulièrement faire découvrir les multiples facettes de Genève sous un angle original et insolite (www.geneve-en-balade.ch). Quand elle n'est pas à Carouge, sa ville de coeur dont elle connaît tous les recoins, Nathaly participe à l'organisation de voyages culturels et gourmands en Italie au sein de l'association INSOLitalia.





Normal
0

21

false
false
false

FR-CH
JA
X-NONE





/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:"Tableau Normal";
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent:"";
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family:Cambria;}

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription