Accueil | Quartiers | Centre | Luthier, un métier à redécouvrir

Partager l'article

Centre | Culture

Luthier, un métier à redécouvrir

Luthier, un métier à redécouvrir

Quand on imagine un luthier, la première image qui vient c’est celle d’un vieux monsieur lunettes sur le nez, courbé sur un établi dans un atelier éclairé à la bougie au fond d’une cour avec de nombreux instruments aux murs ou dans des étuis prêts à être réparés…

Même si la plupart des gestes sont les mêmes qu’autrefois, comme pour tous ces métiers d’art, les hommes (et femmes) qui font ces métiers sont eux bien de notre époque. Si, Claude Martin ou Aymeric Beajouan, nos luthiers portent des lunettes ce sont dans des ateliers plein de lumière qu’ils travaillent.

Lorsqu’on leur demande comment ils sont devenus luthiers, les deux hommes répondent « un peu par hasard à l’adolescence, un coup de foudre pour l’instrument ». Et derrière ce mot « hasard » chacun d’eux à une jolie histoire personnelle. Pour Claude Martin (L’art de la lutherie), c’est sa grand-mère qui l’a emmené un soir à un concert de violon. Pour Aymeric Beaujouan, le père de sa première petite amie était luthier guitare. S’ils ont tous deux appris à jouer de leur instrument fétiche, l’envie de les fabriquer a pris le dessus.

Claude Martin explique qu’il a dû choisir entre une école en Suisse Allemande (la seule en Suisse) et une à Crémone, la capitale mondiale de la lutherie, en Italie. Comme il préférait apprendre l’italien plutôt que le suisse-allemand, son choix s’est porté vers l’Italie.
Au bout de ces quatre années d’apprentissage intensif, il a décidé de parfaire sa formation par une année de plus à Parme. « ceci dit, commente-t-il quand on sort de ces cinq ans d’apprentissage, on a l’impression d’être un super luthier… eh bien non, une fois intégré dans un vrai atelier on s’aperçoit qu’il reste tout à apprendre et qu’on apprendra tout au long de sa carrière ».

Pour Aymeric ce fut différent et comme il se souvient « la première chose que j’ai appris c’est à travailler les différents types de bois, reconnaître une essence, une odeur ». Et il poursuit, j’ai même parfait mon apprentissage en apprenant la marqueterie ce qui me permet aujourd’hui de pouvoir proposer toutes sortes de designs à mes guitares sans rester cantonner à la rose traditionnelle ».

Servette musique est un des rares magasins de la ville à employer un luthier guitare. Au sein même de l’échoppe il répare votre instrument ou en réalise un à votre goût, souhait ou envie de son. Aymeric interpelle « une fois j’ai même fabriqué un instrument mi banjo/mi guitare… un manche de guitare avec 6 cordes mais un corps et un son de banjo ». Avant d’enchaîner « les mandolinistes ou guitaristes ont eux des souhaits plus classiques car ils savent exactement le son qu’ils veulent ». Comme quoi, le luthier s’adapte à tout le monde.

Si pour fabriquer un violon, il faut environ trois semaines, il en faut 4 ou 5 pour une guitare et comme pour toute fabrication, un luthier ne comptera pas ses heures.

Entrer dans ces ateliers nous transporte vers d’autres mondes, d’autres lieux et un total univers de musique. Violon, guitare ou mandoline, laissez-vous emporter au gré de votre sensibilité et découvrez…

Partager l'article

J'écris un article
Photo du profil de Nathalie Rendu
Photographe installée à Genève. Si je suis photographe généraliste, je suis plutôt orientée portrait, immobilier, produits (montres et bijoux), la nourriture sans oublier les événements.
Studio photo, Ecole photo, stage photo à l'étranger (Nashville, Venise, New York, safari photo en Afrique, etc...).

www.peintresdelumieres.com

J'anime également une émission de Country Music sur Radio Cité Genève 92.2 "Country in the City".

http://radiocite.ch/chart/country-in-the-city/

J'ai fait le choix d'essentiellement parler de la musique country moderne, celle qu'on entend sur les ondes américaines. Rien à voir avec celle qu'on nous présente en Europe. Evidemment je n'oublie pas de temps à autre de diffuser quelques titres de la country classique des westerns de notre enfance.

J'écris principalement des articles sur les artistes ou l'artisanat genevois (musiciens, comédiens, créateurs).

Comme je ne connais pas tout le monde, les artistes peuvent aussi me contacter pour un coup de projecteur....

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs obligatoires sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

J'accepte les CGU

Mot de passe oublié

Inscription